Détournement de foncier agricole: 15 ans de prison requis contre Hamel    Les contributions de l'ANIE apporteront un plus à l'élaboration d'une Constitution harmonieuse    CONSEIL DE LA NATION : Goudjil invite tous les acteurs à enrichir la Constitution    SOMMET DES PARLEMENTS : L'importance d'une coopération mutuellement bénéfique    ALGERIE TELECOM : Reconduction des dispositifs jusqu'à "la fin du confinement"    Les forces d'occupation marocaines tirent sur des Sahraouis de l'autre côté du mur de la honte    Position du Lesotho sur le Sahara occidental, nouveau revers diplomatique pour Rabat    Coronavirus: 107 nouveaux cas, 151 guérisons et 6 décès durant les dernières 24h    Covid-19 : la feuille de route de sortie du confinement sera élaborée selon les recommandations de l'autorité sanitaire    Le président Tebboune s'entretient au téléphone avec Macron    NON-RESPECT DE LA DISTANCIATION PHYSIQUE : 1093 infractions enregistrées en mai    La réouverture de certains commerces relève des prérogatives du Premier ministre    Accidents de la Route : 9 morts et 137 blessés durant les dernières 24 heures    Viandes blanches: près de 29.000 qx commercialisés durant le ramadhan    Electricité et gaz: recours à l'estimation automatique dans la facturation de la consommation    Décès de la Moudjahid Akila Abdelmoumène: l'ONM exprime sa peine et son regret    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    Foot-Covid19: Damerdji relève la "complexité" d'un retour à la compétition    Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) : De nouvelles consignes pour les voyages en avion    La CPI appelée à enquêter sur les démolitions des maisons palestiniennes par Israël    Reprise des compétitions : Khaldi la conditionne par la levée totale du confinement    Brèves    Coupes africaines Interclubs : Les finales en août ou septembre    Oran: coup d'envoi du colloque international virtuel sur "La Société et la Pandémie"    Concours de composition épistolaire 2020 : Dix élèves lauréats distingués    Le sentiment africain de Mounia Lazali    Selon Soufiane Djilali: Tebboune s'est engagé à libérer Tabou et Benlarbi    Tlemcen: «Les pluies du printemps ont sauvé nos champs»    AS Khroub: Victime d'instabilité !    RETOUR AUX SOURCES    De la mentalité «clando» !    Une sœur de Hamid Ferhi s'en remet à Tebboune    25 000 participants au forum virtuel    Moins d'immigrants algériens au Canada en 2020    Les habitants d'Aït Yahia Moussa dans l'inquiétude    4 décès et 106 nouveaux cas positifs en trois jours    Vu à Idlib (Syrie)    L'épreuve    L'infrangible lien…    "Je ne veux pas être un adjoint"    Pas aussi évident pour le grand RDV de Palexpo    Le pari fou du géant allemand Volkswagen    "L'électro est le langage de la résistance"    "Ma misère affective était à l'origine de mon combat contre les injustices"    Ce que risquent les contrevenants    Le siège de l'Etat major baptisé du nom de Gaïd Salah    Leurs prix inférieurs à ceux des moins de trois ans    Grèce : Plus de 11 000 réfugiés seront expulsés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les pétards de la régression (2)
Publié dans Liberté le 23 - 03 - 2008

Des centaines d'accidents dus au maniement de produits pyrotechniques se sont produits, partout dans le pays, dans la période du Mawlid Ennabaoui. Les bilans, pour partiels qu'ils sont, s'avèrent ahurissants. Et la placidité de l'autorité publique devant ce déferlement de violence est étrangement légitimée par le seul fait que son explosion coïncide avec une date religieuse et surtout par le fait qu'elle mobilise des foules d'excités de tous âges. La loi ne protège donc plus l'individu du moment qu'il est victime d'un désordre public massif !
À la vérité, ce genre de situations illustre une conception d'Etat de l'ordre public, conception qui ne pose pas la primauté de la loi sur la force, mais qui fonde la stabilité sur l'équilibre des forces physiques. Un pouvoir qui veut gagner toutes les catégories, y compris celles caractérisées par le comportement délinquant, sans en affronter aucune, devient lui aussi un acteur d'une immense jungle où règne la loi qui convient à ce type d'environnement. Il a tendance à s'accommoder du plus dangereux et à livrer le citoyen désarmé de capacité de nuisance à l'arbitraire du délinquant collectif.
Cette stratégie a été d'abord appliquée comme traitement du terrorisme islamiste sous forme de réconciliation nationale. La popularité, réelle, de la démarche vient du fait qu'elle justifie la paresse politique et civique. Elle arrange donc la nonchalance citoyenne : il s'agit de ne rien faire et d'attendre que le hors-la-loi entende raison et se soumette, par prise de conscience spontanée, aux règles civiques de la société. Entre-temps, ces règles, d'ordre légal ou coutumier, sont progressivement perdues de vue et l'incivisme d'hier s'impose comme coutume d'aujourd'hui.
Dans cette attitude “réconciliatrice”, l'Etat finit par se mettre de facto du côté du délinquant. À titre d'exemple, les bandes de larrons qui s'amusent à bombarder de pétards les passants le font y compris dans les rues attenantes aux commissariats et au niveau des barrages de police. Le policier, certainement convaincu de la légalité d'un telle occupation en période de Mawlid, continue, bonhomme, à vaquer au contrôle vigilant des automobilistes qui, eux, n'ont pas droit à l'erreur. La vigilance qu'appelle le risque d'attentats à la voiture piégée semble avoir justifié cette “spécialisation” des services de sécurité dans le seul contrôle de la seule circulation automobile.
Le citoyen générique est victime du recul de la loi devant l'avancée de ces comportements délictueux. L'Etat recule devant la menace subversive et préfère ne sévir que contre le citoyen générique isolé. Le même individu peut impunément vendre des pétards sur la place publique et risque la rigueur de la loi s'il oublie d'attacher sa ceinture de sécurité. Dans la première situation, il est membre d'une communauté qui se présente en nombre, et donc en force, au marché ; dans la seconde, il n'est qu'un conducteur isolé. Et un automobiliste, ça ne fait pas d'émeutes, ce que peuvent faire ces immenses réseaux de contrebande ordinaire.
La “réconciliation” est un état d'esprit qui consiste à composer avec le pire pour mieux s'occuper de mater le citoyen légaliste.
M. H.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.