Deux clubs espagnols se disputent Isco    Pièces de rechange automobiles: «Pas de rupture d'approvisionnement»    Nombreux forages et exploitations agricoles raccordés à l'électricité    Sahara occidental: L'émissaire de l'ONU en tournée dans la région    Libye : des manifestants investissent le siège du Parlement    Feuille de route admissible ?    Fête de l'indépendance: 160.000 logements à distribuer    JM-Oran 2022: La boxe et l'athlétisme enrichissent la moisson algérienne    Tiaret - Match gala pour Tahar Benferhat: Dans l'attente d'un Mémorial    «Les attributions de logements ne vont pas s'arrêter»    Le partage du mouton et du repas    La tenue des gymnastes olympiques et le délire collectif    Sidi Bel Abbès: Le festival de danse populaire tient ses promesses    La plaidoirie de Lamamra    Deux repentis de Boko Haram se rendent à l'armée    Le Hamas salue un rapport de l'ONU    Les clés de l'indépendance    L'Algérie se dote d'une unité d'insuline    Le directeur de l'Anad placé en garde à vue    Bilal Afer crée la sensation    Les pros ou les charlatans?    Le bout du tunnel    M. Diafat lance le programme national de développement des micro-entreprises    Le sens et les messages d'un défilé    Makri avance sa proposition    Béjaïa en fête    Les déchets ménagers inquiètent    Le 60ème anniversaire de l'indépendance, "une opportunité pour mettre en relief les réalisations de l'Algérie indépendante"    De quoi le 5 Juillet est-il le nom?    Comme un certain 5 Juillet 1962...    Le «Train de la Mémoire» sur les rails    "L'Algérie est une nation ancienne dont l'authenticité ne peut être mise en doute"    Des milliers de logements attribués à leurs bénéficiaires dans l'Ouest du pays    Lancement de la distribution de 160.000 logements à l'échelle nationale    Le renforcement du front interne, un message de fidélité aux martyrs    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Algérie-Unesco: volonté de renforcer la coopération dans le domaine éducatif    Migrants tués par la police marocaine: la CADHP déplore le recours excessif à la force    Appel à la levée de l'embargo sioniste sur Ghaza: le Hamas salue un rapport de l'ONU    JM: programme des finales prévues dimanche    JM/Judo: l'Algérie renoue avec l'or 13 ans après    Zeroual: l'Algérie a besoin de tous ses enfants pour parachever l'édification d'un Etat moderne    Message de l'ancien Président Liamine Zeroual à l'occasion de la Fête de l'indépendance    Le DG du journal «Echaab» limogé    Grand Prix Assia Djebar du Roman: Les lauréats distingués    El-Bayadh: Le célèbre «Rakb Sid Cheikh» de retour    «C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Oran sous psychotropes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mieux vulgariser pour assurer une bonne production
Agriculture à Tiaret
Publié dans Liberté le 10 - 10 - 2021

Dans la perspective de la campagne labours-semailles 2021/2022, la direction des services agricoles (DSA) de la wilaya de Tiaret a planché sur la nécessité de mettre en symbiose les efforts de tous les intervenants dans le secteur afin de relever le défi et améliorer la production céréalière qui avait accusé un déficit énorme à l'issue de la précédente campagne.
Pour rappel, la dernière campagne des moissons-battages avait accusé un énorme déficit causé par le stress hydrique qui avait touché plus de 45% des superficies emblavées. Ainsi, sur une superficie agricole utile (SAU) de 688 725 ha, dont 41 566 ha en irrigué, 300 000 hectares sont destinés aux emblavures céréalières, dont 114 000 en blé dur, 25 000 en blé tendre, 156 000 en orge et 5000 en avoine.
Les besoins théoriques en semences sont estimés, selon les prévisions de la DSA, à 171 000 q de blé dur, 35 000 q de blé tendre, 203 000 q d'orge et 6000 q d'avoine.
En substance, un cadre des services agricoles affirme que le programme intensification couvrira, comme de tradition, une superficie pour le moins importante au profit du blé dur, blé tendre, orge et avoine, notamment au niveau des zones considérées à haute potentialités céréalières comme Rahouia et Mechraâ-Sfa. En parallèle, le programme dit intermédiaire sera aussi d'appui, selon notre interlocuteur qui estime que les emblavures hors programmes demeurent toujours considérables.
Sur un autre volet, soulignons que les cadres de ce secteur ont, à travers les diverses séances de vulgarisation, exhorté les agriculteurs à respecter le calendrier cultural, allant des travaux du sol à l'entretien des parcelles, en passant par la période des semis, et prendre toutes les mesures pour parer aux ravages du mérione, appelé aussi le rat des champs.
Cependant, pour revenir au mérione, autant préciser que les endroits à chaque fois plus menacés sont les plateaux de Medroussa, Sougueur, Hammadia et Mahdia.
Appelé encore "rat des champs" ou "mérione de Shaw", ce muridé constitue pour l'agriculture une contrainte beaucoup plus sérieuse par rapport à celles occasionnées par d'autres rongeurs champêtres dénommés aussi rongeurs arvicoles.
Dans ce sillage, les services de l'agriculture rassurent quant à un programme entériné dans ce sens et qui est principalement axé des séances de vulgarisation.
Toutefois, le rongicide utilisable comme appât empoisonné au niveau des terriers est, chaque année, remis aux subdivisionnaires agricoles chargés de la distribution et du suivi immédiat de l'opération de lutte qui est chapeautée par l'inspection pour la protection des végétaux. Kilrat, Deraticide Pese et Detia Raticide sont les produits dits "de choc" utilisés.
Au demeurant, un cadre des services agricoles a exprimé son regret de constater que la lutte mécanique, qui consiste à détruire les terriers par des labours profonds, notamment au printemps qui est la période de reproduction de ce rongeur, n'a pas été adéquatement appliquée.
Cependant, outre les luttes antimérionique et antiacridienne, les services concernés par la vulgarisation agricole tout comme ceux de l'inspection pour la protection des végétaux sont interpellés quant à la multiplication des séances de sensibilisation sur la culture des traitements devant protéger et les cultures et la végétation contre d'autres ravageurs. Parmi ces déprédateurs, on peut citer des exemples dont la présence à travers la région ne peut être niée.
Il s'agit en effet de "la chenille processionnaire" et "le capricorne asiatique" qui attaquent les arbres forestiers, "le pou de San José" qui trouve sa prédilection dans les arbres fruitiers, notamment le pommier dont il suce la sève jusqu'au dépérissement, "le phylloxera" qui s'attaque à la vigne et "le mildiou" qui ravage la pomme de terre... et autant d'autres ravageurs dont l'agriculteur doit préalablement se méfier avant la propagation, voire prévenir au lieu de guérir.

SALEM REMANE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.