Le journaliste Tarek Aït Seddik n'est plus    L'information locale au centre des préoccupations    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Forte hausse des exportations algériennes en 2021    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Les personnels de l'éducation boudent le vaccin    Un casse-tête chinois    Quand les plans de l'AEP font défaut    Ali Ghediri de nouveau devant le juge aujourd'hui    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Pas de président à l'issue du deuxième tour de vote    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    «Le pays est toujours ciblé»    Le temps de l'efficacité    La Sadeg améliore sa desserte    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Messi penserait à un retour au Barça    Un challenge au sommet de l'UA    Les preuves du complot    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le secteur oléicole en plein essor
Bordj Bou-Arréridj
Publié dans Liberté le 01 - 12 - 2021

Outre les potentialités qu'offre cette filière, la culture de l'olivier n'exige pas beaucoup de moyens, même si l'entrée en exploitation des oliviers prend quelques années.
Plusieurs régions de la wilaya de Bordj Bou-Arréridj ont beaucoup investi dans le développement de la culture de l'olivier ces dernières années, a-t-on constaté. À l'occasion de la Journée mondiale de l'olivier célébrée dans le monde entier le 26 novembre, un groupe de jeunes oléicoles ont lancé un appel pour des campagnes de sensibilisation dans le but de conscientiser et de mettre en avant l'importance de l'oléiculture comme un "agent de lutte contre le réchauffement climatique, la désertification, l'érosion", puisqu'il "assure un bilan carbone positif, séquestre, durant son cycle de culture, plus de CO2 qu'il n'émet de gaz à effet de serre dans l'atmosphère dans le processus de production de l'huile d'olive vierge et extra-vierge", note le Dr Hasna Boulkroune, chercheur à l'université Bachir-Ibrahimi de Bordj Bou Arréridj et dégustatrice internationale en huile d'olive. Sans compter que l'huile d'olive "est une source avérée de nutrition et de santé et un aliment essentiel de la diète de la région".
"L'action de ses nombreuses propriétés thérapeutiques dans la prévention de certaines maladies est désormais largement reconnue", a déclaré la scientifique. Ce fruit, réputé pour sa saveur et sa valeur nutritive précieuse, est aussi un apport financier à moindre coût pour les agriculteurs de la wilaya. "Touchés par la sécheresse, la solution, pour de nombreux céréaliers, c'est l'oléiculture. Cette dernière ne demande pas beaucoup d'eau et le rendement financier est plus important", a expliqué Bachir, un paysan de la région d'El-Hammadia, au sud de la wilaya de Bordj Bou-Arréridj, qui s'est converti à ce genre de culture. L'appel a, en outre, pour objectif d'œuvrer pour l'uniformisation des législations nationales en vue d'assurer un meilleur contrôle de la qualité des produits et la protection des consommateurs, ainsi que l'extension bien étudiée de la zone oléicole et la durabilité du secteur.
L'accueil par la communauté locale de ces propositions est impressionnant. Le Dr Mokhtar Guissous, un autre spécialiste de l'olivier et éminent chercheur dans le domaine oléicole, se rend sur plusieurs sites, vergers et huileries de la région pour expliquer, conseiller, aider les oléiculteurs qui ont énormément besoin de ces conseils et données scientifiques pour améliorer la production et la qualité du produit. Malgré la grande surface et les capacités que possède l'Algérie, elle reste derrière plusieurs pays qui ont moins de terre et de moyens. L'expert a recommandé d'augmenter les surfaces des terres réservées à la filière, de choisir le type d'olivier et de respecter les nouvelles techniques scientifiques. "Nous devons impérativement augmenter la production oléicole tout en respectant le défi qualitatif afin que notre pays devienne un pôle en la matière et pourra exporter plus des 1 125 tonnes de l'année précédente", a-t-il ajouté, en rappelant qu'en Algérie le nombre d'hectares d'oliviers ne dépasse pas les 504 572 – il est de seulement 56 523 04 –, le nombre de moulins est de 2 051 pour une production en (2019-20) en huile extra-vierge de 96 720 tonnes, pour la saison 2021-21 il est de 147 000 tonnes. L'huile d'olive algérienne peut se situer, incontestablement, en tête des produits agricoles destinés à l'exportation et rapporter plus de devises au pays. "L'huile d'olive peut contribuer au développement économique et social durable de très nombreuses régions du pays et à la préservation des ressources naturelles", concluent les deux chercheurs.

Chabane BOUARISSA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.