Metz : Boulaya fait son retour face au PSG    300 milliards de dinars en deux ans    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    L'ONU très inquiète des expulsions d'Haïtiens par Washington    Une demi-victoire pour Trudeau, réélu mais toujours minoritaire    Quelles prérogatives pour les élus ?    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    15 joueurs déjà engagés    NAÂMA, MOSTAGANEM, RELIZANE , EL-TARF , JIJEL    Un pas vers l'école numérique    1 mort et 14 blessés    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    La crédibilité se gagne sur le terrain, pas dans les communiqués de condoléances !    La justice se saisit du dossier    Mustapha Bendjama de nouveau devant la justice d'Annaba    "Le remaniement de l'effectif de la JSK peut être un avantage pour les FAR"    Un stage en Tunisie pour préparer l'Asec Mimosa    Un sénateur du FFS exige la libération des détenus politiques    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Inondations et villes bloquées    La forêt, un gisement inexploité    Saïed maintient les mesures d'exception    Les prix poursuivent leur hausse    877 employeurs concernés à M'sila    Rencontre avec Saïd Boutadjine autour de l'oeuvre katébienne    «Un centre de recherche dédié à la science et à la technologie en projet»    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Quel avenir pour les entreprises publiques ?    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Koeman tire sur ses joueurs    Des dépotoirs à ciel ouvert    Tebboune tient son engagement    Le gouvernement impulse une nouvelle dynamique    Le retour du FFS    Des partis politiques à la traine    un conseil national du tourisme?    Intense activité pour Lamamra à New York    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Appel à candidatures    Ces chanteuses kabyles qui ont bravé les tabous    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une édition aux couleurs de l'Algérie
14e festival du film francophone d'Angoulême
Publié dans Liberté le 07 - 07 - 2021

Pour cette édition qui aura lieu du 24 au 29 août, un large programme sera consacré à l'Algérie. Les festivaliers auront ainsi l'occasion de découvrir 12 films (entre classiques et nouveautés), des expositions et des concerts.
Dans le cadre du 14e Festival du film francophone d'Angoulême (FFA), qui aura lieu du 24 au 29 août prochain au cinéma CGR, l'Algérie sera à l'honneur pour cette édition. D'ailleurs, pour marquer le coup, les délégués généraux Marie-France Brière et Dominique Besnehard ont animé une conférence de presse pour annoncer le programme le 5 juillet, jour anniversaire de l'indépendance de l'Algérie.
"Cette année, le FFA portera les couleurs de l'envoûtante Algérie, pays invité de cette 14e édition. (...) Nous rêverons devant l'exposition exceptionnelle de Claude Lemand, qui rend hommage à l'Algérie", souligne Dominique Besnehard, dans une vidéo de présentation. À propos de cette exposition, le Fonds Claude et France Lemand et l'Institut du monde arabe (IMA) se sont associés au Festival du film francophone d'Angoulême, à la Cité internationale de la BD et de l'image, au Musée d'Angoulême et à la Ville d'Angoulême pour "témoigner de la fraternité et de la solidarité qui ont lié les artistes et les intellectuels algériens et français durant les années les plus difficiles de leur histoire commune, et qui se perpétuent de nos jours", est-il indiqué dans le dossier de presse. Ces expositions seront dédiées à "Mahdjoub Benbella. La musique des signes", à "Benanteur. Le Chant de la Terre" (Peintures des années 1980), à "Denis Martinez. Un destin algérien" (Peintures et œuvres sur papier).
Concernant les films – l'essence de ce festival –, une large programmation sera consacrée au pays, à travers la projection de douze longs-métrages. Intitulé "Hommage au cinéma algérien", ce programme, qui sera présenté par l'acteur et réalisateur Lyès Salem (qui a reçu le premier Valois d'or du Festival d'Angoulême pour son film Mascarades), sera traversé par diverses œuvres du 7e art algérien. Parmi ces films, nous retrouvons Chronique des années de braise (1975) de Mohammed Lakhdar Hamina, Omar Gatlato (1977) et La Famille (2021) de Merzak allouache, Nahla (1979) de Faraouk Beloufa, De Hollywood à Tamanrasset (1990) de Mahmoud Zemmouri, Le Harem de Madame Osmane (2000) de Nadir Moknèche, Abou Leïla (2019) d'Amin Sidi Boumediene ou encore Leur Algérie (2020) de Lina Soualem. L'Algérie sera également présente musicalement, et ce, à travers un hommage à Rachid Taha et à Warda.
Par ailleurs, le Festival d'Angoulême, qui célèbre le cinéma dans toute sa diversité et sa richesse, proposera une soixantaine de films : dix en compétition officielle, des avant-premières, à l'exemple d'Eiffel. Il y aura également des sections, telles que "Les Bijoux de famille", dédiées à un distributeur ; "Les Flamboyants" où seront proposés des "films rares, précieux, éblouissants" ; des documentaires, à l'instar de Divas, d'Oum Kelthoum à Dalida de Feriel Ben Mahmoud ; un focus Martin Provost ; nouveaux regards "Une nouvelle façon de faire des films, une nouvelle façon de les regarder" ; ou encore des ciné-concerts "Quand la musique rencontre le cinéma", avec la projection de Haut et Fort de Nabil Ayouch.

Hana M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.