Le Président ordonne la création d'un outil de contrôle    Texte intégral de la réunion du Conseil des ministres    L'argent informel représente 34 % de la masse monétaire globale    163 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Les principales décisions de Tebboune    La Seaal annonce des coupures dans plusieurs communes d'Alger    Le youtubeur "Fekrinho" retrouvé mort à la plage Cap-Roux    Tebboune insiste sur l'irrigation pour augmenter de 20% la production nationale de blé    Barça : Bartomeu passera la nuit au commissariat    Le Président Tebboune n'écarte pas l'organisation des élections législatives et locales à la même date    Le Polisario réitère son engagement à défendre la souveraineté du peuple sahraoui    Beldjoud préside l'installation du wali de Bordj Badji Mokhtar    Indicateurs financiers en 2020: la politique monétaire à la rescousse de la liquidité bancaire    Découverte d'un corps sans vie s'apparentant à celui du jeune homme disparu, Fekri Benchenane    Reconduction du confinement partiel à domicile dans 19 wilayas    Création d'un groupe d'amitié parlementaire entre l'Ouganda et la RASD    Le dossier de demande de la licence professionnelle transmis à la DCGF    La double confrontation amicale Algérie-Côte d'Ivoire annulée    Denis Lavagne dompte le Mouloudia    Les déplacés confrontés à un risque imminent de famine    Washington veut éviter la rupture avec l'Arabie Saoudite    Des dizaines d'arrestations lors d'une manifestation d'opposition    Pour les bonnes réponses, faudrait faire un effort !    Les conditions d'exercice et d'agrément réglementées    Les transporteurs usagers du CW 80 en colère    Rencontre «Evocation, Asmekti N Idir» à Larbaâ Nath Irathen : Yidir ...pour l'éternité    Dix affiches d'artistes, dont Mika, pour redonner des couleurs à Paris    Au bonheur du public !    Bendouda relève l'urgence de promulguer un nouveau cahier des charges    La démonstration de force d'Ennahdha    Le décret publié au "Journal officiel"    Le procès du greffier hirakiste reporté au 21 mars    Ameur Guerrache condamné à 7 ans de prison ferme    Karim Tedjani | militant écologiste et fondateur du portail de l'écologie Nouara : «Pour produire réellement bio, il y a des critères à respecter»    Retour sur les transferts de fonds à destination de l'étranger    Mamélodi Sundowns s'est baladé face au CRB (5-1)    4 décès et 132 nouveaux cas    Biden est contraint d'annuler la décision de son prédécesseur concernant le Sahara occidental    Le fort de Gouraya, un site à sauvegarder    AVONS-NOUS LES MOYENS DE LA DEMOCRATIE ?    El-Bahia, carrefour culturel méditerranéen    Dar Abdellatif (AARC) : célébration de la journée de la femme    L'impératif de former un front interne solide pour protéger le pays contre les ennemies    Ambassade des Etats-Unis: Du nouveau pour les titulaires d'un «visa de diversité»    MC Alger: Lorsque les joueurs font la loi !    Nouvelles souches du coronavirus: Les autorités appelées à plus de fermeté    Un phénomène devenu anodin à Aïn El Turck: Le squat de la chaussée et des trottoirs prend de l'ampleur    Une première pour les nouveaux ministres du Gouvernement Djerrad III    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dalila Touat condamnée à 18 mois de prison ferme
Tribunal de Mostaganem
Publié dans El Watan le 19 - 01 - 2021

Sévère condamnation au tribunal de Mostaganem contre une activiste. Dalila Touat, enseignante de physique de 45 ans, a été condamnée à 18 mois de prison ferme assortie d'une amende pour ses publications sur les réseaux sociaux, a annoncé le Comité national de libération des détenus (CNLD).
Le parquet avait requis deux ans de prison ferme assortis d'une amende de 300 000 DA à l'encontre de l'enseignante, lors de son procès le 11 janvier, pour les chefs d'inculpation d'«outrage à corps constitué», «diffamation et publications portant atteinte à l'ordre public».
L'activiste a été placée sous mandat de dépôt le dimanche 3 janvier, après sa comparution immédiate au tribunal de Mostaganem.
Porte-parole des chômeurs, l'enseignante, en grève de la faim depuis son incarcération (deux semaines), «est accusée d'avoir incité les citoyens à ne pas voter lors du référendum sur la Constitution (1er novembre 2020) et outrage à un fonctionnaire dans l'exercice de ses fonctions», signale le CNLD. Le verdict a provoqué une large indignation sur les réseaux sociaux.
Une vidéo diffusée montre la mère de Dalila Touat en pleurs. «C'est elle qui s'occupait de moi. Je n'ai qu'elle à mes côtés», dit la mère éplorée.
Militante du mouvement populaire, Fatma Boufenik considère que la condamnation de l'activiste s'inscrit dans «un processus de harcèlement depuis 2011 par ce système». «Dans le mouvement des chômeur(e)s (Dalila Touat) est un leader de la trempe de Tahar Belabbas (qui s'est exilé) et de Gasmi Mohad (sous les verrous à la prison d'Adrar). Mes pensées vont à sa maman ! Dalila a fait son choix, elle l'a réaffirmé haut et fort lundi 11 janvier et savait qu'elle risquait de payer cher sa détermination pour ses convictions. Depuis le 3 janvier 2021, elle est en grève de la faim et on risque de la perdre malheureusement», s'offusque Mme Boufenik dans un post sur sa page Facebook.
Le dossier de Nekkaz devant la Chambre d'accusation
A Mostaganem, une autre activiste, Souria Belghoul, a été convoquée hier par la police. «Elle sera présentée devant le juge d'instruction mercredi 20 janvier, à la suite de la vidéo lors du mariage de Abdelhafid Ferrah (quelques jours après sa sortie de prison)», signale le CNLD.
Il est à préciser, par ailleurs, que des procès de manifestants du mouvement populaire ont été recensés par le CNLD. A Oran, 14 manifestants poursuivis en justice ont bénéficié de la relaxe.
Le parquet avait requis 6 mois de prison ferme à leur encontre, lors de leur procès qui s'est tenu le 21 décembre 2020, au tribunal de Fillawsen (Oran).
Il s'agit du procès de Jamila Loukil (journaliste à Liberté), Noureddine Guellil, Kacem Saïd, Kaddour Chouicha, Abdelhadi Abbas, Walid Belkacem et sept autres personnes, détaille le CNLD qui précise que les prévenus étaient poursuivis pour «attroupement non armé» et «trouble à l'ordre public».
A la cour d'Alger, la chambre d'accusation examinera demain la demande de liberté provisoire du détenu Rachid Nekkaz, a annoncé Me Heboul Abdellah. Pour rappel, la même chambre a rejeté la demande de mise en liberté provisoire du détenu après l'étude du dossier le 11 novembre.
Nekkaz est en détention provisoire depuis le 4 décembre 2019. Il est poursuivi pour «incitation à porter des armes contre des représentants de l'Etat» (criminelle), «incitation à attroupement non armé» et «publication sur Facebook pouvant porter atteinte à l'intérêt national» (correctionnelle).
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.