L'opposition invisible    Le CNDH élude la presse électronique    Afin de garantir la poursuite du programme du président Bouteflika : L'alliance présidentielle ouverte aux propositions    Entre report, prolongement du mandat, révision de la Constitution… : Présidentielle 2019 des scénarios, un consensus !    Signature d'un contrat de sponsoring entre l'Eniem et la JSK    Le wali annonce la création d'un guichet unique    Bedoui : «Le citoyen doit être au cœur des priorités»    La CNAS s'explique    L'usine fermée, les produits retirés du marché    23ème Journée de l'énergie : Consécration à la résilience de Sonatrach et les défis du futur    L'apport de l'agriculture à la croissance    Bâtiment et Construction : Nécessité de transformer les idées innovantes en produits industriels    Information arabe : Kaouane prendra part lundi à Ryad à une rencontre    Messahel réaffirme l'engagement de l'Algérie en faveur de l'Afrique    L'UA appelle à la retenue face à l'impasse politique    Emmanuel Macron renonce    Donald Trump menacé d'impeachment    Coupes africaines (16es aller) : Bons résultats des clubs algériens    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'USM Bel-Abbès hypothèque ses chances de qualification    L'AS Protection Civile d'Alger (dames) et Sétif (hommes) sacrées à Biskra    Hattab tire de nouveau sur les présidentsde clubs    Ryad Boudebouz : "Je suis bien au Bétis Séville, je veux rejouer"    «Toutes nos dettes sont payées depuis quatre ans»    Ressources halieutiques : Les prix du poisson toujours en hausse    Pour répondre aux besoins de l'environnement socioéconomique : Nécessite de renforcer la relation université-entreprise    Une stèle d'un martyr de la Révolution profanée    Dix ans après sa disparition, un concert en hommage à Maâllem Benaïssa    Concours de recrutement à Sonatrach: Plus de 6.000 inscrits à Ouargla    france : Aprés les gilets jaunes Les policiers en colère    Entre Washington et Pékin: Des négociations commerciales à petits pas    FACE A L'EMIGRATION CLANDESTINE : Les partis de l'alliance plaident pour "une stratégie globale"    Une victoire et beaucoup de regrets    Boudebouz a hâte de rejouer    Traitement aux lentilles et pommes de terre    Bedda en rassembleur    Je suis présidentielle 2019 !    Mots d'hiver    Ouverture aujourd'hui du 3e salon national de la photo    Une algérienne au «pays des djinns et des anges»    Filière ovine: La préservation des souches nobles et rares au cœur du débat    Blida: Pluies, neige et inondations    15 morts sur les routes en 48 heures    Chantage aux sentiments    Les travaux de réhabilitation en phase d'achèvement: La salle Marhaba livrée cet été    ONU : Adoption de 36 résolutions dont une relative au conflit du Sahara occidental    L'option des sanctions financières écartée    Le torchon brule entre Yasmina Khadra et Mihoubi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Où est passé l'esprit du partenariat Euromed ?
Publié dans La Nouvelle République le 12 - 11 - 2018

Encore un autre round de négociations sur la coopération régionale entre l'UE et l'Algérie, cette fois-ci conduit dans le cadre de la 2ème session de dialogue de Haut niveau, entre Mme Federica Mogherini, Vice-présidente de la Commission européenne, et représentante de l'Union européenne (UE) pour les Affaires étrangères, et la Politique de Sécurité, et notre ministre des Affaires étrangères Abdelkader Messahel, dans le but de peaufiner les travaux qui se sont déroulés en octobre 2017.
Le contentieux, quoique lourd concernant les relations de partenariat dans le cadre de l'accord d'association UE/Algérie, ne fera pas référence, à en croire l'agenda de la rencontre d'aujourd'hui entre les deux délégations, aux différends en suspend à propos de l'accord de libre-échanges, conclu en 2005, et qui a été largement défavorable à l'Algérie. L'Union européenne premier fournisseur de l'Algérie, n'achète même pas notre pétrole et notre gaz, et trouve toutes les excuses du monde, pour qualifier les entreprises algériennes activant hors hydrocarbures de non concurrentielles, pour pénétrer le marché européen, oubliant au passage, que les mises à niveau des PME/PMI et TPE dont avait la charge l'UE ont fait choux blanc.
L'accord d'association UE-Algérie est le fruit de ce qu'on appelle le processus de Barcelone, ou le partenariat Euromed, lancé en novembre 1995, à l'initiative de l'UE, visant à rapprocher celle-ci des pays de la Rive Sud de la Méditerranée avait pour objectif, selon la Déclaration de Barcelone, «de construire ensemble un espace de paix, de sécurité et de prospérité partagée».
«Cette prospérité partagée», à en analyser les effets notamment sur le plan des échanges commerciaux, a été malheureusement à sens unique, sélectif, puisque les 10 pays du sud de la Méditerranée, n'ont pas eu au même traitement dans le déroulement de la coopération économique ou financière, sinon en son tronc politique, pour «construire un espace de paix, et de sécurité», conformément au processus et la déclaration de Barcelone, définissant le partenariat d'Euromed auquel l'Algérie y souscrira en 2005, concrétisant l'accord d'association UE/Algérie, ratifié à Valence en 2002. Inutile de s'attarder sur le plouf de la Zone de libre-échange UE/Algérie où il était prévu un démantèlement progressif tarifaire, qui devait entrer en vigueur en 2017.
Les relations privilégiées algéro-françaises n'ont pas été si avantageuses que çà pour les Algériens, alors qu'on ne peut absolument pas soutenir, chiffres à l'appui, qu'elles ont été non profitables aux pays de l'UE. Face aux déséquilibres fragrants de notre balance commerciale avec nos partenaires européens, l'Algérie est arrivée à remettre les pendules à l'heure, à la suite de la crise de 2014, qui a vu ses recettes de la fiscalité pétrolière diminuée plus de moitié, en réorganisant le commerce extérieur, afin de préserver les réserves de change d'une hémorragie certaine, puis de rééquilibrer les budgets de l'Etat.
Cette initiative de contrôler le commerce extérieur a franchement déplu aux personnalités représentant l'UE à la Commission européenne, et au Parlement européen. C'est ainsi que devant l'Assemblée nationale française la Commissaire européenne au commerce, Cecilia Malmström, avait affirmé que les limitations des importations instaurées par l'Algérie «n'étaient pas en conformité avec les accords de libre-échange ». Comme si ces accords de libre-échanges avaient été respectées dans leur conclusion et dans l'esprit de partenariat stratégique dont se gargarisent souvent les politiciens dans leurs discours.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.