Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le complot ou la maladie du maquis éternel
L'Autre Algérie
Publié dans Liberté le 18 - 11 - 2021


Par : Kamel DAOUD
Ecrivain
Lu hier un titre de presse : "Une équipe algérienne de football qui a su résister aux complots." Etrange et fascinante maladie de l'âme
vide : en Algérie, tout est aujourd'hui complot (aux premières années de l'indépendance tout était "union" et "unification"). Complot interne, externe, latéral. Le soupçon, en mode lierre et mauvaises herbes, pénètre les esprits et on s'empresse de scruter les frontières avec des jumelles, de multiplier les manœuvres aux frontières, de capturer des infiltrés, d'arrêter des contrebandiers de chambres froides, et d'appeler à l'union contre l'invasion, la vigilance contre la traîtrise, les armes contre le "marocain universel". Tous retombés, fictivement, dans le centre délirant du monde, d'un monde, alors qu'un gaz hilarant gondole la surface du pays et fait tomber les maisons. On hystérise un point lumineux au ciel, une boîte de conserve flottant dans les eaux (un sous-marin israélien), l'équipe de foot est une épopée contre les complots, etc.
Encore plus fascinants, les titres des journaux sur les campagnes électorales en France : on y lit que toute la France ne parle, songe et ne se réveille ou ne s'endort que sur la question algérienne, comment battre, combattre, détruire ou user de l'Algérie et du souvenir algérien. Quand on est à Paris ou à Londres, entre feuilles mortes, gens pressés et pierres froides, on ne peut que sourire, malheureux, de cette vanité de se croire au centre de la vie de l'autre, au cœur de son cœur débattant. Est-ce faux ? Non : l'Algérie est un thème de campagne. Mais si lointain, si mineur, si anecdotique face au pain, aux allocations, aux politiques sociales, à la migration et à la disqualification internationale. Dans le culte du déclin, en vogue en France, l'Algérie a le statut de mots croisés pour les vieux retraités ou les vétérans. Un thème de campagne centrale en France ? Il faut être Algérien d'Algérie pour le croire, en faire sa "une" ou ses analyses et, indirectement, en nourrir ses vanités et ses misères de représentation de soi.
Le véritable sentiment est celui de la tristesse : voilà un pays dont l'échelle de grandeur et de visibilité est indexée à l'amplification abusée de ce qui se dit ailleurs (et d'ailleurs si peu) et qui, faute de sens et d'épopée, en fabrique dans ce délire autocentré sur soi cette mythologie du "plus grand peuple, la plus grande guerre de décolonisation, la fierté, le culte des indépendances, l'objet des jalousies internationales, etc.". De leur tombe, mes ancêtres sourient, désœuvrés et stériles : quelle indépendance et quelle épopée quand on en est encore à construire des routes moins bonnes que celles des romains il y a des siècles ? Quelle indépendance quand à chaque inondation l'opposition crie que c'est la Faute du Régime, que le Régime crie que c'est la faute des complots et que les islamistes crient que c'est celle des femmes nues et que personne ne s'occupe de ne pas jeter son paquet de cigarettes vide dans l'avaloir de sa ruelle ? Mais ce n'est pas encore le fond de la tristesse, le centre le plus caverneux des feuilles mortes.
Il faut encore creuser : si aujourd'hui le "complot" est un mot plus répété que "liberté" ou "travail", c'est parce qu'on se sent vide, qu'on est coupé du monde, autoconfiné depuis des décennies, incapables de croiser un étranger sans reprendre les armes, esseulé et sans lien. C'est le creux de l'absence qui sert à l'eau des fantasmes. Alors, seul, isolé et sans cordes de tendresse ou de curiosité, on comble le tombeau par les chimères. Tout devient complot, machinerie, sournoiserie : la crise de la pomme de terre, le Maroc, une défaite de football, l'histoire, la parole d'autrui. Tout s'explique par la théorie de l'ennemi derrière "les mers", dans le pays, dans le bureau, sous la même paupière. Fascinante maladie de l'altérité, confession vive et douloureuse sur l'impuissance à guérir de l'effacement, à faire confiance ou à construire une souveraineté d'actes et de capitaux, à dialoguer, à aller vers, à revenir de, à vivre les communautés et les différences et à faire son chemin sans refaire ses guerres. Un pays en guerre.
Difficile à visiter, enfermé, sans visas dans les deux sens, sans touristes, sans souvenir clair du reste du monde, imbibé de sang et de bavardages, soupçonneux et exalté, sceptique et fier. Un extraterrestre piéton y ferait moins scandale qu'un touriste norvégien par sa présence. Comment veut-on alors que le complot n'y fleurisse pas comme le discours le plus généralisé ? Un pays devenu un maquisard alors que beaucoup de guerres ne sont que souvenirs d'autrefois. Solitude mythique de la sentinelle alors qu'il n'y a plus ni désert ni Tartares. Seulement des ombres et des routes si mal faites. Réveillons-nous ! Car le reste du monde existe et il n'est ni bon ni mauvais, mais dépend de nos ouvertures et de nos ambitions. Le reste du monde n'est pas une menace, mais une occasion d'aller plus loin que ses peurs, de s'enrichir, de négocier et de vivre. Et l'étranger n'est pas une menace, mais une occasion d'être soi et l'autre à la fois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.