Relance industrielle: un pas vers le redressement des processus erronés    Abbas se dit optimiste de l'organisation du prochain Sommet arabe à Alger    Mobiliser tous les organismes de l'Etat pour accompagner les opérateurs-exportateurs    JM Oran-2022 : Des instructions pour créer une instance de suivi des préparatifs    Algérie-Egypte : Un autre match, une autre histoire    Real : Casemiro compte sur Jovic pour faire oublier l'absence de Benzema    Elections de la LFP : Medouar évasif sur un deuxième mandat    Les nouvelles technologies contribueront à la généralisation de l'utilisation de la langue arabe    La Touiza, entre héritage et pratique    «Je me suis mordue la langue» de Nina Khada primé    Goudjil reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Le Premier ministre reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Affaire Condor : 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi et acquittement en faveur des cadres Mobilis    Le Barça va faire une nouvelle offre à Dembélé    Présentation de chauffe-eau-solaires locaux mardi à Bousmail    Affaire Groupe Condor: 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi    Le CNDPI publie une revue spéciale élections locales    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    L'APW dans l'escarcelle du FLN    "Nos joueurs ont été perturbés par ce confinement"    Météo : Des vents forts continueront à souffler sur plusieurs wilayas du pays ce lundi (BMS)    La tutelle annonce des mesures d'apaisement    Mort d'un septuagénaire par asphyxie au monoxyde de carbone    Lancement de la vaccination à domicile    Conseil de sécurité de l'ONU : Lamamra appelle l'Afrique à parler d'une seule voix    Les graves accusations de Baâdji    Le défi de la qualité    Le dernier vol du colibri !    ASM Oran : El Djemîa en route vers le purgatoire !    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    L'UGTT réclame un «dialogue national»    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    Haaland peste contre l'arbitrage    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    Augmentation pénalisante des prix    Les japonais "s'intéressent" au marché algérien    7 décès et 172 nouveaux cas en 24 heures    Le FFS fait son bilan    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    Le voleur des 32 kg de cuivre arrêté en flagrant délit    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    La vie d'errance de Si Mohand ou Mhand    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le petit pas de Macron
Commémoration officielle à paris des massacres du 17 octobre 1961
Publié dans Liberté le 17 - 10 - 2021

Présent hier pour la commémoration, le président français n'a pas prononcé de discours et s'est contenté d'un communiqué dans lequel il qualifie les massacres de "crimes inexcusables pour la République". Par prudence électoraliste ou par manque d'audace, M. Macron a préféré jouer sur les symboles, évitant de reconnaître un crime d'Etat.
"Des crimes inexcusables pour la République." C'est par ces mots (prudents) que la France officielle s'est exprimée, hier, pour dénoncer les massacres de centaines d'Algériens, un certain 17 Octobre 1961. Une tuerie occultée et non reconnue pendant des décennies, faut-il le rappeler. La cérémonie de commémoration du 60e anniversaire de ces crimes dont l'Etat français est responsable s'est déroulée, hier, en présence du président français, Emmanuel Macron. Une présence qualifiée par les médias de l'Hexagone d'"inédite", puisque c'est la première fois qu'un président français se rend sur les lieux du massacre, sur les berges de la Seine, pour déposer une gerbe de fleurs. Pas de discours cependant. Par calcul "électoraliste" ou par manque d'audace de dire les mots justes et reconnaître des crimes d'Etat, Emmanuel Macron s'est contenté d'un exercice purement symbolique.
Parce que prononcer un discours impliquerait de dire la vérité tout entière. Mais aussi, reconnaître un crime d'Etat impliquerait surtout une réparation matérielle de la France pour les massacres commis contre des Algériens sortis pacifiquement dans les rues de la capitale française pour réclamer justice et liberté. À l'issue d'une cérémonie officielle donc, l'Elysée s'est contenté d'un communiqué à travers lequel, Emmanuel Macron reconnaît que "les crimes commis cette nuit-là sous l'autorité de Maurice Papon (le préfet de police de Paris, ndlr) sont inexcusables pour la République". En parlant de "crimes", le président français semble tout juste faire un pas plus loin que son prédécesseur François Hollande qui, lui, a admis, en 2012, une "sanglante répression".
Si aux yeux de la France, engagée dans une politique de petits pas, avec la plus grande prudence, sur le dossier lourd de la mémoire, le geste de Macron (sa présence sur les lieux des crimes) revêt une symbolique importante, pour les descendants des victimes de ces massacres abominables, ces crimes restent impunis. Au-delà des geste purement symboliques, Ils attendent plus de courage de la part de l'Etat français. Ils exigent réparation. Mettre, par ailleurs, agresseurs et agressés sur un pied d'égalité, comme cela ressort clairement du communiqué de l'Elysée, révèle tout le mal de la France à assumer son passé colonial. "(...) La France reconnaît les responsabilités clairement établies.
Elle le doit d'abord et avant tout à elle-même, à toutes celles et ceux que la Guerre d'Algérie et son cortège de crimes commis de tous côtés ont meurtris dans leur chair et dans leur âme", lit-on ainsi dans le communiqué officiel de l'Elysée. Un jeu "malsain", selon le chercheur en Histoire, Hosni Kitouni. Pour lui, "le Président français, comme il était attendu, a fait a minima reconnaître les crimes sans les qualifier. C'est une véritable reculade par rapport à ce qu'il avait laissé entendre et par rapport à la préconisation de l'historien Benjamin Stora", rappelle-t-il, par ailleurs.
"C'est un jeu malsain, parce que derrière, il y a la mort de 400 Algériens assassinés dans des conditions ignobles par la police de la République", ajoute-t-il, en insistant, en outre, sur l'"exigence des réparations pour les victimes et leurs descendants. Quand M. Macron déclare reconnaître tous les crimes, y compris ceux du FLN, il met sur le même plan agresseurs et agressés... encore une fois, nous sommes dans le déni".

K. Benamar


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.