Trois terroristes abattus à Benihemidane    Installation de la nouvelle chef de daïra    Dhouibi dément tout changement de cap    Le rapport inquiétant de Crisis Group    La fin du dollar ?    Les réseaux sociaux, ce monde parallèle    «C'est un terrain déjà viabilisé»    Combats inédits entre rebelles pro-Ankara    La kamikaze avait prêté allégeance à Daesh    Prémices d'une nouvelle ère    La Mauritanie surprend, la Zambie abdique    La JS Saoura prépare Gagnoa    Saisies de pétards et autres produits pyrotechniques    Le cadre de vie des citoyens au menu du conseil de wilaya    Alerte à l'hémorragie    On est toujours le réfugié de quelqu'un    Quand il faut se reposer, il faut !    Mémoires et sens en mouvement    Mauvaise utilisation du gaz : Lancement d'une campagne de sensibilisation en direction des élèves    AWEM Blida : 12 000 nouveaux postes d'emploi assurés depuis début 2018    Boufarik : Un complexe sportif à l'abandon…    24 heures    Retour à Astana avec Idleb comme pomme de discorde    Pour identifier les facteurs à l'origine de la hausse des prix: Une étude des marchés de fruits et légumes lancée    Entre réforme set continuité    Projet Batigec des 1.000 logements LPA: Des «blocages» risquent de prolonger les délais de réalisation    Le cimetière des vanités    D'importantes quantités de produits pyrotechniques saisies    Affaire Salsabile: Le procès en appel reporté    Oran: 15 ans de prison pour des trafiquants de cocaïne    MC Alger: Adel Amrouch et la triste réalité du football algérien    WA Tlemcen: Rebondir au plus vite    ASM Oran: Une situation qui ne prête pas à l'optimisme    Le wali chez les familles des victimes des inondations    Déclaration : Appel des assises internationales du journalisme de Tunis    Mouvement de protestation à la SNTF : Perturbation du trafic ferroviaire à partir de la capitale    Démission de Ould-Abbès: Confusion au FLN    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    La présidentielle s'emballe    Le sens des guerres dans l'évolution du monde: L'âge nucléaire mènera-t-il l'humanité vers un monde sans guerre, un monde plus uni ?    La société civile et les partis politiques interpellent le président de la République    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Journées d'arts urbains d'Oran    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Une quarantaine de civils tués dans les frappes de la coalition US    À l'occasion du 63e anniversaire de l'indépendance de son pays : Le Président Bouteflika félicite le souverain marocain    Ligue 1 Mobilis (13e J.-Mise à jour) : L 'ASAM gagne, le MOB et le MCA se neutralisent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Les jeunes militants doivent assumer des responsabilités au sein du parti»
Publié dans La Nouvelle République le 05 - 09 - 2012

Le Front des forces socialistes (FFS) forme ses jeunes militants et les prépare à assumer des postes de responsabilités au sein du parti, ont indiqué, mercredi à Béjaïa, des cadres et des députés qui animaient les ateliers et conférences lors de l'université d'été de cette formation politique.
Des cadres responsables au FFS ont souligné que l'université d'été, qui vise une large implication de la jeunesse dans l'activité politique, a pour objectif de «créer une élite capable de perpétuer les principes et les orientations politiques du parti». Le député et secrétaire national à l'organisation, Nassim Sadeg, qui a animé l'atelier «Action et organisation politique», a relevé que le FFS compte organiser les jeunes, comme prévu dans son règlement intérieur, pour qu'ils s'impliquent dans l'action politique du parti. Il a affirmé que des «jeunes s'impliquent de plus en plus au FFS malgré les fermetures et nous voulons canaliser toutes ces énergies en leur expliquant les méthodes pacifiques et statutaires du parti et leur tracer des objectifs». M. Sadeg a estimé que l'échéance électorale du 29 novembre est une occasion pour expliquer aux jeunes «comment ils doivent s'impliquer et aider le parti à gagner des espaces à l'intérieur de l'université et des communes». Pour le FFS, les universités «restent l'unique espace possible d'expression pour les étudiants», et il compte bien l'exploiter à travers des comités autonomes. «Nous devons donner les recommandations à ces étudiants et former de nouvelles élites, maintenant que la plupart des structures du parti sont gérées par les jeunes», a-t-il expliqué. Il a conclu que «les compétences sont souvent repérées dans les universités d'été car nous devons former une autre génération de cadres qui doit travailler dans le cadre des principes et objectif du parti». Pour sa part, l'animateur de l'atelier «Dynamique du groupe», député de la zone Canada, Amérique, Europe, Nord-France, le juriste Belkacem Amarouche, a estimé important d'inculquer aux jeunes du parti les valeurs éthiques dans l'organisation, leur apprendre comment réussir un projet avec une méthode, une vision, des missions et une action. L'exercice pratique prévu à ce sujet qui est le nettoyage de la plage permettra d'aborder la question écologique, la culture de l'éveil, l'ouverture aux éléments d'un travail de groupe. Les animateurs des ateliers ont incité les jeunes à «avoir des ambitions personnelles, partisanes et nationales qui ne soient pas contradictoires», a-t-on constaté. Par ailleurs, l'animateur d'une conférence intitulée «La jeunesse et la politique en Algérie», Moussa Tamadartaza, cadre au parti, a indiqué que «remobiliser la jeunesse à s'intéresser à la chose politique, commence en lui présentant de véritable projets politiques, sérieux, crédibles, capable d'être des alternatives». Il a souligné, en outre, que les jeunes ont un rôle «important» à jouer dans les changements sociaux et «suscite les inquiétudes des pouvoirs publics». «La jeunesse est une force motrice et un véritable outil de déverrouillage du champ politique, le moteur du changement du régime et de gestion démocratique, et le FFS vous offre un espace politique pour vous organiser pacifiquement», a-t-il dit. Pour lui, il existe «un rejet progressif de la politique que le FFS veut contourner». S'il a incriminé les hommes politiques qui «ne donnent plus l'exemple de la bonne pratique politique», M. Tamadartaza n'a pas épargné la famille, qui, selon lui, a sa part de responsabilité puisqu'elle «n'assure plus le rôle d'orientation et d'incitation dans la trajectoire du combat politique». La députée Saïda Ichalamene a, pour sa part, regretté que les jeunes ne s'intéressent plus à l'activité politique mais à l'action politique à court terme et à objectif très limités. «Les jeunes doivent être les vecteurs principaux de l'organisation de la politique et un élément pour redessiner le paysage politique», a-t-elle estimé. Les travaux de l'université d'été du Front des forces socialistes qui ont débuté mardi en fin d'après-midi, avec la participation de 200 étudiants, se poursuivent dans un camp de vacances à Souk El-Tenine (Béjaïa). Dans l'après-midi, un atelier autour de «L'information et la communication entre pratique quotidienne et moyens de mobilisation politique» est prévu avant la séance de lecture des synthèses de tous les ateliers en plénière. Les animateurs des ateliers et conférences sont des cadres du parti, des membres du secrétariat national et des députés du FFS. Une action de volontariat dédiée à la protection de l'environnement est programmée en collaboration avec des associations, outre une excursion en montagne pour les jeunes de l'université. Des ateliers pratiques relatifs à l'action de masse, la préparation et la surveillance d'une élection et la préparation d'une déclaration politique, sont prévues dans la soirée. Pour la troisième journée de cette activité, des responsables du FFS animeront une conférence sue la «stratégie et discours électoral».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.