Médias : Rabah Karèche quitte la prison    Une journée cauchemardesque pour les usagers    L'Anie impose un black-out autour des listes    Mohad Gasmi, l'homme qui a dit "non" au gaz de schiste    Cour de Tipasa : Annulation des poursuites contre Tabbou    L'ex-ministre Imane-Houda Faraoun condamnée à 3 ans de prison    Le frein de la sous-bancarisation    Nouvel arsenal juridique pour lutter contre la spéculation : L'inquiétude des commerçants    Plaidoyer pour l'implication du secteur privé    Pour mieux protéger l'environnement : Lancement du projet de conversion de 150 000 véhicules au GPLC    Mahrez : "Pas de mots pour décrire le niveau de Benzema"    Henri Stambouli. entraîneur de la JS Kabylie : «On est à la mi-temps de la qualification»    Vers le retour des supporters dans les gradins !    2e tour préliminaire/aller    La fête du Mawlid Ennabawi : Sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    La délivrance    La hausse des prix ne connaît pas de répit    Le calendrier des examens trimestriels de l'année 2021/2022 arrêté    Des drames personnels derrière les statistiques de la mort    Situation socioprofessionnelle des enseignants : Le Cnapeste annonce une grève cyclique à partir du 2 novembre    "Les autorités françaises reconnaÎtront un jour le crime d'état"    Fortes pressions de la Cédéao sur le président de la transition Assimi Goïta    Café turc    Le MSP, c'est combien de divisions ?    Waguaf !    Lutte contre la criminalité : Le 87 bis renforcé par une liste des entités terroristes    La nomination de Mistura n'est pas une fin en soi    Levée du couvre-feu sur l'ensemble du territoire national    Une (nouvelle) défaite et des questionnements    Visite guidée au continent des merveilles    «Tamazight di métro !»    Impasse mémorielle    Le procès de Sellal et de son ancien chef de cabinet reporté    Transport par taxi: Le dossier des licences Moudjahidine sur la table    Quand l'Histoire se met en marche    Fati crève l'écran    Une tribune s'écroule en plein match    Solskjaer parti pour rester    Nouvelles mesures à l'encontre des opérateurs    4 ministères aux commandes    Discussions entre les parties syriennes sur la Constitution    Quand la grenouille joue au Boeuf    Troisième nuit de sit-in pour les partisans de l'armée    Concours de dessins dédié aux enfants    Célébration d'« El Mawlid Ennabawi Echarif» 1443    Comme au bon vieux temps    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



MERIEM
84e partie
Publié dans Liberté le 23 - 09 - 2021

Résumé : Après ses examens, Meriem se rend au bled. Comme elle s'y attendait, Houria ne saute pas de joie à sa vue. Cependant, Taos comprend aussitôt que la jeune fille a des ennuis. Aïssa est plutôt heureux de revoir sa sœur aînée et le montre à sa manière. Mais sa mère est plutôt furieuse.
Elle lève un bras au ciel.
- Qu'ai-je donc fait dans ma vie, mon Dieu, pour mériter un tel sort ?
Taos l'interrompt d'un geste prompt :
- Cesse de blasphémer et tente de faire bonne figure devant ta belle-fille.
- Bonne figure ? Mais j'ai toujours fait bonne figure devant elle.
- Quand Amar est là, bien sûr. Mais lorsqu'elle vient seule, tu ne passes pas par quatre chemins pour lui en faire voir de toutes les couleurs. Rappelle-toi donc la nuit qu'elle avait passée dans la forêt, il y a quelques mois.
Houria s'écrie :
- C'est elle qui l'avait voulu. Ne me rappelle plus ce dérapage de sa part. J'ai cru que mon cœur allait s'arrêter ce jour-là.
Taos secoue la tête.
- Tu es incorrigible, Houria. Meriem a malheureusement payé un lourd tribut par ta faute.
Houria allait répliquer, lorsque sa belle-fille revient dans la cuisine en s'essuyant la bouche avec une serviette.
- Cela va mieux ? demande Taos
- Oui. Heu... Oui cela va mieux.
- C'est sûrement ce long voyage qui t'a incommodée. Tu as pris l'avion, puis le bus. Paris n'est pas à côté.
- Elle a bien l'habitude de voyager, lance Houria avec son air courroucé.
- Certes, mais cette fois-ci elle a dû redoubler d'efforts pour préparer ses examens. Elle est épuisée.
Meriem se rassoit et tend la main à Aïssa, qui aussitôt délaisse sa maman pour tenter de monter sur une chaise à côté d'elle. Elle l'aide à s'installer et lui fait avaler quelques cuillères de potage.
- Comme tu as grandi depuis mon dernier voyage, Aïssa, lui dit-elle.
Houria ouvre les cinq doigts de sa main droite.
- Cinq épines dans tes yeux.
Meriem lève les yeux vers elle.
- Pourquoi es-tu si méchante, Ma Houria ?
- Méchante ? C'est toi la méchante. Tu attires la poisse, le mauvais œil et toutes les calamités du monde là où tu passes.
Elle tente de faire descendre Aïssa de sa chaise, mais le petit s'accroche de toutes ses forces à sa sœur.
- Laisse-les donc tranquilles, lance Taos. Tu vois bien qu'Aïssa est heureux de revoir sa sœur.
- Oui. Le pauvre innocent ne sait pas encore ce qui pourra lui arriver s'il s'attarde davantage auprès d'elle.
Taos soupire.
- Houria, si tu veux dîner, prends place avec nous, sinon laisse ces "petits" tranquilles.
- Je ne veux pas dîner. Elle m'a coupé l'appétit.
Elle tourne les talons et quitte les lieux. Taos serre le bras de Meriem.
- Ne fais pas attention à ce qu'elle raconte. Tu la connais bien maintenant, n'est-ce pas ?
Meriem ne répond pas. Elle continue à faire manger son petit frère qui semble apprécier sa présence auprès de lui. Les propos de sa belle-mère ne peuvent la toucher davantage. C'est elle qui est à l'origine de tous ses malheurs, et elle continue à la malmener.
Aïssa rote et repousse la cuillère qu'elle lui tend.
- Il n'a plus faim. Laisse-le rejoindre sa mère, lui dit Taos.
Meriem l'aide à descendre de sa chaise. Heureux, l'enfant lui sourit en faisant un signe de sa main avant de quitter la cuisine.
Taos tire une chaise et se met en face de la jeune fille.
- Alors, que se passe-t-il, Meriem ?

À SUIVRE
[email protected]
VOS REACTIONS ET VOS TEMOIGNAGES
SONT LES BIENVENUS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.