A-t-on les moyens de bâtir une Algérie nouvelle et forte ?    Conférence de Berlin: mobiliser les efforts internationaux pour régler la crise en Libye    MONOXYDE DE CARBONE : 30 morts depuis début janvier    Air Algérie menacée par des compagnies françaises !    Vers un mouvement dans le corps des walis ?    GRANDE MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur n'est pas candidat au CFCM    Ould Abbès plaide la folie    NAAMA : Saisie de 3,5 kg de kif traité à Moghrar    EN L'ESPACE DE 3 JOURS : Plus d'une centaine de harraga interceptés    ARCHIVES NATIONALES : Colloque national sur la procédure de communication    L'ancien journaliste de l'APS, Abdelkrim Hamada, inhumé au cimetière d'El-Kettar    Discours haineux et régionalistes sur les réseaux sociaux: Mise en garde des spécialistes    Hand-CAN 2020 (2e j): six pays dont l'Algérie passent à la seconde phase    La troupe de danse de Chengdu (Chine) séduit le public de l'Opéra d'Alger    Ligue1 (mise à jour): l'USMA pour confirmer à Chlef, duel de mal classés à Magra    Large vague d'indignation    Réaménagement du calendrier des éliminatoires    Almas négocie avec Taoussi    L'Algérie se qualifie dans la douleur !    Yaïche tire la sonnette d'alarme    Les explications sur le cas Belkaroui    JSK : Velud s'en va    FFS : la réconciliation compromise ?    Début du procès de Donald Trump au Sénat    Washington et Pékin ont encore beaucoup à faire pour «soigner leurs fractures»    Séminaire de formation médicale continue sur le cancer du sein    L'interdiction pour les citoyens de travailler au Koweït réimposée    Le directeur du Sheraton d'Alger en détention à El-Harrach    Le Président Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Conférence de Mohamed Arezki sur le patrimoine algérien    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Difficultés financières de l'Eniem : Les discussions avec le CPE «sur la bonne voie»    Plusieurs dizaines de détenus en prison et sans procès : Quelles sont les arrière-pensées des autorités ?    48e vendredi du mouvement populaire : «Non à l'état policier !»    La cotation du Sahara Blend algérien perd près de 7 dollars    Chlef, Mostaganem: 33 harraga interceptés, des passeurs arrêtés    El-Bayadh: Plus de 2 quintaux de viande blanche saisis    Tebboune recevra mardi des responsables de médias publics et privés    Constantine: 11 personnes, dont des cadres de la BNA, arrêtées    Transport maritime: Un navire de la CNAN bloqué au port d'Anvers pour créance impayée    La guerre des «boutons»    Fichier des demandeurs de logements : une nouvelle application électronique    Arrestation de 7 individus    Le Président Ghali annonce la composition du nouveau gouvernement de la RASD    Découverte d'une sépulture et d'objets en poterie    L'écrivain et traducteur Abderrahmane Meziane n'est plus    Souk-Ahras accueille la première édition    «La nécessité d'accompagner l'ADE pour offrir un meilleur service au citoyen»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un nouvel ambassadeur algérien à Washington
Baâli remplace Kherbi
Publié dans Liberté le 30 - 07 - 2008

Le diplomate vient d'être nommé ambassadeur plénipotentiaire de la République algérienne à Washington en remplacement de Lamine Kherbi, a-t-on appris de sources sûres. Cette nomination intervient quelques mois après la signature de son décret par le président Bouteflika le désignant en tant qu'ambassadeur conseiller au ministère des Affaires étrangères, chargé d'un dossier du Sahara occidental.
Baâli, qui avait occupé le poste de représentant de l'Algérie aux Nations unies à New York pendant plusieurs années, a été rappelé en 2006 pour prendre en charge des dossiers d'importance nationale par l'ancien ministre des Affaires étrangères, M. Mohamed Bedjaoui. Selon les mêmes sources, la nomination d'Abdallah Baâli à Washington était prévue à la veille du dernier changement du gouvernement dans un scénario ou Kherbi devait occuper la fonction de ministre du Commerce et Mohamed Salah Dembri, actuellement ambassadeur en Grande-Bretagne devait succéder à Mourad Medelci au MAE. Selon les mêmes sources, la nomination de Baâli devait intervenir après l'élection du président américain en novembre prochain, mais l'Algérie a accéléré la procédure en raison de la désignation par le département d'Etat US du successeur de Robert S. Ford. Il faut dire qu'Abdallah Baâli a occupé d'importantes fonctions aux Nations unies et défendu les positions de l'Algérie au moment où le pays subissait de plein fouet un embargo d'une communauté internationale qui n'hésitait pas à assimiler les égorgeurs de bébés en groupes d'opposition armée. Ce diplomate de 52 ans, natif de Guelma, qui a fait ses preuves au cours de cette période noire qu'a vécue le pays, a participé à la gestion de la mission du panel onusien dirigé en 1997 par l'ancien président portugais Suarès. Cette mission envoyée en Algérie pour “recueillir des informations sur la situation sécuritaire” au moment où le GIA massacrait des dizaines, voire des centaines d'Algériens dans les villages, avait permis à la communauté internationale de comprendre le combat de la société civile algérienne contre l'islamisme politique et le terrorisme. Dans ce cadre, des diplomates de la trempe de Baâli, Attaf, Dembri, Brahimi, Lamamra, Bessaïeh, Messahel et Bedjaoui ont largement porté le message de l'Algérie pendant les années rouges et fait barrage à toutes les tentatives des partisans du “Qui tue qui ?” pour que la République demeure debout.
M. Baâli s'est également illustré par son activité contre la campagne de désinformation et de manipulation des diplomates marocains concernant le projet d'autonomie du Sahara occidental, occupé par l'armée royale depuis 1975. M. Baâli a le triomphe modeste, mais ne cache pas les difficultés qu'il a dû surmonter, notamment dans la gestion du dossier encore plus complexe. À l'exemple de sa présidence du comité de révision du traité de non-prolifération nucléaire (TNP) en 2000, période à l'issue de laquelle il a pu obtenir l'engagement des cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité à détruire leurs arsenaux nucléaires, soit 35 000 ogives. En plus, il était même parvenu à dégager un consensus sur l'interdiction de la production de toute matière fissile sur une réduction sensible des armes tactiques et sur un contrôle international des arsenaux nucléaires. Ce qui lui valu les chaudes félicitations de l'ancien SG de l'ONU M. Kofi Annan. “Il n'allait pas de soi d'apaiser les inquiétudes arabes concernant le potentiel nucléaire israélien, tout en donnant satisfaction aux Etats-Unis qui veulent absolument imposer à l'Irak, avant son invasion, un contrôle permanent de ses installations civiles et militaires, par l'intermédiaire de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).” Pour M. Baâli, il est tout à fait clair que dans ce genre de conférences, rien n'est agréé si tout ne l'est pas en bloc. À travers ses expériences, le diplomate a acquis un profil qui a fait de lui un personnage incontournable de la diplomatie algérienne.
Yacine S.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.