Nahda participera avec une trentaine de listes    Installation d'un nouveau directeur de la Sûreté de wilaya    Et la prochaine étape ? Le pantalon et le caleçon aux chevilles ?    Le contrat avec Suez risque de ne pas être reconduit    Les travailleurs de l'ETRHB investissent la rue    L'Association des commerçants lance la sensibilisation    «Nous saurons faire face aux drones israéliens utilisés par le Maroc»    Le derby face à l'USMA au stade du 20-Août    Ceferin fustige    JS Kabylie à Garoua pour la qualif' sous 43°    Gâteau de crêpes    Flambée des prix des fruits et légumes    Mécontentement    La grande avancée de la cause amazighe    Naïma Ababsa    Une alternative économique    SONATRACH OPÈRE UN CHANGEMENT RADICAL AU MCA    Relaxe pour Fodil Boumala    Que décidera Macron ?    Conditions de détention "graves" des palestiniens dans les prisons israéliennes    Campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Communiqué de Liberté    "Cessez la répression et libérez les détenus !"    La Badr s'ouvre au public    Sidi Bel Abbès : La prolongation du couvre-feu asphyxie les commerçants    Extension du tramway-Constantine: lancement des essais techniques de la 2e tranche    El-Menfi valorise le rôle de l'Algérie dans la sécurité et la stabilité de la Libye    Niger: l'Algérie condamne l'attaque terroriste perpétrée contre le village de Gaigorou    Saignée de capital humain    Création de dix nouvelles wilayas: «Aucun changement dans les frontières territoriales»    Une bonbonne de gaz explose : incendie, deux blessées et des dégâts    LE RAMADHAN A BON DOS    Algérie-France: Macron qualifie les propos de Djaâboub d'«inacceptables»    Le gouvernement examinera le projet en juin prochain    Le dossier sera s'implifié    Boumala victime de son paradoxe    L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Brèves    Une AGE à refaire    Brèves    Révolution dans le football européen    La Tunisie secouée par la pandémie    Le spectacle vivant réclame des aides    «Chaque rôle apporte un plus...»    Le repère incontournable    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entre inquiétudes des patients et assurances du ministère de la Santé
Publié dans La Nouvelle République le 10 - 01 - 2018

Le manque de certains médicaments anti-cancer, relevé depuis quelques semaines, commence à inquiéter les malades, alors que le ministère de la Santé tient à rassurer quant à la disponibilité de ces produits, précisant que la rupture touchant certains de ces médicaments relève de «facteurs exogènes».
Depuis novembre dernier, de nombreux patients souffrant de cancer ont alerté les pouvoirs publics sur les perturbations affectant la disponibilité de certains médicaments, alors que d'autres sont carrément en rupture, ce qui a amené l'association d'aide aux cancéreux, El Amel, activant à l'échelle nationale, à saisir le ministère de la Santé quant aux retombées de cette situation sur les malades. Ainsi, la présidente de cette association, Hamida Kettab, a déclaré à l'APS que certains médicaments indispensables aux cancéreux «ne sont plus disponibles depuis plus de quatre mois». Elle a insisté, dans ce sens, sur la nécessité de «délivrer des autorisations temporaires d'utilisations (ATU) pour certains produits non disponibles et non encore enregistrés en Algérie», tout en déplorant que la liste des produits cités dans le dernier communiqué du ministère «ne concerne pas ceux qui sont largement utilisés par les cancéreux». Mme Kettab a soulevé, en outre, la «contrainte» liée à la délivrance d'ordonnances aux malades par des praticiens des Centres anti-cancer (CAC) au moment où les médicaments prescrits «ne sont disponibles que dans les pharmacies d'hôpitaux». De son côté, le président du Syndicat national algérien des pharmaciens d'officine (Snapo), Messaoud Belambri, a réitéré sa requête consistant à mettre à la disposition des malades les traitements qui peuvent leur être administrés chez eux, par voie orale, au niveau des 11 000 officines situées à travers le territoire national, afin, a-t-il dit, de faciliter l'accessibilité des usagers à ces médicaments. Il a expliqué que cette situation «oblige les concernés à effectuer souvent des déplacements contraignants, alors qu'ils peuvent obtenir leur traitement en ambulatoire», ajoutant que cela «n'occasionne pas des frais supplémentaires à l'Etat, étant donné que la prise en charge est assurée par la sécurité sociale dans le cadre du tiers-payant». M. Belambri a précisé que cette requête, soumise à la tutelle depuis quelques années, est au stade de «réflexion». Cependant, le ministère de la Santé, par la voix de son conseiller à la communication, Slim Belkessam, soutient que des ATU «ont été délivrées pour certains médicaments destinés au traitement du cancer avant même leur enregistrement». Il a ajouté que «le récent enregistrement de 20 nouvelles molécules anti-cancer vient régulariser les traitements mis à la disposition des malades grâce aux ATU, lesquelles sont accordées lorsqu'un médicament est nécessaire pour un ou plusieurs patients, mais que le laboratoire concerné par sa production n'a pas déposé de demande d'enregistrement», soulignant que cette procédure (enregistrement) «tient compte de ce qui arrange le plus grand nombre de malades au meilleur coût, les produits étant importés». Il a fait remarquer, à ce propos, que l'enregistrement de tout médicament «obéit à un nombre de conditions, la première étant de s'assurer du service médical rendu (SMR) sur la base du rapport coût/efficacité, de la demande par le laboratoire fabricant en estimant les besoins, la prise en ligne de compte du consensus thérapeutique et, enfin, l'expertise du produit par les différents comités d'experts». A ce sujet, il a clarifié que toute prescription de médicament «doit s'inscrire dans une logique de consensus qui assure la disponibilité des meilleurs traitements aux meilleurs coûts en tenant compte de la capacité financière, d'une part, et du nécessaire recul quant à l'apport effectif de chaque molécule, d'autre part». Par ailleurs, une cellule de veille sera mise en place, mercredi prochain, au niveau du ministère de la Santé pour assurer le suivi de la disponibilité des médicaments, a annoncé le directeur général de la Pharmacie au ministère, Hamou Hafed. Cette cellule regroupera l'ensemble des opérateurs de la filière pharmaceutique, à savoir le Snapo, l'Union nationale des opérateurs de la Pharmacie (Unop), le Syndicat algérien de l'industrie pharmaceutique (Saip), l'Agence nationale des produits pharmaceutiques (Anpp), les représentants des distributeurs, ainsi que la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH). A ce titre, une première réunion a eu lieu en décembre dernier et a été consacrée à consolider l'aspect prévisionnel s'agissant des programmes d'importation des médicaments par les laboratoires pharmaceutiques. Ces derniers ont été conviés par le ministère de la Santé dés le 1er août 2017 à présenter leurs programmes respectifs d'importation. En dépit du retard accusé, le ministère de la Santé a pris les mesures nécessaires afin de libérer les programmes d'importation en question, alors que la disponibilité des médicaments est prise en charge de manière permanente par le ministère. M. Hafed a imputé les perturbations signalées par moments à des «tensions exogènes», s'agissant des médicaments importés, explicitant que la fluctuation des prix à l'international «empêche les laboratoires d'établir des programmes prévisionnels d'importation à plus long terme».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.