Dans un message à l'occasion du 19 mars.. Bouteflika maintient le cap    Gaid Salah : «A chaque problème existe une solution, voire plusieurs»    Invitant la classe politique à faire des concessions.. Ouyahia se range du côté du peuple !    Prévue avril prochain.. La réunion de l'Opep pourrait être annulée    Chlef.. L'abattage clandestin de volailles prend de l'ampleur    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Action sociale pendant le ramadhan à Sidi Bel-Abbés.. Plus de 31 milliards de centimes dégagés    Djelfa et Khenchela.. Contrebande de boissons alcoolisées    Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Abderrahmane Mebtoul appelle à privilégier les intérêts supérieurs de l'Algérie    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Canada Et si la corruption au Québec était la face cachée de la crise que traverse Trudeau ?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Et les créations d'emplois productifs ?
Publié dans La Nouvelle République le 29 - 01 - 2019

2019, devrait être l'année, selon M. Raouia, ministre des Finances, de la rationalisation des dépenses, mais avant tout celle d'éviter les actuels déficits budgétaires, et pour y arriver, il est indispensable de consolider les recettes, principalement en assurant des entrées au profit du Trésor public, grâce aux exportations hors hydrocarbures.
Lorsque la fiscalité pétrolière ne sera considérée que comme une plus value, l'Algérie pourra soutenir qu'elle est entrée pleinement dans le gotha des pays riches, et réellement souverains. Pour l'instant, si tout va bien, et que les entreprises tant publiques que privées relèvent les manches pour combler les carences qui ralentissent la production, le gouvernement espère dégager une croissance hors hydrocarbures de 3,2%, et pour ce faire, Raouia au début de l'année dernière dans l'un de ses briefing, à bien jaugé les difficultés multiformes à relever le défi pour satisfaire le marché local, avant d'entrer sur les marchés extérieurs, à la conquête de nouvelles opportunités, selon le ministre, l'Etat ne peut être au four et au moulin en matière d'investissements.
Selon lui, l'effort budgétaire de l'Etat s'est amplifié, en consacrant durant «15 ans plus de 30.000 milliards (mds) de DA à l'investissement dans les infrastructures», ces placements offrent aujourd'hui une armature infrastructurelle qui profite à la production, et réduit, en plus, les disparités régionales. Il a, encore une fois, assuré que l'économie algérienne, malgré la conjoncture financière difficile, «fait toujours preuve de résilience», mais d'après nous, pas assez de retenue dépensière, en faveur de certaines institutions budgétivores.
Parmi les mesures visant à faciliter les démarches des opérateurs économiques désirant se lancer dans l'exportation des produits fabriqués localement, le Directeur de la législation, et de la réglementation fiscale à la Direction générale des impôts (DGI) Kamel Touati, avait détaillé aux opérateurs participants à la réunion s'étant tenue dans la Chambre de Commerce et d'Industrielles les nouvelles dispositions fiscales de la loi de Finances 2019, pour les convaincre du desserrement en matière des procédures bureaucratiques, entre autres, ainsi que sur l'adoption du régime du droit commun pour les entreprises étrangères, l'alignement du fait générateur en matière de TVA (taxe sur la valeur ajoutée) avec celui de la TAP (taxe sur l'activité professionnelle), la retenue à la source, de 5%, sur les sommes versées par la population fiscale utilisant la plate-forme électronique sans être inscrite au registre de commerce, en plus de la simplification des procédures contentieuses et la classification de la procédure de vérification de comptabilité.
Quand au directeur général des Impôts, Mustapha Zikara, il n'a pas raté l'occasion de rappeler que la loi de Finances 2019 ne contenait aucune nouvelle imposition en annonçant que sa Direction était sur le point de finaliser le processus d'informatisation.
Il est temps, par ces temps d'incertitudes, de se persuader que le salut de l'Algérie est dans l'accélération des investissements productifs, dans la sauvegarde de la balance commerciale, et dans la création d'emplois productifs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.