CAN 2022 (dames) Victoire historique de l'Algérie face au Soudan (14-0)    le Barça peut oublier Sterling    Affaire Djabelkhir : procès reporté jusqu'à décision de la cour constitutionnelle    Cour d'Alger : le procès en appel d'Abdelghani Hamel reporté au 17 novembre    «Je suis contre le projet d'autoroutes à étages à Alger»    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Le FFS en colère !    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Constantine contredit Medaouar    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    «La concurrence entre Sidi Salah et Doukha sera bénéfique pour l'équipe»    Grande rencontre sur la microentreprise    Branle-bas de combat chez les partis    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    Astuces pour une meilleure visibilité    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Une union truffée de non-dits    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Hamdoullah dima la baisse !    Virée au Palais de justice    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    La face «cachée» du «Bâtiment»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le long chemin de la transition
Développement des énergies renouvelables EN ALGERIE
Publié dans Liberté le 19 - 09 - 2021

L'Exécutif doit entreprendre des efforts pour faire appel à des ressources externes afin de financer des projets dans le renouvelable.
Le gouvernement s'est engagé, dans son plan d'action, adopté jeudi, 16 septembre, par l'APN, à apporter sa "contribution à l'effort global de réduction des émissions de gaz à effet de serre", notamment à travers une transition énergétique dont les piliers sont "l'efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables".
L'Exécutif y souligne que la dimension relative à la transition énergétique vers les énergies nouvelles et renouvelables vise à atteindre la "croissance verte" par le recours aux technologies énergétiques "innovantes" et "digitalisées" pour une nouvelle architecture de développement où la rente aux énergies fossiles laisse place à des modèles pérennes qui valorisent "le lien social et les emplois durables", tout en favorisant une meilleure "qualité de vie et la résilience" aux différentes crises et risques majeurs.
Certes, l'application de la politique des énergies vertes, telle que formulée dans le plan d'action du gouvernement, constituerait une réponse à plusieurs préoccupations soulevées dans le domaine du renouvelable.
Toutefois, la réalisation des objectifs assignés à cette politique n'est pas une sinécure, le pays se trouvant dans une situation économique délicate marquée par un amenuisement de la ressource financière et par la dégradation du climat des affaires.
Les gouvernements, qui se sont succédé, ont raté le coche dans le secteur des énergies renouvelables, alors qu'il leur était possible de faire démarrer des projets et assurer leur réussite, d'autant plus que les capacités financières étaient suffisantes.
Dans la conjoncture difficile d'aujourd'hui, l'Exécutif se voit contraint d'entreprendre des efforts pour faire appel à des ressources externes afin de financer des projets dans le renouvelable.
Le fait est qu'il n'est pas aisé d'en trouver, dès lors que le marché du renouvelable n'est pas suffisamment mature et que le climat des affaires ne s'est pas encore amélioré. Ainsi, le chemin menant à une meilleure mobilisation des énergies renouvelables est semé d'embûches. Il risque d'être long.
Abdelmadjid Attar, ex-ministre de l'Energie, dans un entretien accordé à notre journal, a fait observer que le programme des énergies renouvelables n'a enregistré aucun progrès depuis 2011, date à laquelle le programme affiché à l'horizon 2030 était de 22 000 MW.
Il a, également, expliqué que les politiques d'économie d'énergie nécessitent des actions précises dans les activités énergivores (régulation et incitations). Il a, en outre, estimé que la politique des prix de l'énergie et de sa subvention, un sujet qui fâche peut-être, mais qui est important, et dont il va falloir discuter le plus rapidement possible.
Attar relève, par ailleurs, qu'il existe une volonté bien soulignée concernant le programme de 15 000 MW-ENR à l'horizon 2035. Mais, ajoute-t-il, comme toujours les hésitations, les reports et, parfois, les freins surviennent au moment de la mise en œuvre de l'action elle-même. Et de préconiser : "Il faudra faire en sorte que cela change à l'avenir. Tout le secret est là, et la plupart des experts n'arrêtent pas de le dire depuis plus d'une décennie."

Y. S.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.