Le Président Tebboune institue le 4 août journée nationale de l'ANP    CAN-2021 / Algérie : " Le match face à la Côte d'Ivoire ne sera pas délocalisé"    Manchester United: Pogba de retour plus vite que prévu ?    Coronavirus: 810 nouveaux cas    Le procès de Chakib Khelil et de l'ancien P-DG de Sonatrach reporté    Plus de 1 700 employeurs exonérés à Aïn Témouchent    De Mistura doit agir pour garantir le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Le Conseil présidentiel en faveur de la tenue des élections    Les troupes nigérianes tuent cinq terroristes lors d'une fusillade    Le N 2 d'un groupe terroriste éliminé    "L'ACTIVITE SYNDICALE EST VITALE POUR LA SOCIETE"    Le statu quo !    Levée des obstacles sur 679 projets d'investissement    Accidents de la route : 34 morts et 1027 blessés en une semaine    Saisie de plus de 15 kg de cocaïne et 14 q de kif traité en 2021    Un syndicat plaide pour la gratuité des tests de dépistage de la Covid-19    M. Lamamra reçu par le Président égyptien Abdelfattah Al-Sissi    Trois morts suite à une attaque par drone    Croissance de 8,1% en 2021, au plus haut depuis une décennie    Mouvement partiel dans le corps des douanes    Le baril de Brent «touche» les 86 dollars    Le pôle de formation ouvre ses portes à la presse    A l'écoute de la CAN    Quatrième report du procès de Chakib Khelil    Entre le fait politique et le fait polémique, l'intérêt du citoyen en péril !    Un vif intérêt d'opérateurs américains pour une coopération avec leurs homologues algériens    «L'Omicron n'épargne aucune tranche d'âge»    Des agressions et des vols à répétition sur des équipements d'électricité et de gaz    Covid-19: vaccination "fondamentale" et mesures barrières pour faire face à la pandémie    Privilèges, affectations et contrariétés !    Comment un espion de la CIA est tombé à Alger    La «Longue liste» des auteurs retenus pour le prix littéraire Mohammed-Dib dévoilée    Des experts japonais en visite au CNRDPA et nombre de ports de pêche à Skikda    Equipe nationale: Une faillite collective    Pénurie d'huile: Les résultats de l'enquête parlementaire dans dix jours    Nouvelles infrastructures éducatives    Une histoire entre colons    Tébessa: Une dégradation en continu du cadre de vie    Belmadi refuse d'abdiquer    L'ADE au banc des accusés    Arrêts, grève et menaces planent...    Comme Barkhane, Takuba déjà à la peine    Tu recevras autant que tu as...    Les Canaris assurent et rassurent    Bouazza lance un cri de détresse    Héroïsme et sacrifice d'un condamné à mort    «Le rythme, c'est la vie»    La conquête de l'impossible    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mieux vulgariser pour assurer une bonne production
Agriculture à Tiaret
Publié dans Liberté le 10 - 10 - 2021

Dans la perspective de la campagne labours-semailles 2021/2022, la direction des services agricoles (DSA) de la wilaya de Tiaret a planché sur la nécessité de mettre en symbiose les efforts de tous les intervenants dans le secteur afin de relever le défi et améliorer la production céréalière qui avait accusé un déficit énorme à l'issue de la précédente campagne.
Pour rappel, la dernière campagne des moissons-battages avait accusé un énorme déficit causé par le stress hydrique qui avait touché plus de 45% des superficies emblavées. Ainsi, sur une superficie agricole utile (SAU) de 688 725 ha, dont 41 566 ha en irrigué, 300 000 hectares sont destinés aux emblavures céréalières, dont 114 000 en blé dur, 25 000 en blé tendre, 156 000 en orge et 5000 en avoine.
Les besoins théoriques en semences sont estimés, selon les prévisions de la DSA, à 171 000 q de blé dur, 35 000 q de blé tendre, 203 000 q d'orge et 6000 q d'avoine.
En substance, un cadre des services agricoles affirme que le programme intensification couvrira, comme de tradition, une superficie pour le moins importante au profit du blé dur, blé tendre, orge et avoine, notamment au niveau des zones considérées à haute potentialités céréalières comme Rahouia et Mechraâ-Sfa. En parallèle, le programme dit intermédiaire sera aussi d'appui, selon notre interlocuteur qui estime que les emblavures hors programmes demeurent toujours considérables.
Sur un autre volet, soulignons que les cadres de ce secteur ont, à travers les diverses séances de vulgarisation, exhorté les agriculteurs à respecter le calendrier cultural, allant des travaux du sol à l'entretien des parcelles, en passant par la période des semis, et prendre toutes les mesures pour parer aux ravages du mérione, appelé aussi le rat des champs.
Cependant, pour revenir au mérione, autant préciser que les endroits à chaque fois plus menacés sont les plateaux de Medroussa, Sougueur, Hammadia et Mahdia.
Appelé encore "rat des champs" ou "mérione de Shaw", ce muridé constitue pour l'agriculture une contrainte beaucoup plus sérieuse par rapport à celles occasionnées par d'autres rongeurs champêtres dénommés aussi rongeurs arvicoles.
Dans ce sillage, les services de l'agriculture rassurent quant à un programme entériné dans ce sens et qui est principalement axé des séances de vulgarisation.
Toutefois, le rongicide utilisable comme appât empoisonné au niveau des terriers est, chaque année, remis aux subdivisionnaires agricoles chargés de la distribution et du suivi immédiat de l'opération de lutte qui est chapeautée par l'inspection pour la protection des végétaux. Kilrat, Deraticide Pese et Detia Raticide sont les produits dits "de choc" utilisés.
Au demeurant, un cadre des services agricoles a exprimé son regret de constater que la lutte mécanique, qui consiste à détruire les terriers par des labours profonds, notamment au printemps qui est la période de reproduction de ce rongeur, n'a pas été adéquatement appliquée.
Cependant, outre les luttes antimérionique et antiacridienne, les services concernés par la vulgarisation agricole tout comme ceux de l'inspection pour la protection des végétaux sont interpellés quant à la multiplication des séances de sensibilisation sur la culture des traitements devant protéger et les cultures et la végétation contre d'autres ravageurs. Parmi ces déprédateurs, on peut citer des exemples dont la présence à travers la région ne peut être niée.
Il s'agit en effet de "la chenille processionnaire" et "le capricorne asiatique" qui attaquent les arbres forestiers, "le pou de San José" qui trouve sa prédilection dans les arbres fruitiers, notamment le pommier dont il suce la sève jusqu'au dépérissement, "le phylloxera" qui s'attaque à la vigne et "le mildiou" qui ravage la pomme de terre... et autant d'autres ravageurs dont l'agriculteur doit préalablement se méfier avant la propagation, voire prévenir au lieu de guérir.

SALEM REMANE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.