«L'algérianisation», priorité de Belhimer    Installation du nouveau président du tribunal administratif    Plus de 747 000 dossiers régularisés    Tebboune bannit les lettres de dénonciation anonymes    L'Ansej en mission de sensibilisation    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Genèse d'un rebondissement des contaminations    Belatoui nommé adjoint de Casoni    Seuls 13 joueurs maintenus    Oukal (MCA) 12e recrue estivale    Sauvetage de 19 harragas près des îles Habibas    Plus de 80 ha de chêne vert consumés près de Tikjda    Benbouzid s'engage à y remédier    Abdelmadjid Merdaci n'est plus    3 animateurs des cafés littéraires interpellés puis relâchés    Epidémie : annulation de la Fiac 2020, principal rendez-vous du monde de l'art à Paris    Office national des droits d'auteur (ONDA) : Transparence dans la gestion    Niger : L'EI revendique l'assassinat de 8 personnes    Somalie : Accord pour des élections en 2021    Marche symbolique des hirakistes    La tension monte au sein de l'Opep+    Fin de calvaire pour les souscripteurs AADL    Ce que prévoit le projet de rénovation    Le recrutement d'Abdelhafid fait jaser    "Je suis soulagé !"    CRB : Aïboud contrôlé positif à la Covid-19    Egypte : Belaïli en route vers Al Ahly du Caire    Les préinscriptions électroniques débutent demain    Salon de l'agriculture et des industries agroalimentaires : La Safex reprend ses activités    Abdelaziz Medjahed installé à la tête de l'Inesg    Les protestataires décident de bloquer les RN9 et 12    Satisfaction des autorités, frustration des candidats    Marches à Djaâfra et à Ras El-Oued    Sept morts dans deux attaques    3300 habitations démolies en six ans par Israël    Erdogan prêt à rencontrer le Premier ministre grec    Pour la solidarité avec le peuple algérien et la libération des détenus du Hirak    L'auteur Youcef Laichi Mimoun grand lauréat    "Confilmés", la résistance par l'image    Evénement musical. La rentrée en Nouba : Lila Borsali se digitalise    Agression et trouble à l'ordre public, les auteurs sous mandat de dépôt    Une stratégie de promotion du recyclage en cours de développement: Près de 2 tonnes de déchets en plastique collectées par jour par les CET    Tlemcen: L'APW au cœur d'une polémique    L'INFORMEL    Bouira: Examens de rattrapage: plus de 600 étudiants concernés    Décès de l'historien Abdelmadjid Merdaci: Goudjil présente ses condoléances    Les 4 samedis    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un nouvel ambassadeur algérien à Washington
Baâli remplace Kherbi
Publié dans Liberté le 30 - 07 - 2008

Le diplomate vient d'être nommé ambassadeur plénipotentiaire de la République algérienne à Washington en remplacement de Lamine Kherbi, a-t-on appris de sources sûres. Cette nomination intervient quelques mois après la signature de son décret par le président Bouteflika le désignant en tant qu'ambassadeur conseiller au ministère des Affaires étrangères, chargé d'un dossier du Sahara occidental.
Baâli, qui avait occupé le poste de représentant de l'Algérie aux Nations unies à New York pendant plusieurs années, a été rappelé en 2006 pour prendre en charge des dossiers d'importance nationale par l'ancien ministre des Affaires étrangères, M. Mohamed Bedjaoui. Selon les mêmes sources, la nomination d'Abdallah Baâli à Washington était prévue à la veille du dernier changement du gouvernement dans un scénario ou Kherbi devait occuper la fonction de ministre du Commerce et Mohamed Salah Dembri, actuellement ambassadeur en Grande-Bretagne devait succéder à Mourad Medelci au MAE. Selon les mêmes sources, la nomination de Baâli devait intervenir après l'élection du président américain en novembre prochain, mais l'Algérie a accéléré la procédure en raison de la désignation par le département d'Etat US du successeur de Robert S. Ford. Il faut dire qu'Abdallah Baâli a occupé d'importantes fonctions aux Nations unies et défendu les positions de l'Algérie au moment où le pays subissait de plein fouet un embargo d'une communauté internationale qui n'hésitait pas à assimiler les égorgeurs de bébés en groupes d'opposition armée. Ce diplomate de 52 ans, natif de Guelma, qui a fait ses preuves au cours de cette période noire qu'a vécue le pays, a participé à la gestion de la mission du panel onusien dirigé en 1997 par l'ancien président portugais Suarès. Cette mission envoyée en Algérie pour “recueillir des informations sur la situation sécuritaire” au moment où le GIA massacrait des dizaines, voire des centaines d'Algériens dans les villages, avait permis à la communauté internationale de comprendre le combat de la société civile algérienne contre l'islamisme politique et le terrorisme. Dans ce cadre, des diplomates de la trempe de Baâli, Attaf, Dembri, Brahimi, Lamamra, Bessaïeh, Messahel et Bedjaoui ont largement porté le message de l'Algérie pendant les années rouges et fait barrage à toutes les tentatives des partisans du “Qui tue qui ?” pour que la République demeure debout.
M. Baâli s'est également illustré par son activité contre la campagne de désinformation et de manipulation des diplomates marocains concernant le projet d'autonomie du Sahara occidental, occupé par l'armée royale depuis 1975. M. Baâli a le triomphe modeste, mais ne cache pas les difficultés qu'il a dû surmonter, notamment dans la gestion du dossier encore plus complexe. À l'exemple de sa présidence du comité de révision du traité de non-prolifération nucléaire (TNP) en 2000, période à l'issue de laquelle il a pu obtenir l'engagement des cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité à détruire leurs arsenaux nucléaires, soit 35 000 ogives. En plus, il était même parvenu à dégager un consensus sur l'interdiction de la production de toute matière fissile sur une réduction sensible des armes tactiques et sur un contrôle international des arsenaux nucléaires. Ce qui lui valu les chaudes félicitations de l'ancien SG de l'ONU M. Kofi Annan. “Il n'allait pas de soi d'apaiser les inquiétudes arabes concernant le potentiel nucléaire israélien, tout en donnant satisfaction aux Etats-Unis qui veulent absolument imposer à l'Irak, avant son invasion, un contrôle permanent de ses installations civiles et militaires, par l'intermédiaire de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).” Pour M. Baâli, il est tout à fait clair que dans ce genre de conférences, rien n'est agréé si tout ne l'est pas en bloc. À travers ses expériences, le diplomate a acquis un profil qui a fait de lui un personnage incontournable de la diplomatie algérienne.
Yacine S.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.