Real : Rüdiger est la priorité défensive    L'Algérie pour écrire son nom sur les tablettes de l'épreuve    Lionel Messi au septième ciel du football à Paris    Festivals du court-métrage d'Annaba et «Cinemana du film arabe» d'Oman    "EDEX-2021" du Caire : Said Chanegriha reçu par son homologue égyptien    Opep+ œuvrera à préserver l'équilibre du marché dans le contexte des craintes du variant Omicron    Elections locales: le FLN arrive en tête avec 5978 sièges    La vague de normalisation "se brisera contre la position authentique de l'Algérie"    Raffinerie de Skikda : une flamme derrière l'incident survenu mardi    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie en Ouganda    Benabderrahmane: la rupture avec les anciennes pratiques impossible sans des médias forts et objectifs    Covid-19: la pandémie a fait au moins 5.206.370 morts dans le monde    Séance de travail Lamamra-Wang Yi à Dakar    (EXCLUSIF) Noureddine Tayebi (fondateur de "Yassir"): « ce n'était pas une mince affaire »    Monoxyde de carbone : 95 décès depuis le début de l'année    Le rôle pionner de l'APS dans l'accès du citoyen à l'information mis en exergue    Sebgag dépêché en urgence à Oran    Plus de 200 investisseurs mis en demeure en 2021    Sellal acquitté et Rahiel condamné à 3 ans de prison    La campagne nationale de vaccination lancée    Plusieurs axes routiers bloqués par la neige    Vers le dénouement de la crise ?    Une bureaucratie en remplace une autre !    Les nouvelles technologies au secours de la culture    "Fahla , l'audace dans la langue algérienne"    Le Sénégal souhaite un soutien de Pékin au Sahel    Le Maroc et Israël main dans la main contre l'Algérie    11 entraîneurs européens présents au Qatar    10 000 hectares réservés à la céréaliculture à El-Ménéa    L'article 29 à la carte !    Report du procès de l'ancien wali de Djelfa    «L'Algérie se considère actuellement comme un Etat en confrontation avec l'entité sioniste»    La cérémonie officielle, vendredi prochain, à Paris    Une bonne nouvelle peut cacher un film    ACTUCULT    Compliqué pour la Saoura, jouable pour la JSK    Deuxième succès des Algériennes face à la Tunisie    Prévue le 7 décembre: Grève annoncée à la Santé    Les rejets anarchiques prennent de l'ampleur: 720 tonnes de déchets inertes collectées en trois jours    «La faiblesse des flux Internet fausse tout»    Les spéculateurs ont la peau dure    Assommants cachets...    «L'Algérie ne renoncera pas!»    Le monde vu par El Moudjahid    Une ville cruciale dans la guerre au Yémen    Un cas unique de corruption    Kamel Aziz «l'héritier de Amar Ezzahi»    Les orphelins de la vallée de la Soummam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les putschistes isolés
Aucun pays ne soutient ouvertement le coup d'état au Soudan
Publié dans Liberté le 27 - 10 - 2021

Le s putschistes sont isolés après les réactions internationales qui réclament le retour à l'ordre institutionnel et la libération des ministres et civils arrêtés. L'espace aérien a été fermé hier. Et les premières sanctions commencent à tomber.
Les Etats-Unis qui ont demandé la libération du Premier ministre Abdallah Hamdok, qui finalement a été emmené au domicile du général Abdel Fattah al-Burhane, chef des putschistes, ont également suspendu 700 millions de dollars d'aide à la transition.
Parce que, pour Washington, la voie vers ses premières élections libres après trois décennies de dictature d'Omar el-Béchir semble de plus en plus bouchée. Le général a indiqué que "le Premier ministre était en bonne santé et qu'il rentrera chez lui une fois la crise achevée".
Pour la Troïka — les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la Norvège — à la manœuvre sur le dossier soudanais depuis des années, "les actions des militaires trahissent la révolution et la transition" entamée il y a plus de deux ans.
Le Premier ministre soudanais et les autres responsables "détenus illégalement doivent être libérés immédiatement", a réclamé mardi le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, en déplorant la "multiplication" de coups d'Etat cette année dans le monde et "la totale impunité" dont se prévalent leurs auteurs militaires.
"Nous avons constaté qu'il n'y avait pas cette dissuasion, que ce soit en Birmanie et dans plusieurs pays africains", a-t-il ajouté, en évoquant implicitement la Guinée et le Mali.
Au plan diplomatique les premières défections sont signalées en Europe où les ambassadeurs soudanais de trois pays en Europe — France, Belgique et Suisse — ont déjà proclamé leurs ambassades comme celles du "peuple et de sa révolution".
D'autres ambassadeurs pourraient les suivre notamment ceux accrédités dans les pays qui ont dénoncé le coup d'Etat.
À l'intérieur du Soudan, la résistance maintient la pression sur les militaires. Le bureau du Premier ministre soudanais Abdallah Hamdok a appelé, hier, "les putschistes à le libérer immédiatement", dans un communiqué diffusé par le ministère de l'Information après les déclarations du chef de l'armée affirmant que M. Hamdok était chez lui.
Le texte réclame également la "libération de toutes les personnes arrêtées tôt lundi avec le Premier ministre, notamment son épouse, plusieurs de ses ministres et les membres civils du Conseil en charge de la transition". La communauté internationale a déjà réclamé à plusieurs reprises leur libération.
Enfin, "Pas de retour en arrière possible", scandent les Soudanais toujours dans la rue hier, au lendemain d'un coup d'Etat condamné à l'étranger et la mort de quatre manifestants qui protestaient après l'arrestation de la quasi-totalité des dirigeants civils par les militaires avec lesquels ils partageaient le pouvoir.

R. I./ Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.