Real : Rüdiger est la priorité défensive    L'Algérie pour écrire son nom sur les tablettes de l'épreuve    Lionel Messi au septième ciel du football à Paris    Festivals du court-métrage d'Annaba et «Cinemana du film arabe» d'Oman    "EDEX-2021" du Caire : Said Chanegriha reçu par son homologue égyptien    Opep+ œuvrera à préserver l'équilibre du marché dans le contexte des craintes du variant Omicron    Elections locales: le FLN arrive en tête avec 5978 sièges    La vague de normalisation "se brisera contre la position authentique de l'Algérie"    Raffinerie de Skikda : une flamme derrière l'incident survenu mardi    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie en Ouganda    Benabderrahmane: la rupture avec les anciennes pratiques impossible sans des médias forts et objectifs    Covid-19: la pandémie a fait au moins 5.206.370 morts dans le monde    Séance de travail Lamamra-Wang Yi à Dakar    (EXCLUSIF) Noureddine Tayebi (fondateur de "Yassir"): « ce n'était pas une mince affaire »    Monoxyde de carbone : 95 décès depuis le début de l'année    Le rôle pionner de l'APS dans l'accès du citoyen à l'information mis en exergue    Sebgag dépêché en urgence à Oran    Plus de 200 investisseurs mis en demeure en 2021    Sellal acquitté et Rahiel condamné à 3 ans de prison    La campagne nationale de vaccination lancée    Plusieurs axes routiers bloqués par la neige    Vers le dénouement de la crise ?    Une bureaucratie en remplace une autre !    Les nouvelles technologies au secours de la culture    "Fahla , l'audace dans la langue algérienne"    Le Sénégal souhaite un soutien de Pékin au Sahel    Le Maroc et Israël main dans la main contre l'Algérie    11 entraîneurs européens présents au Qatar    10 000 hectares réservés à la céréaliculture à El-Ménéa    L'article 29 à la carte !    Report du procès de l'ancien wali de Djelfa    «L'Algérie se considère actuellement comme un Etat en confrontation avec l'entité sioniste»    La cérémonie officielle, vendredi prochain, à Paris    Une bonne nouvelle peut cacher un film    ACTUCULT    Compliqué pour la Saoura, jouable pour la JSK    Deuxième succès des Algériennes face à la Tunisie    Prévue le 7 décembre: Grève annoncée à la Santé    Les rejets anarchiques prennent de l'ampleur: 720 tonnes de déchets inertes collectées en trois jours    «La faiblesse des flux Internet fausse tout»    Les spéculateurs ont la peau dure    Assommants cachets...    «L'Algérie ne renoncera pas!»    Le monde vu par El Moudjahid    Une ville cruciale dans la guerre au Yémen    Un cas unique de corruption    Kamel Aziz «l'héritier de Amar Ezzahi»    Les orphelins de la vallée de la Soummam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mohad Gasmi, l'homme qui a dit "non" au gaz de schiste
Il a été condamné avant-hier à 5 ans de prison ferme
Publié dans Liberté le 19 - 10 - 2021

Mohad Gasmi, figure connue du Hirak populaire et militant anti-gaz de schiste, a été condamné, dimanche dernier, à cinq années de prison ferme avec interdiction d'exercer son droit de vote durant 5 ans par le tribunal criminel d'Adrar. En cause, un post sur les réseaux sociaux dans lequel il exprimait sa sympathie à Abdessalem Tarmoune, leader radicalisé du Mouvement des enfants du Sud pour la justice (MESJ), tué en 2018 dans le Sud-Ouest libyen. "Dans sa publication, Mohad a tenté d'expliquer que la marginalisation et la hogra pouvaient conduire à la radicalisation et à la violence", a indiqué à Liberté un des avocats de la défense de Mohad Gasmi.
Figure de la contestation sociale dans le Sud algérien, Abdessalem Tarmoune s'était radicalisé en 2010, avant, selon des sources sécuritaires citées par les médias à l'époque, "de rejoindre en 2012 le Mouvement pour l'unité et le jihad en Afrique de l'Ouest, qui a ensuite fusionné avec le groupe des Signataires par le sang pour devenir Al-Mourabitoune en 2013". Pour la défense, le post reproché à Gasmi ne justifie pas une accusation d'apologie du terrorisme, encore moins une condamnation aussi lourde. Lors du procès qui s'est déroulé dimanche 17 octobre dernier, le ministère public avait requis la peine de 7 ans de prison ferme et 500 000 DA d'amende, tandis que les avocats de la défense ont plaidé l'acquittement.
Mohad Gasmi, en détention provisoire depuis plus d'une année, doit répondre d'autres chefs d'accusation dans le cadre d'une seconde affaire portant, elle, sur son activisme, contre l'exploitation du gaz de schiste. Il lui est notamment reproché d'avoir involontairement transmis des informations sensibles à des parties étrangères et porté atteinte à la sûreté nationale. Jugé le 13 octobre dernier, l'accusé a clamé son innocence, ce qui n'a pas convaincu le ministère public qui a requis 10 années de prison ferme.
Là aussi, la défense a plaidé l'acquittement pour absence d'éléments de preuve soutenant les charges retenues contre l'activiste. Une fois n'est pas coutume dans ce genre de procès, le juge d'audience a préféré ordonner un complément d'enquête avant de prononcer son verdict. Rappelons que Mohad Gasmi, qui avait annoncé sur son compte Facebook avoir été interrogé par Interpol, a été arrêté le 8 juin 2020 pour être placé sous mandat de dépôt, une semaine plus tard, par le juge d'instruction près le tribunal d'Adrar. Toutes les demandes de mise en liberté provisoire introduites par la défense ont été rejetées par le parquet. Sa condamnation, avant-hier, a suscité une vague d'indignation sur les réseaux sociaux, surtout que l'activiste est connu pour sa "sagesse" et son "discours responsable", selon ses avocats.

S. Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.