Les premiers pas vers l'élection présidentielle du 12 décembre    Quelles leçons tirer du fort taux d'abstention aux dernières législatives ?    Créances de plus de 2,9 milliards DA à recouvrer par la Sonelgaz    Recul de plus de 12% des importations durant les 7 premiers mois de 2019    Boukadoum dirigera la délégation algérienne à la 74ème session ordinaire de l'AG de l'ONU    La FAF officialise la rencontre contre la Colombie    Série A: La Juventus évite le piège de l'Hellas    Blessé au mollet, Slimani forfait contre Reims    Agacé, Mourinho éteint les rumeurs et réclame du respect pour Zidane !    Un jeune homme trouve la mort par électrocution à Ouled Ayaiche    Une vingtaine de projets hydrauliques proposés au plan de développement de 2020    Arrestation de 6 personnes impliquées dans une affaire de détournement de deniers publics    Ouverture de la 5e édition aujourd'hui    La police retire le permis de port d'arme à Tliba    PORT D'ALGER : Saisie de plus de 1800 comprimés de psychotropes    MOSTAGANEM : 207.621 élèves inscrits pour l'année scolaire 2019-2020    AIN BEIDA (ORAN) : Saisie de 1242 unités de boissons alcoolisées    DISPARITION DE 34 MILLIARDS DES CAISSES DE L'UGTA : Abdelmadjid Sidi-Saïd dans le collimateur    7EME EDITION DU FESTIVAL NATIONAL DU MELHOUN : 34 artistes au rendez-vous    Forte mobilisation à Alger et dans les autres villes du pays : Plus déterminés que jamais    Plus de 3 200 demandeurs d'emploi placés depuis janvier    L'étrange décision du ministère de l'Enseignement supérieur    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 5ème journée    Chérif El-Ouazzani prend deux matches    Al-Badri nouveau sélectionneur    2 000 logements seront réceptionnés à Jijel d'ici décembre    Grande mobilisation à Aïn Témouchent    Le centre et le nord du Mali sombrent dans la violence    Vent de révolte contre le pouvoir militaire d'al-Sissi    Amnesty fustige l'usage excessif de la force par la police    Il sauve 2 vies et perd la sienne    Le P/APC de Mekla suspendu par le RCD    "Makanch l'vote, diroulna les menottes"    Les problèmes et les enjeux du 6e art en débat    Les luttes citoyennes racontées autrement    Des ONG progressistes soutiennent le "hirak"    En France : quand un anti-raciste noir est accusé de racisme    Réfléchir sur le temps long pour comprendre les enjeux du présent    Elle est comment la liberté ?    CRB : Plus qu'une rencontre, un classique    Quel Président pour les Algériens ?    En bref…    47 harraga secourus au large d'Oran    Plus de 3.000 logements sociaux en attente d'attribution: L'affichage des listes des bénéficiaires avant la fin de l'année    Amnesty International dénonce le «blocage de l'accès à Alger»    Tizi-Ouzou, Béjaïa: Protesta des avocats    Skikda: Protesta des travailleurs d'ALTRO    Décès de l'ancien président Zine el Abidine Ben Ali    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le CNES appelle à l'organisation d'une conférence nationale pour mettre fin à ce phénomène
Publié dans La Nouvelle République le 14 - 02 - 2019

Le phénomène de la violence au sein des résidences universitaires prend de l'ampleur. Pour lutter contre ce problème, le conseil des enseignants du supérieur a appelé hier à l'organisation d'une conférence nationale avant fin mars.
Acte odieux, lâche et abominable, l'assassinat du jeune étudiant universitaire Assil Belalta, il y a deux jours dans sa chambre à la résidence universitaire de Ben Aknoun. De ce fait le CNES a exprimé hier son «profond regret» face à la recrudescence du phénomène de la violence au sein de l'université. Dans son communiqué, le CNES «relève avec un profond regret la recrudescence du phénomène de la violence au sein de l'université, qui est passé des agressions physiques et atteintes psychologiques aux homicides et meurtres au sein de l'université et des résidences universitaires». «L'assassinat de l'étudiant Assil Belalta et celui de l'étudiant zimbabwéen, une semaine plus tôt, démontrent que les établissements et les résidences universitaires ne répondent plus aux normes de sécurité», a-t-il estimé.
Le CNES a appelé, dans ce sens, à «l'organisation d'une conférence nationale, avant fin mars prochain, sous l'égide du ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique et en partenariat avec les différents partenaires sociaux notamment les syndicats et les organisations estudiantines, dans le but de mettre un terme au phénomène de la violence au sein de l'université». Le Conseil a également plaidé pour «l'ouverture d'une enquête urgente sur le travail des sociétés de sécurité et de gardiennage chargées de garantir la sécurité au sein de l'enceinte universitaire, la prise de mesures urgentes pour assainir les résidences universitaires, à travers le pays, des étrangers et intrus, ainsi que la poursuite en justice et la prise de sanctions à l'encontre de tout individu impliqué dans de telles affaires».
Il a insisté sur «la prise de sanctions fermes contre toute personne qui encourage ou exerce une violence matérielle ou morale en milieu universitaire, exprimant sa pleine disponibilité à coopérer de manière inconditionnelle avec le ministère de tutelle pour le rétablissement de la stabilité et de la sécurité dans le secteur de l'enseignement supérieur». Le ministre de l'enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Tahar Hadjar avait affirmé, avant hier, que les services de son département ministériel «ne ménagent aucun effort», en vue d'assurer la sécurité au sein des cités universitaires, dénonçant l'assassinat dont a été victime l'étudiant Assil Belalta. S'exprimant lors d'une réunion avec les recteurs d'universités et directeurs des écoles supérieures de la région du Centre, le ministre a appelé à la nécessité de «garantir la sécurité, le calme et la sérénité au sein de l'enceinte universitaire».
La sécurité au sein des cités universitaire a toujours été un point noir. Assurer la sécurité pour les étudiants est une priorité. S'agissant de la question des indus occupants des résidences universitaires est à revoir. Pour rappel le département de l'enseignement supérieur a commencé l'assainissement au niveau des résidences universitaires mais parfois il fait du social pour les étudiants qui n'ont plus droit à l'hébergement et qui n'ont pas terminé leurs études. Ils accordent des exceptions pour des raisons sociales bien déterminées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.