Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    Zerouati en colère contre le bureau fédéral    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Barça : Koeman chahuté par les supporters après le Clasico (Vidéo)    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    Pain et imaginaire populaire    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



HADJ MILIANI, UN CELÈBRE ORANAIS, UN IMMENSE ALGERIEN
IL ETAIT UN INTELLECTUEL EN MOUVEMENT ET UN UNIVERSITAIRE QUI A REENCHANTE LES ARTS POPULAIRES
Publié dans Liberté le 03 - 07 - 2021

Hadj Miliani a quitté ce monde à l'âge de 70 ans au terme d'un demi-siècle de recherches et de transmission du savoir dans les domaines littéraire, musical et cinématographique qu'il affectionnait tout particulièrement.
La nouvelle est tombée, hier, tel un couperet. Hadji Miliani est mort. L'homme qui promenait son chapeau panama aussi bien dans les événements culturels que dans les marches du Hirak a rejoint l'Eternel dans la nuit de jeudi à vendredi, quelques jours après avoir contracté la Covid-19.
"Il pensait qu'il s'agissait d'une simple grippe avant d'être admis à l'hôpital Nedjma où l'on a découvert qu'il avait été contaminé par le coronavirus", rapporte un de ses amis et voisins, interloqué par la nouvelle de son décès. "Il était pourtant très pointilleux sur le port de la bavette, la distanciation physique et l'usage du gel hydro-alcoolique. Il refusait même de serrer la main", continue notre témoin qui dit avoir régulièrement croisé le défunt dans l'un des marchés de fruits et légumes de l'USTO.
Hadj Miliani a quitté ce monde à l'âge de 70 ans au terme de quelque cinquante années de recherches et de transmission du savoir dans les domaines littéraire, musical et cinématographique qu'il affectionnait tout particulièrement.
Titulaire d'une licence de littérature (1978) et d'un magistère en littérature maghrébine (1989) à l'université d'Oran, le défunt a commencé à dispenser son savoir à l'université de la ville qui l'avait vu naître le 21 mars 1951.
En parallèle à sa charge d'enseignant à Sénia, Hadj Miliani multipliait les activités dans les arts et la culture et prenait part à toutes les initiatives visant à la promotion culturelle à Oran. Dans les années 1990, il avait même initié la "Convention du rap", une tentative de sortir de l'ombre les rappeurs qui foisonnaient à cette époque-là et les faire connaître au grand public.
Au fil des années, Hadj Miliani se forgera une solide réputation dans le monde de la littérature et de la culture en Algérie. Ses travaux et recherches sur la musique raï et L'aventure du raï, livre coécrit avec le chercheur Bouziane Daoudi, en feront une des "références" de ce genre musical.
En 1997, il obtient son doctorat en littérature à l'université Paris 13 et continue ses travaux académiques sur les arts : il produira de nombreuses publications, participera à des ouvrages collectifs et dirigera plusieurs projets de recherches. Beurs' mélodies... (2003), Art et trans-culturalité au Maghreb (2007), Alger-Beyrouth, capitales de la couleur (2010), Des louangeurs au home cinéma (2010), Histoire et institutions du champ culturel en Algérie (2014)... et d'autres travaux braqueront les projecteurs sur la culture algérienne, mais aussi sur d'autres cultures en France et ailleurs.
Son apport est tel qu'il est régulièrement sollicité pour animer, voire diriger des événements culturels : on se souvient, notamment, qu'il fut l'un des organisateurs du Festival de la chanson oranaise et sollicité pour présider l'un des jurys du 6e Festival d'Oran du film arabe.
Travailleur acharné, il était professeur de littérature maghrébine à l'université de Mostaganem, chercheur associé au Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (Crasc), membre de plusieurs conseils scientifiques dont celui, algéro-français, du Réseau de langue française et expressions francophones (La FEF), et du Centre d'études maghrébines en Algérie.
Il faisait également partie des comités de lecture des revues Insanyat, Synergie-Algérie et Résolang... Ce "révolté" de la Culture (avec un grand C) qu'il voulait vivante et passionnante ne pouvait pas rester insensible à la formidable explosion du 22 Février 2019.
Il fut tout naturellement l'un de ces milliers de marcheurs du vendredi qui arpentèrent une année durant les avenues d'Oran en revendiquant une Algérie multiculturelle, plurielle assumée. Hadj Miliani a fait sa dernière apparition publique la semaine passée au siège de l'association féministe Fard, à l'occasion d'une rencontre autour du dernier livre de Mohamed Mebtoul Covid-19. La mise à nu du politique.
En privé, le défunt avait déploré l'inexistence d'une manifestation livresque à Oran et émis l'idée de la création d'un salon du livre. Hadj Miliani a été inhumé, hier, au cimetière d'Aïn El-Beïda, en présence d'une foule d'amis et proches atterrés par sa soudaine disparition.

S. OULD ALI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.