les effets sur votre corps d'une consommation quotidienne de thé vert    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Conseil des ministres: Le projet de loi sur la lutte contre la spéculation adopté    Les recommandations de la CAPC: «Libérer les dossiers d'investissement et soutenir le pouvoir d'achat»    Elections locales: Le MSP s'en prend à l'ANIE    Croissance factice    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Feux d'artifice, pétards et leur danger    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Une loi pour protéger les institutions    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Fortunes diverses pour les Algériens    L'informel menace l'Etat    Les oubliés de la loi de finances    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La renaissance    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    L'OMS dévoile ses chiffres    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    OUM EL BOUAGHI : Plus de 100 spécialités proposées aux stagiaires    Des listes passées à la moulinette    Les Sétifiens décidés à revenir avec un bon score    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Le petit pas de Macron    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Masque capillaire au yaourt et au miel    La JS Saoura et le HBC El Biar vainqueurs    L'échauffement, à bout de souffle    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La justice se saisit du dossier
CRISE AU FLN
Publié dans Liberté le 22 - 09 - 2021

Le conflit qui oppose Abou El-Fadhl Baâdji et des membres du comité central quitte le siège du FLN pour se retrouver dans les couloirs des tribunaux. Près d'une soixantaine de cadres du parti, accusés d'avoir recouru à la violence, ont été entendus par la police ces derniers jours.
Selon des sources concordantes, les auditions ont eu lieu après des plaintes déposées par Abou El-Fadhl Baâdji. Le secrétaire général du FLN, objet de tentatives de destitution depuis plusieurs semaines, a en effet décidé de porter plainte, nommément, contre des membres du comité central qu'il accuse de "violence" lors de la tenue d'un sit-in, jeudi 9 septembre dernier.
Ce jour-là, quelques dizaines de personnes faisant partie de cette instance délibérante du parti, s'étaient réunies au siège du parti, à Hydra, pour annoncer "la vacance du poste de secrétaire général".
Avant la tenue de cette rencontre, des accrochages avaient opposé les deux camps faisant quelques blessés. Cela n'a pas empêché la rencontre de se tenir.
Puis, deux jours plus tard, les opposants au secrétaire général reviennent à la charge. Ils ont tenté de tenir une autre rencontre. Mais Baâdji avait pris les devants : il avait battu le rappel de ses soutiens. Les deux camps se sont fait face durant plusieurs heures et n'était l'interposition de la police, ce face-à-face aurait pu tourner à la bagarre générale.
Dans leur quête de déchoir Abou El-Fadhl Baâdji de son fauteuil, les redresseurs du FLN ont joué sur les chiffres. Ils assurent avoir réuni le nombre nécessaire de voix pour signer une motion de défiance vis-à-vis de leur responsable.
"Nous avons atteint le quorum", assurait Mohamed Issad, membre du comité central, qui fait partie des cadres auditionnés par la police. Mais du côté de la direction du parti, on estime que le nombre des membres du comité central qui participent à la dissidence "ne dépasse pas la soixantaine".
Les opposants "ont ramené des membres radiés des instances du parti, ceux qui ont démissionné et d'autres qui ne sont même pas membres du comité central", répliquait Abou El-Fadhl Baâdji quelques jours auparavant. Malgré cette implication de la justice, les redresseurs n'en démordent pas.
Ils refusent de voir en ces convocations un quelconque soutien à Abou El-Fadhl Baâdji. "La police n'a fait que son travail. Nous avons été entendus, nous avons donné nos versions. Nous maintenons que ce sont les partisans de Baâdji qui ont utilisé la violence", assume Mohamed Issad, qui rappelle que lui et d'autres camarades étaient entrés dans le siège sans violence.
Outre cette séquence de violence, les autorités doivent également trancher la question de fond qui est celle de la légalité du maintien d'Abou El-Fadhl Baâdji à la tête du parti. Cela dépendra de la réponse que donnera le ministère de l'Intérieur au dossier fourni par les redresseurs qui ont déclaré "vacant" le poste de secrétaire général du FLN.

Ali BOUKHLEF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.