Le journaliste Tarek Aït Seddik n'est plus    L'information locale au centre des préoccupations    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Forte hausse des exportations algériennes en 2021    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Les personnels de l'éducation boudent le vaccin    Un casse-tête chinois    Quand les plans de l'AEP font défaut    Ali Ghediri de nouveau devant le juge aujourd'hui    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Pas de président à l'issue du deuxième tour de vote    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    «Le pays est toujours ciblé»    Le temps de l'efficacité    La Sadeg améliore sa desserte    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Messi penserait à un retour au Barça    Un challenge au sommet de l'UA    Les preuves du complot    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La mercuriale en folie à Tiaret
LES CONSOMMATEURS DESORIENTES
Publié dans Liberté le 22 - 09 - 2021

Etant déjà frustrée par diverses dépenses imparables, notamment celles liées aux trousseaux et fournitures scolaires, la population de Tiaret se voit confrontée à une mercuriale de produits alimentaires inabordable.
Ainsi, le sujet qui polarise ces derniers jours la place publique est celui relatif aux prix des produits de première nécessité, des viandes, légumes et des fruits qui connaissent une hausse subite et inexpliquée.
À titre indicatif, les viandes blanches qui, du jour au lendemain, atteignent des tarifs excessifs passant au double, voire au triple. Au marché de Volani, le poulet qui était cédé entre 220 et 280 DA le kg est affiché à 530 DA alors que la dinde qui ne dépassait pas 340 DA est cédée à 900 DA le kg.
Au passage, signalons que le marché de la volaille connaît, ces derniers jours un chamboulement inédit illustré par les éleveurs-fournisseurs qui font tout pour accentuer leur diktat.
Quant aux œufs, le prix d'un plateau de 30 unités qui oscillait entre 225 DA et 285 DA, voire entre 7,50 DA et 9,50 DA l'unité, atteint actuellement 450 DA, à savoir 15 DA l'unité. S'agissant des légumes secs, le prix a doublé ou presque triplé pour certains produits.
Ainsi, on a noté que les lentilles qui étaient affichées à 120 DA ont atteint les 300 DA le kg, le prix des haricots blancs est passé de 180 à 320 DA, celui des pois chiches de 220 à 350 DA, celui du riz de 90 à 200 DA, alors que les prix des pâtes alimentaires ont escaladé de 45 à 110 DA.
Pour les légumes frais, c'est la pomme de terre qui ne cesse de faire parler d'elle puisqu'elle a atteint 80 DA, l'oignon et la salade verte cédés à 60 et 120 DA, la tomate à 100 DA alors que les prix du haricot vert et celui de l'ail, ils sont maintenus à 200 et 650 DA. Concernant les fruits, les chefs de famille aux bourses modestes ne trouvent que leurs yeux pour caresser les étals tant leur consommation relève du luxe compte tenu des tarifs qui ne sont guère à leur portée.
Par ailleurs, autant souligner que divers indicateurs annoncent une rentrée sociale chaude et frustrante pour les bourses modestes qui ne savent plus à quel saint se vouer, quand on sait qu'à ces dépenses alimentaires viennent s'ajouter d'autres, domestiques, voire celles du loyer, de l'électricité et du gaz, de la consommation d'eau... qui rend leur quotidien incertain et à jamais confus.

SALEM REMANE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.