Vaste mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Le FFS "fidèle à son esprit nationaliste et patriotique"    Un mémorandum d'entente sur les concertations politiques algéro-thaïlandaises    Les efforts de l'Algérie visant l'unification des rangs arabes et palestiniens soutenus    Renforcer et diversifier l'investissement touristique pour la promotion du tourisme    Salon de l'habitat: le Reverse Engineering, une source d'innovation    APN: chaud débat en perspective    Zineb El Mili inhumée au cimetière de Sidi Yahia à Alger    Réception de 2,5 millions de doses de vaccin    Mise en service de plusieurs structures sanitaires à Chlef    Tlemcen: Ilham Mekliti lauréate du concours du 14e Salon des arts plastiques    Hand/CAN 2022 (dames): "Ce sera difficile mais jouable"    Mémoire nationale: élaborer un guide académique pour l'enseignement de l'histoire    Sommet arabe: un tournant qualitatif dans l'action arabe commune en faveur de la cause palestinienne    Handball: décès de l'ancien international algérien Ahmed Hadj Ali    Foot (match amical) : Algérie A' - Soudan à huis clos    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le nouveau stade de Tizi-Ouzou sera livré dans les délais    Festival national du Malouf de Constantine : un spectacle des plus élégants à la troisième soirée    Alcool frelaté: 19 morts dans le nord du Maroc    Algérie A'- Soudan aujourd'hui à 20h00: Maintenir la dynamique des résultats    Ligue 1: Deux duels attrayants    Tiaret: L'usine de plaques PVC entre en production    De la dualité désordre-ordre humain à la guerre Ukraine-Russie    Tlemcen: Les nouveautés de la codification des marchandises    Huit agences de voyages agréées pour la Omra 1444: 21 millions de cts au minimum pour une «Omra simple»    Préservation des îles Habibas: Lancement de l'atelier chargé de l'élaboration du schéma directeur    Les chantiers de la santé : éviter de se perdre    A quand une rencontre Président-Maires ?    Sonatrach: Priorité à l'exploration    Une centaine de supporters blessés    LA VIE... ET LE RESTE    Tensions accrues au Sahel    Des «lignes rouges» tracées    Du bon et du moins bon    60 Cantines scolaires à l'arrêt    Ce qu'en attendent les syndicats    Maguire, c'est désastreux    Une aubaine pour les cimentiers    Les autorités pro russes revendiquent la victoire    Un géant qui voit grand    Festival algérien des arts et de la culture «Dz Fest»    Le Japon invité d'honneur    Saint Augustin de retour à Souk Ahras    Tebboune reçoit l'Ambassadeur du Ghana    Conseil de sécurité de l'ONU: La Ligue arabe, l'UA et l'OCI soutiennent l'Algérie    Une commission et des Interrogations    Le wali, homme-orchestre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Sur les traces des Kabyles exilés en Tunisie"
Farida Sahoui présente son récit à la librairie Multi-livres de Tizi Ouzou
Publié dans Liberté le 21 - 02 - 2022

La deuxième édition du livre "Sur les traces des Kabyles exilés en Tunisie", de Farida Sahoui, a été présentée avant-hier lors d'une vente-dédicace à la librairie Cheikh Multi-livres, au chef-lieu de wilaya.
"Cette rencontre a été organisée à la demande de lecteurs qui ont apprécié mon livre, mais qui étaient surtout fascinés par l'histoire de ces Kabyles exilés en Tunisie. J'avoue que ces exilés étaient, avant cet ouvrage, tout à fait méconnus du grand public", a estimé Farida Sahoui, pour qui ce récit a déterré l'histoire de ces déportés.
Farida Sahoui s'est encore intéressée , dans ce livre, à la famille Amrouche, Jean El-Mouhoub, Taos et leur mère Fadhma Ath Mansour, comme un exemple de la classe intellectuelle kabyle et algérienne en Tunisie. "Je me suis intéressée davantage à leurs 40 ans de vie en Tunisie", a-t-elle précisé.
Pour ce qui est de son ouvrage, elle a expliqué qu'il est venu compléter un premier essai publié en 2017. "En fait, une autre édition n'était pas prévue. Mais, vu l'intérêt que notre communauté a porté à mon travail et par devoir de transmission, je suis passée à une nouvelle édition", a indiqué Farida Sahoui, en ajoutant que le drame de ces exilés de force n'est pas loin de celui des déportés de la Nouvelle-Calédonie, de Cayenne et même des convoyeurs de Madagascar.
"Le drame des Kabyles de Tunisie réside dans la contrainte de partir, souvent sans retour, laissant leurs familles. Ils gardent encore la douleur de leur déportation par la France. Ils vivent un déchirement culturel et familial", a-t-elle expliqué à propos de ces déportés partis après l'échec de la révolte populaire de 1871 et suite au traité du Bardo de 1881.
"En effet, après l'échec des révoltes populaires d'El-Mokrani en 1871, une diaspora algérienne s'était produite dans différentes villes tunisiennes", explique l'auteur, précisant que beaucoup d'entre elles comptaient des agriculteurs installés en majorité à Bizerte, à Mater, à Menzel-Bourguiba et à Kairouan.
"Ces familles étaient des personnes simples qui m'ont ouvert les portes de leur maison et celles de leur cœur pour raconter leur vécu", note-t-elle, tout en estimant que l'écriture de cet essai est, avant tout, un devoir de mémoire. "Je me sentais vraiment redevable envers elles. C'est par admiration, par empathie et par respect que je me suis engagée à écrire et à publier ce travail", a estimé Farida Sahoui.
"En Tunisie, j'ai contacté des personnes qui pouvaient, à mon sens, donner une contribution personnelle pour mieux avancer dans mon travail", a-t-elle relevé, en citant le cas, dont l'épopée est longuement racontée dans le livre, de Zouaoui Abdelaziz qui est, a estimé Farida Sahoui, le gardien d'une mémoire menacée, celle des exilés kabyles en Tunisie.

K. TIGHILT


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.