Cour d'Alger : Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Le renforcement des capacités de combat de l'armée sahraouie, une des priorités pour 2022    Football / Algérie : Djahid Zefizef nouveau manager général des Verts    Education: la suspension des cours prolongée jusqu'au 5 février prochain    Chaalal met en avant la volonté politique de renforcer les relations culturelles entre les peuples algérien et égyptien    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Le Chabab réussit la passe de trois    Une politique difficile à mettre en œuvre    L'information locale au centre des préoccupations    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Quand les plans de l'AEP font défaut    Un casse-tête chinois    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Jungle/Pub sur Internet ?    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    L'Algérie redessine les contours de la région    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Libye : la présidentielle en équation
Le ministre de l'intérieur évoque une incapacité à sécuriser le scrutin
Publié dans Liberté le 02 - 12 - 2021

Pour la communauté internationale, la tenue de ce double scrutin est essentielle pour pacifier le pays qui compte les réserves pétrolières les plus abondantes d'Afrique.
La situation est tendue en Libye où l'on observe la montée des tensions et des incursions de milices dans certaines régions. Situation qui a poussé le ministre de l'Intérieur à sonner l'alerte devant les tentatives de saboter cette échéance électorale, la première dans le pays. Les médias locaux évoquent des prémices d'un glissement sécuritaire qui risque d'emporter le processus de construction institutionnel et replonger la Libye dans le chaos. Mardi, le ministre de l'Intérieur, Khaled Mazen, a reconnu ne pas être en mesure de sécuriser le processus électoral après une série d'incidents survenus dans la ville de Sebha (Sud). D'où son idée d'un éventuel report du scrutin qui doit se tenir dans moins d'un mois et que la communauté internationale soutien et insiste pour sa tenue dans les délais.
Pour la communauté internationale, la tenue de ce double scrutin est essentielle pour pacifier le pays qui compte les réserves pétrolières les plus abondantes d'Afrique. Ce scrutin reste néanmoins hypothétique en raison des profondes divisions qui continuent de faire rage parmi les élites politico-militaires du pays. Des partisans de l'homme fort de l'Est, Khalifa Haftar, lui-même candidat, ont bloqué pendant plusieurs jours l'accès au tribunal de cette ville semi-désertique pour empêcher Seif al-Islam Kadhafi, le fils de l'ex-dictateur Mouammar Kadhafi, de faire appel du rejet de sa candidature.
La commission judiciaire chargée d'examiner ce recours a finalement décidé mardi de reporter sine die ses conclusions. C'est probablement le comportement des hommes de Haftar que le ministre de l'Intérieur a pris en compte pour tirer la sonnette d'alarme et évoquer le risque de reporter la présidentielle parce que le gouvernement ne peut pas sécuriser son déroulement. "La perturbation continue du plan de sécurité et la recrudescence des violations et des agressions saperont les efforts déployés pour la sécurisation (du processus électoral), et cela aura un impact direct sur le déroulement des élections et notre engagement à les tenir à la date prévue", a dit le ministre de l'Intérieur, Khaled Mazen. Cela fait plusieurs semaines que les tensions vont crescendo : fin septembre, le Parlement basé à Tobrouk (Est) a voté une motion de censure contre l'Exécutif intérimaire chargé de conduire le pays vers les élections, prenant le risque de torpiller le processus.
La présence de combattants étrangers et de mercenaires représente une menace supplémentaire contre le processus électoral libyen. Avis que ne partage pas la Haute commission électorale (Hnec) qui se dit prête a en assurer l'organisation. Pour la présidentielle, elle a publié une première liste de candidats et distribue désormais les cartes d'électeurs, apportant un semblant de normalité au processus. Quelque 2,4 millions de Libyens ont récupéré leur carte d'électeur, sur une population de sept millions, selon la commission. Dans une lettre sur son compte twitter, Seif al-Islam a appelé ses partisans et tous les Libyens à continuer à retirer leurs cartes électorales.

D. B./ Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.