Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un Aïd «chaud» pour les ménages
Publié dans La Nouvelle République le 31 - 08 - 2017

A la veille de la fête religieuse de l'Aid Adha, les marchés de légumes et fruits ont enregistré des prix flambants surtout pour les produits essentiels en cette occasion. Une période plutôt chaude pour les portefeuilles, l'Aid Adha est tombé cette année dans la période estivale, la rentrée scolaire, trois circonstances où les ménages ont beaucoup à dépenser.
Les commerçants quant à eux, en ont profité de l'occasion en faisant monter la barre très haut des prix. Une petite virée au marché d'Ali Melah, nous confirme cela. Ces nouveaux prix ont été affichés durant la semaine en cours, pas d'occasion pour les ménages d'en profiter de remplir le couffin dans de meilleures circonstances. Mercredi (soit 48 heures avant l'Aid Adha), la courgette a été vendu à 300 DA/kg, l'haricot vert à 240 DA/kg, la salade quant à elle a été à 200 DA/kg. Des prix inimaginables, très dur pour les portefeuilles, petits ou moyens, le budget de cette année est très serré.
L'ingrédient qui figure parmi les essentiels de cette fête pour toutes les familles algériens, la pomme de terre était entre 60 et 80 dinars, la tomate a dépassé les 80 dinars. Quant aux fruits, la banane est montée plus haut à 650 DA/kg, la pastèque à 50 DA/kg, et le melon à 80 DA/kg,. Le raisin est passé de 150 à 230 DA/kg. Malgré la hausse inexplicable des prix, on trouve ici et là des ménages qui font leurs courses «obligé», selon Mohamed, un quinquagénaire et père de 5 enfants.
«Je n'ai pas acheté le mouton de l'Aïd, je me permet d'achats de quelques côtelettes de viande pour mes enfants, vous savez, avec la rentrée scolaire, les vacances, c'est dur de tout gérer», a-t-il dit avec un ton de regret. Impressioné par la flambée des prix, nous avons interrogé quelques vendeurs, dont un a expliqué que les prix affichés ne sont pas de leur sort. «Les prix des produits essentiels sont passés du simple au double, c'est à cause des prix affichés aux marchés de gros qui ont connu une hausse», a-t-il indiqué.
«Personnellement, je n'ai pas voulu m'approvisionner en grandes quantités de les voir se détériorer à cause de la chaleur», a expliqué un autre vendeur dont les paniers étaient tous vides, déjà vendus à la matinée. Cela est parmi les causes principales, également, de cette regrettable flambée des prix à l'occasion d'une fête religieuse où les prix devraient, au contraire, baisser.
Depuis le début de cette année, le pouvoir d'achat ne cesse de baisser, et le coût de la vie est en forte hausse. La hausse de l'inflation en juin s'est poursuivie en juillet, indique dans sa dernière note l'Office national des statistiques (ONS). Ainsi, à fin juillet 2017, l'inflation s'est établie à 6,1%, une baisse insignifiante par rapport à juin dernier, qui a enregistré une hausse de 6,5% de l'évolution des prix.
Quant à l'évolution de l'indice des prix du mois de juillet 2017 par rapport à celui du mois de juin 2017, elle est de (-1,4%). Selon l'ONS, la variation mensuelle et par catégorie de produit des prix des biens alimentaires est en baisse de (3,3%) en juillet dernier, tirée vers le bas par la chute des prix des produits agricoles frais.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.