Serie A : Mourinho essuie sa première défaite avec l'AS Rome    Recensement de 52 sinistrés    Qualifs Mondial 2022 : Les dates pour les matchs face au Niger dévoilées    Arrêt de la publication du rapport Doing Business    Le long chemin de la transition    Paris rappelle ses ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie    L'ex-président Condé "demeurera en Guinée"    Plus de 10 000 migrants campent sous un pont à la frontière    Le RCD explique les raisons de son boycott    "Notre participation n'est nullement un renoncement"    Un seul mot d'ordre : la qualification !    Mahrez à la hauteur de Madjer avec 11 buts    La direction dément un départ précipité d'Aït Djoudi    PSG : Leonardo mécontent des fuites sur le contrat de Messi    2021, année blanche pour l'automobile    Une rentrée difficile pour le CEM Admane-Arezki    Des écoles équipées en énergie solaire    Appel à candidatures jusqu'au 30 septembre    Une disparition dans la discrétion    Sachez que...    FAF-BF : un communiqué, deux versions    Un essai critique sur le discours des médias français    «Les Français quittent volontairement l'Algérie, après 132 ans de vacances...»    El-Bayadh: 21 établissements scolaires raccordés aux réseaux d'électricité et de gaz    Liste des bénéficiaires des logements de la formule à points: Plus de 9.000 recours déposés par les exclus du relogement    Gdyel: 50 logements LPA 2 distribués avant la fin de l'année    Trouble-fête    Une réforme délicate    Le cul-de-sac    Tlemcen: La bataille de Sidi-Brahim revisitée    Le MSP opte pour la participation    De chauds dossiers à traiter    Premières réponses à l'ONU    Attentats à Jalalabad, au moins 2 morts et 19 blessés    Une centaine de dirigeants attendus à New York malgré la pandémie    L'Algérie condamne l'attitude irresponsable du Maroc    Réactions internationales    Des logements et des barrages    Disparition mystérieuse d'une future mariée    Les kidnappeurs d'une fillette arrêtés    Le baril demande à souffler    Les dernières heures au pouvoir    Un diplomate hors normes    164.286 nouveaux inscrits    Une stèle érigée à sa mémoire    Un enregistrement inédit de John Lennon mis aux enchères    Offrez-vous les voitures du dernier Mad Max!    Le GPRA a joué un rôle "décisif"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le bilan des activités de l'exercice 2020 au peigne fin
SECTEUR DE L'AGRICULTURE A AIN TEMOUCHENT
Publié dans Liberté le 27 - 07 - 2021

Le dossier portant sur le bilan des activités de l'exercice 2020 du secteur agricole a fait l'objet d'un débat à la suite de sa présentation lors de la dernière session en plénière de l'APW.
Le président de la commission hydraulique, agriculture, forêts et pêche, Hamidi Amar, a indiqué que sur une superficie agricole utile de l'ordre de 180 994 ha, la superficie irriguée a atteint 12 920 ha en 2020 contre 10 790 ha en 2019. Pour lui, une telle évolution dans la superficie irriguée ne reflète pas la production des céréales, en dépit de l'appui financier apporté par l'Etat en matière d'équipements d'aspersion. Quant à la superficie maraîchère irriguée, celle-ci était de 13 030 ha en 2020, dont 293 ha seulement réservés à la culture de la pomme de terre, contre 12 709 ha en 2019, dont 263 ha consacrés au tubercule, alors que la superficie concernée par l'irrigation d'appoint n'a pas connu de changement, puisque l'on est resté à la limite des 2 500 ha sur les deux années précédentes.
Djaïder Mohamed a estimé, selon le document qui était en sa possession, que les capacités de production agricole réalisée en 2020 n'ont pas connu de changement notable par rapport à celles enregistrées lors de l'années 2019, en dépit des moyens mis pour l'acquisition de matériels et ce, en prenant le soin de citer les chiffres communiqués par la banque et qui confirment le financement portant sur l'acquisition en 2020 de 19 tracteurs et de 10 moissonneuses-batteuses. Aussi, le nombre des vaches laitières a augmenté de 325 têtes bovines en 2020, passant ainsi de 12 261 têtes en 2019 à 12 586 têtes en 2020. "Malgré cela, nous avons constaté une baisse de production laitière en 2020 par rapport à 2019. Celle-ci est passée de 63 914 000 litres en 2019 à 63 102 000 litres en 2020", a-t-il souligné. Sur cette question, nous avons abordé en aparté Hamidi Amar, président de la commission agriculture de l'APW, qui, tout en confirmant l'information, nous a précisé que le rendement journalier par vache est estimé à 27 litres en moyenne.
Un petit calcul nous permettra de connaître la production supplémentaire réalisée en 2020 qui devait être de l'ordre de plus de trois millions de litres par rapport à l'année 2019. Cela dit, si l'on tient compte des chiffres avancés par le rapporteur et le président de la commission hydraulique, agriculture, forêts et pêche de l'APW, la production annuelle de 2020 devait dépasser les 67 millions de litres de lait cru. Quant à la production des viandes rouges, celle-ci a été estimée à 46 759 tonnes en 2020 contre 74 239 tonnes en 2019, celle des viandes blanches à 82 177 tonnes en 2020 contre 105 tonnes en 2019, tandis que la production des œufs elle a été estimée à 48 975 000 unités en 2019 contre 47 376 000 unités en 2020.
Sur ce point précis, Ghali Boulenouar, directeur des services agricoles de la wilaya d'Aïn Témouchent, a tenu à apporter des éclaircissements. "Si on aborde la question du déficit en matière de production des viandes rouges et blanches et même la production des œufs en comparaison avec l'année 2019, il ne faut pas oublier qu'elle est liée particulièrement à l'aliment du bétail. Sauf qu'en 2020 ce fut une année exceptionnelle due au confinement décidé dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et qui ne permettait pas un approvisionnement de l'orge et du maïs qui sont les deux aliments principaux importés hors wilaya et utilisés par les éleveurs, ce qui a influé négativement sur la production des viandes.
Les éleveurs se sont contentés d'utiliser les produits locaux, à l'exemple de l'avoine et du son, deux produits qui ne donnent pas un bon rendement de lait ou de viandes, qu'elles soient rouges ou blanches", a-t-il expliqué. Au sujet de la superficie agricole irriguée, Boulenouar Ghali a précisé que la céréaliculture dépend à 98% de la pluviométrie, alors que la différence concerne la production maraîchère qui a connu une hausse de production de l'ordre d'un million de quintaux par rapport à 2019 grâce à l'augmentation de la surface irriguée qui a été orientée vers les produits maraîchers.
M. LARADJ


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.