L'APLS poursuit le bombardement des sites militaires marocains pour le 23e jour consécutif    Mali: le colonel Malick Diaw élu à la tête du Conseil national de transition    2e journée de Ligue 1: le "syndrome" des nuls continue de plus belle    Premier League : Man United renverse West Ham. Benrahma a joué 20 minutes    Transport aérien : les vols commerciaux internationaux suspendus jusqu'à nouvel ordre    Aménagement prochain de 15 services d'urgences médio-chirurgicales à Alger    CAHIER DES CHARGES LIE A LA CONSTRUCTION AUTOMOBILE : Le ministère de l'Industrie dément tout changement    Algérie-Italie : signature à Alger d'un mémorandum d'entente sur le dialogue stratégique    COMMENÇANTS IMPACTES PAR LE COVID-19 : Les conditions d'indemnisation fixées    EN VUE DE VENIR A BOUT DE CETTE PANDEMIE : L'Algérie appelle la communauté internationale à l'entraide    L'artiste M'hamed Bouhaddaj expose ses nouvelles œuvres à Tlemcen après 30 ans d'exil à l'étranger    Juventus: Paratici visé par une enquête pour l'examen d'italien truqué de Suarez    DGI: la souscription de la déclaration de l'impôt sur la fortune de 2020 prorogée à fin décembre courant    Incident à la station-service du Caroubier    Ferhat Aït-Ali Brahim montre la voie bancaire    Saidal signe un nouveau mémorandum    Spectre ou menace réelle ?    Seulement 8 députés pour 5 ministres    Yacine Mebarki se pourvoit en cassation    Fragile consensus politique en Libye    «Nous sommes en Europe, au milieu de deux extrémismes, qui, d'ailleurs, se nourrissent mutuellement»    La Chine, "plus grande menace pour la démocratie"    Vers un dénouement de la crise du Golfe    Rencontre entre les ministres des Affaires étrangères jordanien et israélien    Le militant écologiste Karim Khima acquitté    Quand le Parlement européen secoue le cocotier    Les «qui-tu-quistes» aux abois    LDC. MC Alger – Buffles FC (Bénin) : Le Doyen l'emporte sur tapis vert !    Js kabylie : Mellal parle des objectifs du club    ES Sétif : Le retour de Fahd Halfaïa    Benaraïbi, Baup et six joueurs atteints de coronavirus    USMBA-MCA mardi    Les militants de RAJ réclament la réhabilitation    Rumeur et inquiétude : le convalescent et le syndrome du prédécesseur    Le niveau des barrages en nette hausse    Une récolte de 372 000 quintaux attendue    Fin tragique pour le petit Yanis    7 arrestations pour trafic d'armes et de stupéfiants    Le président de l'APW interpelle le ministre de la Santé    Ouverture d'un tronçon de 10 km aux véhicules légers    Un hymne à l'amour et à la jeunesse    Une expérience unique dans le monde arabe    L'observation des oiseaux à Central Park, rare loisir en temps de Covid    Une «Histoire du fils» qui dure un siècle    Le théâtre britannique s'invite virtuellement au TNA    Sit-in annoncé devant les directions de l'éducation: Les directeurs des écoles en colère    LE LONG TUNNEL NOIR    Mgr Henri Teissier sera inhumé le 9 décembre à la basilique de Notre Dame d'Afrique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Six harragas se noient au large d'Oran
L'émigration clandestine fait encore des victimes
Publié dans Liberté le 26 - 10 - 2006

Un nouveau drame de l'émigration clandestine s'est déroulé, la veille de la célébration des fêtes de l'Aïd, au large des côtes oranaises.
En effet, pas moins de quinze prétendants à l'Eldorado promis, embarquaient dimanche dernier, vers les coups de 21h, à bord d'un bateau en partance des côtes des Andalouses vers les rivages espagnols. Une traversée montée avec les sacrifices consentis par chacun pour s'en sortir. Ils sont venus d'Oran, de Maghnia, d'Alger et de Tizi-Ouzou et avaient entre 20 et 29 ans. Ils étaient loin de se douter que c'était leur dernier voyage. Les risques calculés, ils pensaient, qu'avec un peu de chance, ils allaient débarquer sur les terres ibériques, mais la scoumoune s'en mêla, ils étaient bons pour un remorquage et une présentation devant la justice.
Cependant l'enjeu, dans leur intime conviction, valait la peine de courir ce risque.
L'embarcation prit la mer et, avec elle, les espoirs les plus fous. Quelques kilomètres de navigation, plus tard, le moteur explose dans le silence de la nuit marine. Les harragas, pris de panique, essaient tant bien que mal de limiter les dégâts et d'éteindre le feu ; certains corps repêchés présentaient des brûlures sur différentes parties.
Les clandestins commencent à entrevoir le pire et délestent le bateau du surplus. Ces jeunes candidats à l'émigration clandestine avaient choisi la veille de l'Aïd pour prendre le risque de traverser la mer ; mais la dégradation du temps a été fatale pour leur embarcation qui coulera ; en effet, le mauvais temps aidant, l'embarcation, ballottée par les vagues, chavire. L'alerte a été donnée et les opérations de recherches en mer seront aussitôt lancées au large d'Oran.
Finalement, c'est du côté de la plage des Coralès que les corps sans vie de six jeunes ont été repêchés, mardi, le premier jour de l'Aïd. Donc, c'est un navire de la Marine nationale qui parviendra à secourir le reste des naufragés à 8 miles du rivage. Un autre, s'en sortira à la force des bras, en venant s'échouer sur la plage des Coralès. Sept membres de l'infortunée traversée sont portés disparus et les recherches sont toujours en cours pour les retrouver.
Les deux rescapés seront évacués vers les urgences médico-légales de l'hôpital d'Oran dans un état déplorable. Quant aux corps sans vie, ils se trouvent à la morgue.
Hier encore, les garde-côtes de la Marine nationale poursuivaient leurs recherches d'éventuels survivants, car tout laisse à penser que ce groupe de harragas était plus important.
Rappelons que depuis le début de l'année, l'on déplore malheureusement la mort de 11 candidats à l'émigration clandestine auxquels s'ajoutent ces six derniers décès. Aussi, faut-il signaler que plus de 160 harragas, depuis janvier 2006, parmi eux, des femmes enceintes et des jeunes filles, ont été interceptés et secourus par les garde-côtes ou des navires de passage alors que la mer continue à rejeter des cadavres en état de décomposition avancée.
La première semaine de Ramadhan, neuf harragas, dont une femme enceinte, ont été repêchés par un bateau battant pavillon suisse alors qu'ils avaient passé 48h en haute mer.
SAID OUSSAD/ Farah Boumediene


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.