Le taux de chômage inférieur à celui de l'avant-pandémie    Le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    L'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi Motors va investir 23 mds EUR dans l'électrification sur 5 ans    La Chine émet une alerte jaune aux tempêtes de neige    Everton : Les supporters demande le départ de Pereira avant même son arrivée    CAN 2021 : Le programme complet des quarts de finale    Raymond Domenech et Estelle Denis séparés après 18 ans de vie commune    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Jungle/Pub sur Internet ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Complots et trahisons autour du football africain    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Une catastrophe environnementale et sanitaire évitée à Oran Est: L'APC d'Oran a décidé de porter plainte contre X    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    La Sadeg améliore sa desserte    Les exportations en hausse    Les Groupes parlementaires fustigent l'Anie    JSK - Royal Léopards reporté?    Messi penserait à un retour au Barça    Brèves Omnisports    Les preuves du complot    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    La rentrée reportée?    Pénurie de... soldats!    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Les APC sans majorité absolue débloquées    Lotfi Benbahmed rassure    Fermeture des espaces culturels    1ère édition en mai prochain    L'illusion d'un eldorado européen    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine dans les secteurs de Mahbès et d'El bekkari    La ministre de la Culture présente à l'ouverture de la Foire internationale du livre du Caire    Le "sommet" algéro-égyptien du Caire fait la "Une" des médias égyptiens    Bouslimani appelle la presse nationale à redoubler d'efforts pour faire avorter les projets visant l'Algérie    Accidents de la route: 10 morts et 298 blessés en une semaine en zones urbaines    Les avocats mettent fin à leur grève    14 candidats en lice pour un siège de sénateur    Le ministère des Affaires étrangères cible d'une cyberattaque    Le militant Yanis Adjlia écope de 6 mois de prison ferme    le procès de l'affaire du groupe agroalimentaire "Benamor" reporté au 2 février prochain    Témoignage d'un combattant de l'ALN en Wilaya III (Kabylie) 1956-1962    Sport et musique !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Plusieurs cités croulent sous les ordures
Bordj Bou-Arréridj
Publié dans Liberté le 04 - 11 - 2021

Des tas d'ordures ménagères sont visibles depuis plus d'une dizaine de jours dans les cités et quartiers du chef-lieu de la wilaya de Bordj Bou-Arréridj, affectant sérieusement le cadre de vie où l'hygiène. De nombreux Bordjiens dénoncent ce qui devient un mal chronique en milieu urbain, perdurant depuis des mois au centre-ville et même dans les quartiers de la périphérie. Des déchets restent entassés durant des jours sur les trottoirs et même la chaussée, dans l'attente du passage des camions du service de collecte qui ne viennent qu'occasionnellement. La mauvaise gestion de certains secteurs et l'incivisme des habitants sont à l'origine de l'amoncellement des ordures et de toutes sortes de détritus sur la voie publique, donnant une image de désolation et de mépris vis-à-vis des administrés et de l'environnement.
Ces ordures ménagères qui débordent les emplacements habituels et occupent maintenant presque tous les lieux offrent un compost idéal pour la prolifération des moustiques et autres prédateurs, avec les risques que cela engendre sur la santé publique. "Nous avons des nuages de moustiques même en hiver", dénonce Ameur, un habitant de la cité 1008 logements, en plein centre-ville de Bordj Bou-Arréridj. "Nos caves sont pleines d'eaux usées", ajoute-t-il. "La propagation de ces déchets enlaidit les quartiers et les cités, provoquant un ressentiment au sein de la population qui ne tolère plus l'amoncellement de ces déchets et les odeurs pestilentielles qui s'en dégagent", déplore une habitante de la même cité, qui nous montre les piqûres de moustiques sur le visage de son fils. "Ici, les rats sont plus gros que les chats et attaquent mêmes les humains", ajoute-t-elle. "On sort avec un bâton pour se défendre", se désole-t-elle.
"Trottoirs, entrées de bâtiments et autres espaces débordent d'ordures, attirant rats et moustiques, dégageant des odeurs nauséabondes", nous raconte une maman, venue récupérer sa fille de l'école primaire juste à côté de cette cité.Plusieurs autres habitants de cette cité ont également exprimé leur mécontentement vis-à-vis de cette situation qui dure et cause beaucoup de désagréments. "À chaque fois, sous la pression, des actions sont prises, mais qui ne règlent le problème que temporairement", disent les habitants. "C'est juste du bricolage. Comment faire du pavé alors que les caves sont pleines d'eaux usées", s'interrogent-ils.
Mais si toute la ville croule sous le poids de la pollution, la palme en la matière revient incontestablement aux marchés de fruits et légumes situés sur les rives de l'oued, en plein centre-ville. L'image des montagnes de détritus, de fruits et de légumes avariés, dégageant des odeurs pestilentielles, est franchement choquante.
Très prisés en raison des prix qu'on dit abordables, les deux grands marchés de la ville sont quotidiennement fréquentés par de nombreux citoyens qui font leurs courses au milieu de la gadoue et de l'air irrespirable. Les responsables concernés sont appréhendés à mettre un terme à la présence de ces dépotoirs en pleine ville qui n'encourage pas l'amélioration de la santé publique et la qualité de vie du citoyen. "La loi responsabilise les communes dans la gestion, l'organisation et la collecte des ordures", rappelle un juriste et habitant de la cité 18 février, en ajoutant : "À Bordj Bou-Arréridj, on organise des campagnes de nettoyage durant les jours de travail et on appelle du volontariat ; ça résume tout." Lors de la dernière réunion de wilaya, le wali a soulevé ce problème d'ordures et de collecte et a donné instruction aux responsables concernés de tout mettre en œuvre pour régler ce problème dans les meilleurs délais. En attendant la concrétisation des instructions et la prise en charge de l'hygiène publique, le citoyens font tout pour survivre.

Chabane BOUARISSA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.