La presse en Angleterre confirme pour Mbappé    Tebboune: «Rencontre inclusive» des partis politiques annoncée    Batimatec 2022: GSH présente sa solution globale    En séjour illégal à Oran: Près de 200 Subsahariens rapatriés vers leur pays    Obligation économique ?    La rançon d'une vie    Ligue 1 - Mise à jour: Deux chocs pour y voir plus clair    Pour éviter le scénario de 2021: L'Algérie affrète six avions de lutte contre les incendies    Sujets du Bac et du BEM: Les assurances du ministère de l'Education    Emigration clandestine: Onze harraga périssent noyés au large de Tipaza    D'autres chats à fouetter    Premier vol commercial au départ de Sanaa en 6 ans    Les évêques de Terre sainte accusent Israël de «manque de respect»    «C'est la guerre de l'eau»    Tabi et l'indépendance de la justice    La Caisse de garantie un outil performant    500 associations se mettent de la partie    Theo Hernandez enflamme l'Italie    2500 sapeurs-pompiers mobilisés    Les oubliés de la Solidarité nationale    La Présidence sur les chapeaux de roue    Tebboune renforce le front interne    Un député tire la sonnette d'alarme    Saisie de 3, 5 kg de mercure blanc    95 médecins spécialistes en renfort    «Le camp occidental est en dislocation»    La Casbah rouverte au grand public    Il rejoint le casting de la suite de «Dune»    Le langage codé des femmes    Le président Erdogan offre un dîner en l'honneur du Président Tebboune    Benabderrahmane procèdera à l'ouverture du séminaire international des amis de la Révolution algérienne    Algérie-Turquie: signature de la Déclaration commune du 1er Conseil de coopération de haut niveau    JM-Oran 2022 : "Merci à l'Algérie de nous donner l'opportunité de se retrouver"    Le Président Tebboune s'entretient en tête-à-tête avec le Président Erdogan    Chanegriha préside l'ouverture d'un colloque national sur "l'eau au cœur des conflits internationaux"    Position de l'UE sur le Sahara occidental: vaine tentative de Rabat de contourner la légalité internationale    Dimajazz de Constantine: la troupe ONB et Samira Brahmia en clôture    Campagne de prévention et de sensibilisation sur les risques liés à la saison estivale    Le Mali annonce son retrait de tous les organes et instances du G5 Sahel    Ligue 1 (30e j): l'USMA s'offre le derby face au MCA (1-0)    Covid-19: une bonne hygiène de vie recommandée    Révision des subventions: La commission installée dans les prochains jours    Poutine et la victoire de l'Ukraine à l'Eurovision    Cour d'appel du Tribunal militaire: Peines confirmées pour Bounouira, Belekcir et Zitout    L'école et l'arche sociale mouvante    La culture du vivre-ensemble commence à l'école    Ouargla/Tamanrasset: large affluence du public aux portes ouvertes sur la santé militaire    Chanegriha installe le nouveau DGDSE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les voies de la résilience
L'économie algérienne face aux chocs exogènes
Publié dans Liberté le 24 - 01 - 2022

Pour optimiser la résilience de l'économie algérienne, il faudrait réussir la diversification des sources de croissance économique, potentiellement assez nombreuses, estiment deux économistes.
L'économie algérienne dispose-t-elle des capacités de résilience permettant l'absorption des "chocs" externes (baisse prolongée des prix des hydrocarbures sur le marché international et impacts du coronavirus) ? Dans une communication publiée dans les Cahiers du Cread, Kouider Boutaleb, de la faculté des sciences économiques et de gestion de l'université de Tlemcen, et Oussama Boutaleb de Simon Kuznets Khakiv National University of Economics (Ukraine), font remarquer que "comme toutes les économies rentières l'économie algérienne est dépendante quasi exclusivement d'une seule ressource, à savoir les recettes des exportations des hydrocarbures". Cette situation, estiment-ils, prédispose le pays aux chocs extérieurs et accentue par conséquent la vulnérabilité de l'économie algérienne aux chocs exogènes.
Dans leur communication, les deux économistes font ressortir que la structure des échanges extérieurs de l'Algérie est la principale source de vulnérabilité. "L'indice Herfindahl-Hirschman, qui permet d'apprécier le degré de diversification par concentration des échanges, s'approche le plus souvent de 1, traduisant une forte concentration des exportations autour des hydrocarbures", relèvent les économistes. Pour les deux économistes, "la résilience de l'économie algérienne nécessite par conséquent des réformes structurelles urgentes". Le problème demeure entier, soulignent-ils, tant que la diversification des sources de richesse ne sera pas réalisée. L'objectif de diversification hors ressources naturelles, "bien que réaffirmé unanimement depuis des décennies, est loin d'être atteint", constatent les deux économistes. Selon eux, "le développement de capacités, à même de tempérer les effets des chocs extérieurs est faisable".
Il est conditionné, ajoutent-ils, "par des réformes structurelles et de gouvernance, nonobstant l'élaboration et la réalisation de politiques industrielles, agricoles et commerciales rigoureusement menées, périodiquement évaluées et corrigées". Les deux économistes indiquent que le problème, "encore une fois" ne se pose pas en termes de "que faut-il faire ?", mais de "comment et qui peut assurer la mise en œuvre effective des réformes ?" Kouider et Oussama Boutaleb évoquent l'urgence d'engager, "aujourd'hui et pas demain", deux grandes réformes : celle de l'impôt et celle du régime des subventions. La réforme du l'impôt, expliquent-ils, permettra de remettre en cause les rentes de situations (antinomique au fonctionnement d'une économie de marché) et serait d'un gain considérable pour le Trésor public.
"Il s'agit non seulement, de revoir l'ensemble des taxes et redevances au plan local, régional et national, mais aussi d'optimiser le recouvrement en luttant efficacement contre la fraude fiscale", soulignent-ils. Les deux économistes plaident, également, pour la réforme du régime de subventions généralisés, pour introduire des subventions ciblant ceux qui en ont le plus besoin et venant en complément des filets de protection sociale existants. "Selon certaines évaluations, la moitié la moins aisée de la population reçoit 28% des subventions totales ; le reste, soit 72%, va à la moitié la plus aisée", font-ils remarquer.
Les deux économistes recommandent, aussi, la réduction du train de vie de l'Etat et la rationalisation des dépenses publiques. Il s'agit, par conséquent, de s'engager résolument dans des réformes permettant à terme, d'asseoir les ressorts des équilibres macrofinanciers hors fiscalité pétrolière. Pour optimiser la résilience économique de l'économie algérienne, il faudrait réussir la diversification des sources de croissance économique, potentiellement assez nombreuses, tourisme, agriculture, industrie...).
Mais pour cela, "il faudrait se départir de l'improvisation et de l'empirisme qui gouverne l'action des gouvernants", estiment Kouider et Oussama Boutaleb, suggérant "la création d'un grand ministère de l'Economie ou d'un ministère de la Planification".

M. R


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.