Sellal acquitté    Coupe Arabe : Le groupe de l'Algérie au complet pour la séance d'entrainement du dimanche à Doha    Un scrutin et des leçons    Le salaire moyen en Algérie stagne sous les 42 000 DA    Eni cède 49,9% de ses parts à Snam    De l'apport de la maison d'accompagnement et d'intégration    Comment mettre fin au projet d'expansion israélienne    Trois manifestants tués    La réouverture de la frontière au menu    La Cour constitutionnelle tranche en faveur des avocats    Des duels directs intéressants    Plus de 1 700 logements réceptionnés par l'OPGI    Plantation de 4 000 arbustes en 2021    Démantèlement d'un réseau de migrants vers l'Espagne    Il y a cinq ans s'éteignait Amar Ezzahi    ...CULTURE EN BREF ...    Le Championnat national hivernal les 18 et 19 mars à Oran    Mahrez n'en veut pas à Guardiola    Les résultats provisoires attendus cette semaine    Retour du FLN, forte percée des indépendants et net recul du FFS à Béjaïa    Des Miss et des Z'hommes    Une mère et son enfant tués par le monoxyde de carbone    Les services de la santé sur le qui-vive    «Nous devons apprendre à vivre avec le Covid-19»    Les risques commerciaux découlant de l'affrètement d'un navire    Les indépendants conduiront la commune de Constantine    Pour le Ballon d'Or, Zidane affiche une nouvelle fois son soutien à Benzema    Chlef: Des facilitations pour les employeurs    Chutes de neige et glissement de terrain: Des routes fermées dans plusieurs wilayas    Ils seront transférés aux vendeurs activant dans l'informel: Une commission pour recenser les locaux et marchés inexploités    Rapprochement entre le Maroc et l'entité sioniste: «Un véritable danger pour toute la région»    Climat ombrageux ?    La xénophobie change de sens    Le doigt d'honneur du prétendant Zemmour adressé en vrai aux Français    Hommage - Paul Bouaziz (Oran, 1926- Paris, 2021): L'avocat des démunis et des résistants    Chanegriha au Caire pour participer au Salon de Défense    Cinq combattants kurdes tués dans une attaque de l'EI    Le Front Polisario appelle la jeunesse mondiale à renforcer son soutien    Ferhat, une affaire à saisir    Le feuilleton Haaland est relancé    Palmeiras réussit le doublé    Le Comité militaire mixte libyen s'est réuni à Tunis    Tripoli soigne son partenariat avec Alger    La nouvelle vague    Le SG de l'ONU «très satisfait» du rôle de l'Algérie    «L'homme-carrefour» de Hakim Laâlam primé    «Une ère nouvelle d'estime et d'amitié»    L'art rassemble le tout-Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quand les parents et les enfants jouent avec la mort
CELEBRATION DE LA FÊTE DU mouloud
Publié dans Liberté le 20 - 10 - 2021

Des milliards partis en fumée, des maisons brûlées, des enfants blessés, des entreprises et des écoles touchées, cette fête ancestrale vire, chaque année, au drame.
Formellement interdits à l'importation depuis 1988 en vertu d'un décret par ailleurs modifié et complété en 2017, les produits pyrotechniques, jusqu'ici classés en tant que "substances sensibles", ont non seulement inondé le marché national, mais continuent encore de provoquer des accidents et des dégâts matériels inestimables. Notamment dans la capitale où les enfants, voire des adultes, ont mis le paquet pour fêter le Mawlid Enabbaoui Charif. Durant toute la nuit de lundi à mardi, la fête s'est transformée en drame dans plusieurs quartiers de la capitale. Dans certaines cités, les enfants se sont adonnés à des batailles rangées. Fusées, pétards, bombes et autres fumigènes, vendus à même le trottoir et à l'intérieur des cités, sont dangereusement lancés depuis et vers les balcons pour "fêter" cet événement censé se dérouler dans la sérénité et la piété. Selon un bilan provisoire de la Direction générale de la Protection civile (DGPC), l'utilisation des produits pyrotechniques, lors de ces festivités, notamment à travers les grandes villes du pays, a poussé les unités de cette institution à mettre en place un dispositif de veille et de sécurité opérationnel le"pour prendre en charge rapidement les personnes blessées et aussi éteindre les incendies dès leur déclenchement pour éviter leur propagation".
Mais c'était compter sans l'irresponsabilité des parents qui ont déboursé des fortunes pour faire plaisir à leur progéniture ou encore imiter les voisins pour fêter convenablement cet événement. Les unités de la Protection civile ont reçu, lundi, les premiers appels au secours dès 18h. "Nos unités ont effectué plusieurs interventions, afin de secourir et d'évacuer deux personnes blessées et atteintes de brûlures. Nous sommes également intervenus pour l'extinction de 31 incendies, dont des incendies de maison, de balcons d'habitation, d'arbres et de palmiers, à travers 24 communes de la wilaya d'Alger", a indiqué la DGPC, dont les unités n'ont pas connu un seul moment de répit face aux explosions de ces produits prohibés. Selon la même source, des (premiers) soins ont été prodigués à un enfant de 14 ans à Bouzaréah.
Atteinte de brûlures à la bouche, la victime a été évacuée vers l'hôpital pour être prise en charge. Idem à Rouiba où, cette fois-ci, la victime n'est autre qu'un homme âgé de 51 ans. Blessée à la joue gauche, la victime a également été prise en charge par les sapeurs-pompiers avant d'être évacuée vers l'hôpital. Quant aux incendies, les mêmes unités ont procédé à l'extinction de 31 feux, dont 17 ont touché des broussailles dans plusieurs communes de la capitale, notamment à Bab El-Oued, Staouéli, Bouzaréah, Rouiba, El-Achour, Chéraga, Birkhadem, Kouba, Bourouba, Gué-de-Constantine, Dely Ibrahim, El-Harrach, Aïn Benian et Bordj El-Bahri. Ces incendies ont été provoqués par des produits pyrotechniques lancés depuis les balcons des habitations au vu et au su des parents "heureux" de voir leurs enfants jouer avec la mort.
Par ailleurs, les sapeurs-pompiers sont intervenus pour l'extinction de trois autres incendies déclenchés à l'intérieur des habitations à Dar El-Beïda, à la cité AADL Les Bananiers, à El-Harrach (boulevard de la Révolution) et un autre à la cité 10000-Logements (AADL) de Sidi Abdellah. Les batailles rangées entre les enfants n'ont pas épargné les balcons des habitations où quatre violents incendies ont été déclenchés à El-Harrach, à Birkhadem, à Birtouta et à Chéraga.
Les jets des projectiles en feu ont également touché les déchets plastiques à l'intérieur d'une société de recyclage basée à Rouiba. Pis encore, les mêmes unités ont procédé, bien avant minuit, à l'extinction d'un incendie qui a touché des arbres à l'intérieur de l'école primaire Aït-Ourdja, mais aussi à Raïs Hamidou, à Dély Ibrahim, à Hussein-Dey et à Kouba. Enfin, note la DGPC, un feu a été circonscrit dans la cour d'une habitation, cité Souleymane de Chéraga, où les pétards ont détruit des matelas.


FARID BELGACEM


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.