7 ans de prison ferme requis contre Ali Ghediri    Metz : Boulaya fait son retour face au PSG    300 milliards de dinars en deux ans    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    L'ONU très inquiète des expulsions d'Haïtiens par Washington    Une demi-victoire pour Trudeau, réélu mais toujours minoritaire    Quelles prérogatives pour les élus ?    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    15 joueurs déjà engagés    NAÂMA, MOSTAGANEM, RELIZANE , EL-TARF , JIJEL    Un pas vers l'école numérique    1 mort et 14 blessés    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    La crédibilité se gagne sur le terrain, pas dans les communiqués de condoléances !    Les prix poursuivent leur hausse    "Le remaniement de l'effectif de la JSK peut être un avantage pour les FAR"    Un stage en Tunisie pour préparer l'Asec Mimosa    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Saïed maintient les mesures d'exception    Inondations et villes bloquées    La forêt, un gisement inexploité    877 employeurs concernés à M'sila    La justice se saisit du dossier    Un sénateur du FFS exige la libération des détenus politiques    Rencontre avec Saïd Boutadjine autour de l'oeuvre katébienne    «Un centre de recherche dédié à la science et à la technologie en projet»    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Quel avenir pour les entreprises publiques ?    Le gouvernement impulse une nouvelle dynamique    Tebboune tient son engagement    Les paradoxes d'une rentrée    Des partis politiques à la traine    Intense activité pour Lamamra à New York    un conseil national du tourisme?    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Koeman tire sur ses joueurs    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Appel à candidatures    Ces chanteuses kabyles qui ont bravé les tabous    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



MERIEM
36e partie
Publié dans Liberté le 29 - 07 - 2021

Résumé : Le médecin diagnostique une crise d'appendicite chez Ghania. Pour le confirmer, il demande des radios et des analyses. Amar et Houria devraient prendre la petite en ville immédiatement. Meriem devrait garder la maison et s'occuper du petit Aïssa.
Mais, en cours de route, Houria secoue la tête et annonce :
- Amar, je ne veux pas que ma fille subisse cette opération. Elle est trop jeune et... et... elle risque de mourir.
Elle se met à pleurer, mais son mari la rassure :
- Le risque réside plutôt dans le retard que nous allons mettre à la conduire chez le radiologue et au laboratoire d'analyses. Si les médecins décident de l'opérer, je ne m'y opposerai pas. Il faut bien qu'elle passe par là, si nous voulons la sauver.
Houria se remet à pleurer.
- C'est le mauvais œil qui s'abat sur nous. Tout le monde nous envie. Nous sommes toujours les mieux lotis pour les autres.
- Arrête donc tes balivernes. Ce n'est rien, une appendicite, lorsqu'elle est prise à temps.
Ils arrivent à la maison et trouvent Meriem en rain de donner le biberon au bébé, qui semble heureux d'être dans ses bras. Elle relève les yeux et interroge son père du regard. Amar vient s'assoir auprès d'elle et lui dit :
- Ecoute Meriem, ta sœur est malade. On doit l'opérer d'une appendicite le plus tôt possible. Avant cela, nous allons devoir l'accompagner en ville, Houria et moi, pour des radios et quelques analyses, ce qui suppose que nous allons nous absenter une bonne partie de la journée. Heu... Peux-tu t'occuper du bébé et garder la maison ?
Meriem fronce les sourcils.
- C'est grave, une appendicite ?
- Oui, si on ne s'y prend pas à temps.
- Pauvre Ghania. Hier encore elle se portait comme un charme.
- Elle se porte toujours comme un charme, ma fille, lance Houria, d'une voix acerbe. C'est toi qui l'avais entraînée à l'extérieur pour la faire courir à travers champs. Et voilà le résultat. Tu es contente maintenant ?
Meriem demeure muette de stupeur. Sa belle-mère l'accuse d'avoir provoqué ce mal chez sa jeune sœur, alors qu'elle n'y était pour rien.
Amar lance un regard plein de mépris à sa femme.
- Tu es un monstre, Houria. Tu crois que Meriem est à l'origine de ce qui arrive à sa sœur ? Tu n'as pas honte de l'accuser gratuitement, et de cette manière dédaigneuse ?
Houria hausse les épaules.
- Ghania sautait à la corde, elle n'avait rien lorsque ta fille est venue la chercher.
Amar sent la moutarde lui monter au nez.
- Et alors ? Qu'a bien pu faire Meriem avec sa sœur, qu'elle adore par-dessus tout, pour que cette dernière nous fasse cette crise d'appendicite ?
- Je ne sais pas, moi. Elle est peut-être tombée.
- Pas du tout, lance Meriem, qui semble sur le point d'éclater en sanglots. Ghania n'est pas tombée. Nous nous sommes juste promenées.
- Vous avez couru à travers champs. Ghania n'a pas supporté ton rythme de course. Elle a forcé sur ses petites jambes et ses muscles. C'est sûrement cela qui a provoqué ce mal chez elle.
Meriem éclate en sanglots.
- Ce n'est pas vrai, Ma Houria. Je t'assure que ce n'est pas vrai. Ghania me suivait. J'ai même ralenti, afin qu'elle puisse courir à ma hauteur, puis...
- Tu as entendu ça, Amar ? Elle a ralenti, ce qui sous-entend qu'elle courait plus vite qu'elle. Mes soupçons sont donc bien fondés.
Amar se lève d'un bond.
- Assez ! Cela suffit, Houria. Prépare plutôt les affaires de la petite, nous avons perdu assez de temps ainsi. Meriem ne fera jamais de mal à sa sœur ni à quelqu'un d'autre. Ma fille est un ange de sagesse.
- C'est toi qui le dis.
- Oui, parce que je la connais bien.
Elle allait riposter, lorsque Ghania pousse un long cri. Amar la prend dans ses bras. La fièvre est remontée. Houria prend une serviette et la mouille pour la déposer sur son front.
- Nous ne pourrons pas l'emmener en ville dans cet état, elle est brûlante de fièvre.
- Mais elle souffre, nous devrions faire quelque chose.
- Je vais appeler Taos. Elle connaît un tas de remèdes naturels pour mettre fin aux souffrances physiques et...
- Non, s'écrie Amar, hors de lui.
À SUIVRE
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.