Les travailleurs du groupe de médias « Temps nouveau » d'Ali Haddad protestent devant la maison de la presse Tahar Djaout    L'armée décline ses lignes rouges    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    L'ombre du Hirak    Les travailleurs réclament leurs droits    L'UGTA n'a pas obtenu d'autorisation    L'ONU réclame une enquête indépendante    VinFast à l'épreuve de la route    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    Surenchère américaine au Moyen-Orient    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    L'Algérie retrouve le Sénégal, le Kenya et la Tanzanie en outsiders    Yaakoubi ne viendra pas    Bouzidi revient chez les Crabes    L'AGO reportée à samedi prochain    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Huit harragas interceptés à Annaba    34 employés de Naftal devant le juge    Les démocrates enterrent leurs divergences    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Tiaret : Des cadres des Domaines, du Cadastre et de la Conservation foncière devant la justice    Kamélia Arezki sur le podium    Nouvelles d'Oran    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    Arts martiaux : De l'or pour Ryma Iazourene    Aéroport d'Alger: 30.000 euros et 16.000 dollars interceptés    Ils allaient servir d'aliment de bétail: Plus de 100 quintaux de farine saisis    Attribué en tant qu'actifs résiduels de l'ex-Edipal: Un foncier communal concédé pour un projet promotionnel récupéré    JSM Tiaret: Une démarche peu convaincante    Protocole d'entente entre l'université Oran 1 et la firme canadienne SAJE: La 6ème session consacrée à la pratique de la gestion-conseil    Tiaret: 36 milliards pour le nouveau siège d'Algérie Poste    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Le tour de main des mages    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Début des inscriptions le 20 juillet    6 lourds griefs retenus par le Tribunal    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les pétards de la régression (2)
Publié dans Liberté le 23 - 03 - 2008

Des centaines d'accidents dus au maniement de produits pyrotechniques se sont produits, partout dans le pays, dans la période du Mawlid Ennabaoui. Les bilans, pour partiels qu'ils sont, s'avèrent ahurissants. Et la placidité de l'autorité publique devant ce déferlement de violence est étrangement légitimée par le seul fait que son explosion coïncide avec une date religieuse et surtout par le fait qu'elle mobilise des foules d'excités de tous âges. La loi ne protège donc plus l'individu du moment qu'il est victime d'un désordre public massif !
À la vérité, ce genre de situations illustre une conception d'Etat de l'ordre public, conception qui ne pose pas la primauté de la loi sur la force, mais qui fonde la stabilité sur l'équilibre des forces physiques. Un pouvoir qui veut gagner toutes les catégories, y compris celles caractérisées par le comportement délinquant, sans en affronter aucune, devient lui aussi un acteur d'une immense jungle où règne la loi qui convient à ce type d'environnement. Il a tendance à s'accommoder du plus dangereux et à livrer le citoyen désarmé de capacité de nuisance à l'arbitraire du délinquant collectif.
Cette stratégie a été d'abord appliquée comme traitement du terrorisme islamiste sous forme de réconciliation nationale. La popularité, réelle, de la démarche vient du fait qu'elle justifie la paresse politique et civique. Elle arrange donc la nonchalance citoyenne : il s'agit de ne rien faire et d'attendre que le hors-la-loi entende raison et se soumette, par prise de conscience spontanée, aux règles civiques de la société. Entre-temps, ces règles, d'ordre légal ou coutumier, sont progressivement perdues de vue et l'incivisme d'hier s'impose comme coutume d'aujourd'hui.
Dans cette attitude “réconciliatrice”, l'Etat finit par se mettre de facto du côté du délinquant. À titre d'exemple, les bandes de larrons qui s'amusent à bombarder de pétards les passants le font y compris dans les rues attenantes aux commissariats et au niveau des barrages de police. Le policier, certainement convaincu de la légalité d'un telle occupation en période de Mawlid, continue, bonhomme, à vaquer au contrôle vigilant des automobilistes qui, eux, n'ont pas droit à l'erreur. La vigilance qu'appelle le risque d'attentats à la voiture piégée semble avoir justifié cette “spécialisation” des services de sécurité dans le seul contrôle de la seule circulation automobile.
Le citoyen générique est victime du recul de la loi devant l'avancée de ces comportements délictueux. L'Etat recule devant la menace subversive et préfère ne sévir que contre le citoyen générique isolé. Le même individu peut impunément vendre des pétards sur la place publique et risque la rigueur de la loi s'il oublie d'attacher sa ceinture de sécurité. Dans la première situation, il est membre d'une communauté qui se présente en nombre, et donc en force, au marché ; dans la seconde, il n'est qu'un conducteur isolé. Et un automobiliste, ça ne fait pas d'émeutes, ce que peuvent faire ces immenses réseaux de contrebande ordinaire.
La “réconciliation” est un état d'esprit qui consiste à composer avec le pire pour mieux s'occuper de mater le citoyen légaliste.
M. H.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.