Real Madrid: Benzema savoure sa bonne forme    Un membre du PNC appréhendé par les services de sécurité de l'aéroport de Paris Orly    Niger - Algérie décalé au 12 octobre    Le grand gaspillage    Les islamistes marocains doutent de la régularité du scrutin    Incursion de près de 50 colons israéliens dans la mosquée d'El-Aqsa    Libération de 10 élèves enlevés en juillet dernier    Le procès en appel reporté au 10 octobre prochain    Un hommage a minima    Le MJS fixe un ultimatum au 30 septembre    L'aventure africaine débutera au Maroc    Trois morts et trois blessés sur la route    Mise en échec d'une tentative d'émigration clandestine    La saignée continue    Ouramdane Ahitous, le dernier forgeron d'Ihitoussen    La stèle du colonel Ali Mellah inaugurée à M'kira    Tayeb Thaâlibi inhumé au cimetière de Garidi à Alger    Reprise aujourd'hui avec Aït Djoudi    Delort et Boudaoui buteurs    Paris accuse, Washington et Canberra justifient    11 500 quintaux de lentilles et pois chiches pour lutter contre la spéculation    L'ANIE ignore les réserves des partis    Prise en charge psychologique des élèves    Vers une augmentation des tarifs    Prime de scolarité pour 61 000 élèves    Noureddine Bedoui inculpé    «L'économie nationale est dans une situation de précarité»    Trois joueurs de l'effectif de la saison écoulée retenus    Deux nouveautés chez Barzakh    Les dates officiellement fixées    Dos au mur    Des revendications en suspens: Les paramédicaux n'écartent pas le recours à la grève    Bouteflika et compassion religieuse    Mémoire indissociable    Benabderrahmane chez les sénateurs    Le remède miracle    Dites-le droit!    Le FFS est un rempart pour la patrie    «Une figure majeure de l'Algérie contemporaine»    L'épineux problème de Béjaïa    La campagne des locales sera virtuelle    L'hommage de Ramtane Lamamra    Nouvelles manifestations contre le pass sanitaire    Lamamra participe à la 76e session    Une forte baisse enregistrée    «Se battre pour défendre le film qu'on aime!»    Un concours de l'UE ouvert aux journalistes et aux artistes    Un écrivain pluriel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



UNE DOUBLE CULTURE AU SERVICE DU REFORMISME
HOMMAGE À L'ISLAMOLOGUE ALI MERAD PAR L'INSTITUT FRANÇAIS D'ALGERIE
Publié dans Liberté le 02 - 08 - 2021

L'historien Sadek Sellam, intervenant lors de cet hommage, évoquera l'érudition et les prédispositions de Mérad, liées à "ce grand équilibre entre les deux langues, d'un côté la culture arabe et la culture française" ainsi que ses travaux sur le réformisme, les premiers à adopter une approche pluridisciplinaire.
Dans le cadre de son programme en ligne durant tout l'été, l'Institut français d'Algérie a organisé une rencontre virtuelle sur le parcours et l'œuvre de Ali Mérad, diffusée dernièrement sur le site de l'IFA. Sa fille Amina Mérad-Joly, l'historien et journaliste Sadek Sellam et le modérateur Belkacem Benzenine, chercheur au CRASC, sont revenus sur le riche parcours de ce grand spécialiste de l'islam contemporain. De son enfance à Laghouat, son apprentissage entre la médersa d'Alger et l'école française, ses études en France, sa thèse sur le réformisme musulman.
Sadek Sellam évoquera la grande érudition et les prédispositions de Mérad, liées à "ce grand équilibre entre les deux langues, d'un côté la culture arabe et la culture française". Sa famille jouera un grand rôle dans cet apprentissage en s'inscrivant dans la lignée des familles musulmanes qui prodiguaient un double cursus à leur progéniture, car "elles considéraient que les enfants pouvaient apprendre la langue de Molière à condition d'apprendre l'arabe". À Alger, alors qu'il n'est encore qu'étudiant, son éveil au militantisme se forge aux côtés des musulmans et des chrétiens.
Avant d'être politique, son militantisme est d'abord culturel et intellectuel, lance Sellam. Il s'était distingué par son éloquence et la qualité de ses débats à La Robertsau au boulevard Mohamed V, fief des étudiants à l'époque. "C'est là où il a découvert la nécessité du dialogue islamo-chrétien, vous aviez les contentieux coloniaux, où vous aviez les musulmans qui avaient tendance à incriminer le christianisme, rendu coupable au même titre que la colonisation", dira encore l'intervenant.
"Il avait des amis catholiques dont des Pères-Blancs. Ils étaient venus étudier l'arabe à l'université d'Alger. Un bilingue comme lui n'était pas insensible à la marque de respect de ces gens envers la langue arabe. C'est à ce moment-là qu'il est devenu ami avec le père Lelong. Les deux amis instaureront ce qui deviendra le dialogue des religions à la Robertsau, avant de l'internationaliser."
En plus de son biculturalisme, Mérad brillera aussi par une activité parallèle : des articles écrits sous pseudonyme afin de diffuser son message réformateur aux jeunes musulmans. Pendant deux ans, il fait montre d'une grande maîtrise des deux textes fondateurs de l'islam, le Coran et les Hadiths. "Il avait la particularité de traduire lui-même les deux textes saints. On ne trouve aucune traduction citée, surtout pas celle de Blachère qui posait problème et d'autres orientalistes de l'époque."
En 1967, il publie le livre sur le réformisme en Algérie alors qu'il n'a pas encore soutenu sa thèse. "C'est l'une des rares fois où une thèse est publiée, même recommandée par son directeur de thèse. La rapidité et la précision de son étude, alors même que les documents manquaient, en a épaté plus d'un.
À commencer par les historiens." Plus tard, Mérad élargit son champ de recherche sur le réformisme à d'autres contrées du monde musulman, notamment l'Inde. Beaucoup de chercheurs après lui ont poursuivi son travail et ont pu relever les particularités de l'islam "réformateur" des quatre coins du monde. "Il a accompli un travail pluridisciplinaire, comme aurait pu le faire une équipe de plusieurs spécialistes. Il l'a abordé en tant qu'historien et philologue. Il s'est ouvert aux autres sciences sociales, il appelait à une «phénoménologie de l'Islah»." Ce dernier devait selon lui faire l'objet d'études scientifiques au même titre que les autres disciplines.

Yasmine AZZOUZ


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.