Décès de l'ancien ministre des Affaires religieuses, Dr Saïd Chibane: le Président Tebboune présente ses condoléances    L'Opep+ décide de maintenir son plan de production décidé en octobre dernier    Algérie-Jordanie: nécessité d'élargir la coopération bilatérale à d'autres secteurs    Maroc: des milliers de citoyens dans la rue pour protester contre la cherté de la vie    Clôture des travaux du colloque international sur la géopolitique de l'extrémisme    La 47e conférence de l'Eucoco se tiendra l'année prochaine à Saragosse, en Espagne    Djaafar Abdelli, nouveau DG de la CNR    Le Roi Abdallah II de Jordanie achève sa visite d'Etat en Algérie (Vidéo)    Démantèlement d'une organisation de trafic de drogue opérant entre le Maroc et l'Espagne    3e Conférence des ministres arabes de l'enseignement technique et professionnel du 24 au 26 décembre à Alger    Cancer de la gorge: entre cinq et six nouveaux cas enregistrés par semaine à l'EHUO    Cyclisme/Tour international du Nil (3e étape): l'Algérien Abderrahmane Kessir vainqueur    Khenchela : les combats d'Aouchaaoua, une des grandes batailles de la wilaya-1    Le Roi Abdallah II de Jordanie se recueille à la mémoire des martyrs de la Guerre de libération nationale    "Non-Aligned, Scenes of the Labudovic's Reels", un film documentaire sur le parcours du cameraman serbe Steven Labudovic    Pêche: Salaouatchi inspecte l'opération de levée des restes d'une péniche au port d'El-Djamila à Alger    Ligue 1 Mobilis : un coup d'épée en tête du classement, la JSK renverse Paradou    Constantine : les cadres du sport appelés à faire du CHAN 2023 une réussite    Concert euphorique de Hamidou à Alger    Mostaganem: La CNAS sensibilise les employeurs    Maladie de Parkinson: La plupart des patients tardent à consulter un médecin    Courage politique    Commerce: Le code-barres obligatoire dès mars prochain    Quatre personnes sauvées de l'asphyxie    Sétif: La statue de Aïn Fouara de nouveau vandalisée    Ces «anonymes» modernes que nous sommes !    Le FFS : un parti qui se confond avec la patrie    Le tribunal de Dar El Beïda prend une autre dimension!    Le défi du transport intermodal    «On a ouvert un nouveau livre»    Un Palestinien tombe en martyr    15 ans de prison ferme pour le principal accusé    Le grand souk!    L'appel de Moualfi aux industriels    L'épopée spatiale algérienne    Une famille nombreuse? Ça se gâte.    Défi royal pour le Sénégal    Les flops du Mondial    Un exploit pour rien    Une ville qui rayonne de splendeur    Berceau rural au patrimoine de l'humanité    Place aux compétitions!    Terrorisme: Zitout, Aboud et Boukhors condamnés à 20 ans de prison    Une circulaire qui fait jaser en France    FAF - D'importantes décisions prises par le Bureau fédéral    Ligue 1- Mise à jour du championnat: Quatre affiches explosives au programme    L'ancien ministre Baraki condamné à 10 ans de prison    Quel avenir pour l'Europe ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Plusieurs cités croulent sous les ordures
Bordj Bou-Arréridj
Publié dans Liberté le 04 - 11 - 2021

Des tas d'ordures ménagères sont visibles depuis plus d'une dizaine de jours dans les cités et quartiers du chef-lieu de la wilaya de Bordj Bou-Arréridj, affectant sérieusement le cadre de vie où l'hygiène. De nombreux Bordjiens dénoncent ce qui devient un mal chronique en milieu urbain, perdurant depuis des mois au centre-ville et même dans les quartiers de la périphérie. Des déchets restent entassés durant des jours sur les trottoirs et même la chaussée, dans l'attente du passage des camions du service de collecte qui ne viennent qu'occasionnellement. La mauvaise gestion de certains secteurs et l'incivisme des habitants sont à l'origine de l'amoncellement des ordures et de toutes sortes de détritus sur la voie publique, donnant une image de désolation et de mépris vis-à-vis des administrés et de l'environnement.
Ces ordures ménagères qui débordent les emplacements habituels et occupent maintenant presque tous les lieux offrent un compost idéal pour la prolifération des moustiques et autres prédateurs, avec les risques que cela engendre sur la santé publique. "Nous avons des nuages de moustiques même en hiver", dénonce Ameur, un habitant de la cité 1008 logements, en plein centre-ville de Bordj Bou-Arréridj. "Nos caves sont pleines d'eaux usées", ajoute-t-il. "La propagation de ces déchets enlaidit les quartiers et les cités, provoquant un ressentiment au sein de la population qui ne tolère plus l'amoncellement de ces déchets et les odeurs pestilentielles qui s'en dégagent", déplore une habitante de la même cité, qui nous montre les piqûres de moustiques sur le visage de son fils. "Ici, les rats sont plus gros que les chats et attaquent mêmes les humains", ajoute-t-elle. "On sort avec un bâton pour se défendre", se désole-t-elle.
"Trottoirs, entrées de bâtiments et autres espaces débordent d'ordures, attirant rats et moustiques, dégageant des odeurs nauséabondes", nous raconte une maman, venue récupérer sa fille de l'école primaire juste à côté de cette cité.Plusieurs autres habitants de cette cité ont également exprimé leur mécontentement vis-à-vis de cette situation qui dure et cause beaucoup de désagréments. "À chaque fois, sous la pression, des actions sont prises, mais qui ne règlent le problème que temporairement", disent les habitants. "C'est juste du bricolage. Comment faire du pavé alors que les caves sont pleines d'eaux usées", s'interrogent-ils.
Mais si toute la ville croule sous le poids de la pollution, la palme en la matière revient incontestablement aux marchés de fruits et légumes situés sur les rives de l'oued, en plein centre-ville. L'image des montagnes de détritus, de fruits et de légumes avariés, dégageant des odeurs pestilentielles, est franchement choquante.
Très prisés en raison des prix qu'on dit abordables, les deux grands marchés de la ville sont quotidiennement fréquentés par de nombreux citoyens qui font leurs courses au milieu de la gadoue et de l'air irrespirable. Les responsables concernés sont appréhendés à mettre un terme à la présence de ces dépotoirs en pleine ville qui n'encourage pas l'amélioration de la santé publique et la qualité de vie du citoyen. "La loi responsabilise les communes dans la gestion, l'organisation et la collecte des ordures", rappelle un juriste et habitant de la cité 18 février, en ajoutant : "À Bordj Bou-Arréridj, on organise des campagnes de nettoyage durant les jours de travail et on appelle du volontariat ; ça résume tout." Lors de la dernière réunion de wilaya, le wali a soulevé ce problème d'ordures et de collecte et a donné instruction aux responsables concernés de tout mettre en œuvre pour régler ce problème dans les meilleurs délais. En attendant la concrétisation des instructions et la prise en charge de l'hygiène publique, le citoyens font tout pour survivre.

Chabane BOUARISSA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.