L'intrigante histoire du consulat américain    Benbouzid «corrige» l'OMS    Ils maîtrisent la portée des menaces !    Retour des supporters dans les stades : Le grand cafouillage !    BF : la descente aux enfers    les effets sur votre corps d'une consommation quotidienne de thé vert    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Conseil des ministres: Le projet de loi sur la lutte contre la spéculation adopté    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Les recommandations de la CAPC: «Libérer les dossiers d'investissement et soutenir le pouvoir d'achat»    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les oubliés de la loi de finances    relâchement au match retour    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    La rengaine du chantage    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    Les douanes sont-elles des passoires?    La renaissance    Une loi pour protéger les institutions    Déboires d'un père de 9 enfants    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    L'informel menace l'Etat    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    Des listes passées à la moulinette    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Quand la sonorisation fait défaut dans les tribunaux    Le petit pas de Macron    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le casse-tête de la surcharge scolaire
ORAN
Publié dans Liberté le 21 - 09 - 2021

Comme l'année dernière, les élèves regagnent aujourd'hui les bancs de l'école dans un contexte épidémiologique très compliqué, en raison des risques de contamination du coronavirus.
Dan s la wilaya d'Oran, plus de 398 000 élèves sont attendus dans 900 établissements scolaires : 600 écoles primaires, 200 collèges et une centaine de lycées, dont onze écoles, sept CEM et deux lycées nouvellement réalisés.
Ces établissements se situent notamment à Bir El-Djir, à Oued Tlélat ou encore à Aïn El-Beïda, qui souffrent traditionnellement du problème de la surcharge des classes entraînée par la réception de nouvelles cités et l'installation de milliers de nouveaux locataires.
"Cette année encore, il faudra s'attendre à des groupes surchargés dans certaines zones d'Oran et, par conséquent, d'un important volume horaire pour les enseignants", prévoit un responsable d'une organisation syndicale autonome.
L'année dernière, en effet, le secteur éducatif avait été fortement perturbé par un mouvement de grève des travailleurs de l'éducation, dont des enseignants qui dénonçaient notamment un protocole sanitaire inutile parce que non respecté et l'augmentation de la charge de travail générée par le système de double vacation imposé par la tutelle dans le cadre de la lutte contre la propagation de la Covid-19; "Des écoles sont touchées par le coronavirus sans que les autorités réagissent. Des écoles ne sont pas désinfectées et ne disposent pas de thermomètre ou de gel désinfectant. Et, dans beaucoup de cas, les enseignants se cotisent pour acquérir les produits de désinfection ou font appel à la société civile pour des besoins plus importants", avait ainsi déploré un enseignant du primaire pour expliquer la colère des travailleurs de l'éducation.
Pour l'année scolaire qui débute aujourd'hui, le directeur de wilaya de l'éducation nationale a néanmoins assuré que toutes les mesures ont été prises pour une reprise réussie, notamment en ce qui concerne le respect du protocole sanitaire. Or, beaucoup soulèvent d'ores et déjà la problématique du manque d'eau qui compromet sérieusement le protocole sanitaire, de même que la difficulté d'amener les élèves à observer la distanciation physique alors même que les adultes ne la respectent pas.
"Nous avons vécu la situation l'année précédente et avons constaté que le port de la bavette et la distanciation n'étaient pas respectés. Rien ne dit que les choses seront différentes cette année", remarque une institutrice avec un brin de résignation. La semaine prochaine, les syndicats autonomes devraient tenir leurs conseils nationaux pour examiner la rentrée scolaire 2020-21.
La grève de l'année passée s'étant terminée en queue de poisson sans que leurs revendications aient été satisfaites, il n'est pas impossible que les travailleurs de l'éducation renouent avec la protestation, particulièrement dans un contexte marqué par une très forte dégradation du pouvoir d'achat.

S. OULD ALI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.