Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Sommet arabe: le Président Tebboune compte proposer une date alliant la symbolique nationale historique et la dimension arabe    USTO-MB: 113 postes de formation en doctorat ouverts en 2021-2022    Fiscalité : prolongation du délai d'accomplissement des obligations au 27 janvier courant    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    Les précisions de la direction générale des impôts    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    "Je demande pardon au peuple algérien"    Le projet de loi en débat au gouvernement    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    "Les retombées des suspensions des cours apparaîtront à l'université"    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    CAN-2021: la sélection algérienne regagne Alger    Un colonel dans la ligne de mire    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain dans plusieurs régions    Actuculte    Le monde en «aâdjar» !    Numidia...    Covid-19 : une urgence nationale    Appels insistants à la vaccination: Pic de contaminations attendu dans les prochaines semaines    Diplomatie olympique    Formation continue et échange de connaissances: Accord de partenariat entre Djezzy et l'ESI    Equipe nationale: La douche Froide    Football - Ligue 1: Les prétendants sans pitié !    «Dhakhira» Implosée    Les Algériens ont donné de la voix    Le nouveau challenge de Nasri    L'ANP trône sur le Maghreb    Daesh attaque une grande prison en Syrie    Deux manifestations interdites à Ouagadougou    N'est pas influenceur qui veut!    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les parents d'élèves soulagés    L'après Haddadou se prépare    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    En deux temps, trois mouvements    Tosyali lance sa deuxième usine à Oran    Bougherara veut résilier son contrat    Slimani doit encore patienter    Une saga familiale à Sétif    Hommage à Abderrezak Fakhardji    Le ministère approuve le financement de 18 opérations    Le procès de l'ancien wali Abdelwahid Temmar reporté au 27 janvier    Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Vous serez relogés après le vote"
Sidi Chahmi à Oran
Publié dans Liberté le 28 - 11 - 2021

Tenter d'accéder, hier, au bidonville "Dubaï", à Sidi Chahmi était une gageure, tant les fortes précipitations de ces dernières 48 heures rendaient impraticables toutes les venelles et passages totalement inondés. Entre la boue et les amas noirâtres des rejets d'eaux usées à ciel ouvert, l'atmosphère était délétère, les visages crispés tant par la fatigue que par ce vécu intenable. La misère sociale domine le décor de cette "favela" qui se dresse à l'entrée de la capitale de l'ouest du pays. Il y a un mois, nous sommes allés à la rencontre des habitants de ce bidonville, l'un des plus importants de la wilaya d'Oran, suite au report sine die d'une opération de relogement qui avait provoqué la colère de ses habitants qui protestaient et dénonçaient ce qu'ils qualifiaient de "summum du mépris". Hier, jour de vote pour élire les nouveaux maires, cet épisode est remonté à la surface. Les pères de famille, étaient debout devant leurs mansardes de fortune. Le froid envahit les baraques, la pluie pénètre entre les tôles servant de toiture, s'infiltrant dans les murs de parpaing que les petites résistances ne parviennent pas à sécher...
"Je suis fatigué, je ne vous le cache pas, mes enfants sont malades, ils ont froid, c'est mouillé et humide partout ! Et le vote... Que voulez-vous que j'en fasse, moi, ce n'est pas mon problème ! Je veux vivre dans un vrai logement, partir d'ici, élever ma famille à l'abri." Le ton nous est donné par ce père de famille, qui se trouve pourtant dans la zone du bidonville la moins inondée et envahie par la boue. Son sentiment vis-à-vis des élections est clair, comme la plupart de ceux et celles que nous avons rencontrés et qui ont accepté de nous parler. Notre premier interlocuteur, d'ailleurs, nous suggère d'accéder aux baraques se trouvant à proximité de la sebkha, dont le niveau monte dangereusement. "Allez les voir, vous verrez leur état, leur situation, c'est inhumain de nous laisser dans ces conditions !" Nous avons bien tenté de nous rapprocher de ces baraques les plus exposées, où l'eau de pluie n'est plus absorbée par la terre, transformée en un magma boueux, jonchée d'ordures drainées par le ruissellement de l'eau de pluie.
En vain. Une femme, sur le pas de sa porte, nous interpelle : "Regardez comment c'est... tout est mouillé, je sortais justement pour voir s'il y avait encore des nuages et voir s'il allait encore pleuvoir cet après-midi." Et d'ajouter, en ajustant son écharpe sur la tête et les oreilles : "Ils avaient dit : on vous relogera le 17 octobre, et on est encore là. Ensuite, ils ont dit : vous aurez vos logements après le vote. Quel vote, dites-moi, comment aller voter avec la vie que j'ai ici ? J'ai un enfant handicapé, je ne le laisserai pas seul pour aller voter ! Je vais surtout essayer de faire sécher mes couvertures !"
De tous ceux que nous avons pu approcher, les mêmes impressions, le même ressentiment, la même colère décuplée par la dégradation de leurs conditions de vie, comme chaque hiver, outre l'épisode du report du relogement après les élections. Cela fait dire à un autre chef de famille : "Ils n'ont pensé qu'au vote, et nous, nous pensons à nos enfants, à nous sortir de ce bidonville !" Et de revendiquer son refus du vote : "Je ne voterai pas ! On s'est trop moqué de nous, on nous a trop menti depuis 20 ans." Pourtant, au bidonville Dubaï, certains sont bien allés au centre de vote situé "au village"... Il semblerait que des promesses d'une rémunération pour le vote ont été faites par certains partis...

D. Loukil


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.