Le Président Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Logements AADL: début de l'opération de retrait des ordres de versement de la 4e tranche    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Le Président Tebboune distingué par l'Union arabe des engrais    CDH: appel à la protection des détenus politiques dans les prisons marocaines    APN: reprise du débat autour de la Déclaration de politique générale du Gouvernement    Financement de la campagne présidentielle: 8 ans de prison ferme pour Saïd Bouteflika    Justice: installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Tir d'un missile balistique Nord-coréen: Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Gymnastique/Championnat arabe: l'Egypte remporte le titre en individuel et par équipes    Un cas psychiatrique!    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Défis africains de la COP 27    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Revente en l'état: Le nombre des importateurs est passé de 43.000 à 13.000    Sommet arabe d'Alger: Les attentes palestiniennes    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    «C'est l'artère qui alimente le corps de bataille»    Les challenges de 2023    Bientôt le dénouement?    Belaïli met les points sur les «I»    Le CRB confirme    Belatoui espère un véritable départ    Washington dissipe les nuages    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Une délégation ouest-africaine à Ouagadougou    Les députés relèvent l'absence de chiffres    «C'est une prouesse diplomatique»    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Trabendisme mental !    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quel rôle pour l'état dans la globalisation ? (I)
Publié dans Liberté le 10 - 04 - 2003

Les problèmes nés de l'entre-deux-guerres et la grande dépression ont forgé un environnement favorable à l'Etat du bien-être social dans les pays industrialisés ou premier monde, au socialisme dans les pays de l'Europe de l'Est ou deuxième monde, à l'indépendance et au projet de construction de l'Etat-nation dans les pays en voie de développement ou tiers-monde.
Ainsi, le monde a vécu une première période favorable au progrès social jusqu'au milieu des années 1970. Après cela, chacun de ces trois mondes a commencé à connaître des problèmes :
• Dans le premier monde, c'est la stagflation (inflation + chômage) et le triomphe de la reaganomics et du thatchérisme. C'est ce qui a été appelé “la contre-révolution dans la politique et la théorie du développement”. C'est la naissance d'une idéologie fondamentaliste qui nie à l'Etat son droit à gérer l'économie ; c'est le marché qui décide de l'aIlocation des ressources entre investissement, production et consommation.
• Dans le deuxième monde, c'est la Perestroïka, la chute du mur de Berlin et l'avènement des économies de transition.
• Dans le tiers-monde, c'est le problème de l'endettement extérieur et les programmes d'ajustement structurel avec un coût social insupportable et l'impasse sur les problèmes sociaux. Face à ces problèmes, on a commencé à parler de “dimension sociale de l'ajustement” (DSA). lI y a eu le sommet de Rio avec comme préoccupation : quelle perspective pour les exclus ?
Donc, c'était “plus d'Etat”, jusqu'au milieu des années 1970 ; puis, “plus de marché” dans les années 1980. Mais les deux voies rencontrèrent des problèmes. D'où l'avènement de l'idée d'économie sociale, c'est-à- dire, l'introduction d'un troisième partenaire entre l'Etat et le marché : la société civile. On a alors affaire à trois ensembles d'institutions.
Il est utile de rappeler que l'Etat se définit comme un ensemble d'institutions et de règles assurant la vie en commun d'un groupe d'individus sur un territoire déterminé.
Les institutions sont alors décrites comme étant : les règles, les mécanismes d'exécution et les organisations qui mènent en œuvre les règles et les codes de conduite pour permettre l'atteinte des résultats désirés.
L'histoire nous enseigne qu'il existe une corrélation solide entre la technologie dominante et le type d'Etat opérationnel.
Ainsi, la naissance de l'Etat féodal a correspondu à l'avènement de la révolution technologique dans l'agriculture selon le principe : “Le pouvoir appartient à celui qui possède la terre”.
Les découvertes scientifiques qui ont donné naissance à la révolution industrielle ont fait éclater en morceaux le système féodal pour le remplacer par le système de l'Etat-nation.
La technologie industrielle va imposer une nouvelle organisation de la vie sociale.
L'implantation des usines nécessite la présence de travailleurs nombreux et de consommateurs plus nombreux. D'où les regroupements autour des usines et la création des villes, des marchés, des écoles et des hôpitaux.
Au plan politique, l'Etat-nation va remplacer le système féodal des seigneurs.
Avec la technologie agraire, la puissance est entre les mains de celui qui possède la terre, d'où le système féodal des seigneurs.
Avec la technologie industrielle, la puissance appartient à celui qui contrôle les travailleurs et les consommateurs, d'où le système de l'Etat-nation.
La construction de l'Etat-nation se faisait autour de cinq principes :
- le contrôle politique et militaire exclusif sur un territoire déterminé ;
- la défense de ce territoire contre les agressions éventuelles de l'extérieur ;
- la réalisation du bien-être matériel des citoyens à l'intérieur de ce territoire ;
- l'action pour assurer une légitimité politique ;
- l'action pour assurer un minimum de cohésion culturelle.
En plus du rôle du développement de l'Etat-nation, la puissance de l'Occident va se bâtir autour de quatre axes : le développement de la technologie militaire, le développement de la technologie scientifique et technique, le développement de la technologie de communication de savoir et le développement du progrès social.
La révolution technologique dans l'informatique et les télécommunications de la fin du XXe siècle a permis une avancée spectaculaire de la technologie militaire, mais l'expérience de quelques semaines d'invasion de l'Irak par les troupes des coalisés vient de montrer que, malgré la sophistication technologique et l'informatique, un grain de sable peut venir gripper cette belle machine.
A jeudi prochain pour la suite de la réponse à la question, entre-temps, travaillons toutes et tous à l'élargissement de la base du dialogue sur l'avenir de l'Algérie.
A. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.