7 astuces pour brûler des graisses et gagner en muscles avec l'alimentation    PSG-OM : Neymar accusé à son tour de propos racistes    Mines: Vers la création de 95 petites entreprises d'exploration d'or    Entretiens marathons de Boukadoum à Bamako: L'Algérie au chevet du Mali    Retrouver la grandeur américaine    COLERES ET ENTORSES    Les importateurs face à leur destin    El-Bayadh: Un nouveau complexe sportif bientôt en chantier    US Biskra: Une instabilité chronique    Ain El Kerma: Découverte d'un troisième cadavre rejeté par la mer    Tlemcen: Trois SG de daïra et un ex-médiateur de wilaya promus    Tébessa: Trois morts dans une collision    «Khayrek sbaq»    Communiqué du Conseil des ministres    Tebboune annonce des législatives anticipées    "Si le peuple veut le changement, il est temps de l'opérer"    L'Algérie a opté pour "la protection du citoyen"    Les contaminations sous la barre des 200    La cause palestinienne est "sacrée pour le peuple algérien"    L'ange blanc du malouf s'est envolé a jamais!    Un ramassis de clichés et de mensonges    La société civile devenue un "partenaire essentiel et permanent" dans le développement local    LE PRESIDENT TEBBOUNE AFFIRME : ‘'Il est temps d'opérer le changement''    Le procès en appel d'Ali Haddad reporté au 27 septembre    ILLIZI : Installation du commissaire d'Etat près le tribunal administratif    La Fondation Matoub Lounes este en justice Noureddine Khettal    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES DES RESISTANTS : L'Algérie ne renoncera point à la question    La chaîne française M6 interdite d'opérer en Algérie    Lutte contre l'imigration clandestine: 485 personnes sauvées dans les eaux territoriales algériennes    Mines: La production nationale d 'or ne dépassera pas 58 kg en 2020    Mali: le médiateur de la Cédéao en visite à Bamako ce mercredi    Hamdi Bennani, un des meilleurs ambassadeurs de la chanson Malouf sur la scène internationale    Al Ahli a pris sa décision finale pour Belaili    Ighil prolonge d'une année    Le timing se précise    Un terroriste abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    Timide reprise des cours    La colère des transporteurs    Une opportunité de relance économique du secteur    La production pétrolière reprend sur plusieurs sites en Libye    La répression israélienne s'intensifie    La pénurie de liquidités en Algérie : Un défi macroéconomique qui requiert un plan global et cohérent de mesures    Le plan de relance en quête de mode d'emploi et de moyens : Entre les urgences de l'heure et les défis de la transformation économique    Boukaroum exclu de l'AG    Un espace de coworking ouvre ses portes à Tizi Ouzou    USM Bel Abbès : Le club de la Mekerra peine à garder ses cadres    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le CNES appelle à l'organisation d'une conférence nationale pour mettre fin à ce phénomène
Publié dans La Nouvelle République le 14 - 02 - 2019

Le phénomène de la violence au sein des résidences universitaires prend de l'ampleur. Pour lutter contre ce problème, le conseil des enseignants du supérieur a appelé hier à l'organisation d'une conférence nationale avant fin mars.
Acte odieux, lâche et abominable, l'assassinat du jeune étudiant universitaire Assil Belalta, il y a deux jours dans sa chambre à la résidence universitaire de Ben Aknoun. De ce fait le CNES a exprimé hier son «profond regret» face à la recrudescence du phénomène de la violence au sein de l'université. Dans son communiqué, le CNES «relève avec un profond regret la recrudescence du phénomène de la violence au sein de l'université, qui est passé des agressions physiques et atteintes psychologiques aux homicides et meurtres au sein de l'université et des résidences universitaires». «L'assassinat de l'étudiant Assil Belalta et celui de l'étudiant zimbabwéen, une semaine plus tôt, démontrent que les établissements et les résidences universitaires ne répondent plus aux normes de sécurité», a-t-il estimé.
Le CNES a appelé, dans ce sens, à «l'organisation d'une conférence nationale, avant fin mars prochain, sous l'égide du ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique et en partenariat avec les différents partenaires sociaux notamment les syndicats et les organisations estudiantines, dans le but de mettre un terme au phénomène de la violence au sein de l'université». Le Conseil a également plaidé pour «l'ouverture d'une enquête urgente sur le travail des sociétés de sécurité et de gardiennage chargées de garantir la sécurité au sein de l'enceinte universitaire, la prise de mesures urgentes pour assainir les résidences universitaires, à travers le pays, des étrangers et intrus, ainsi que la poursuite en justice et la prise de sanctions à l'encontre de tout individu impliqué dans de telles affaires».
Il a insisté sur «la prise de sanctions fermes contre toute personne qui encourage ou exerce une violence matérielle ou morale en milieu universitaire, exprimant sa pleine disponibilité à coopérer de manière inconditionnelle avec le ministère de tutelle pour le rétablissement de la stabilité et de la sécurité dans le secteur de l'enseignement supérieur». Le ministre de l'enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Tahar Hadjar avait affirmé, avant hier, que les services de son département ministériel «ne ménagent aucun effort», en vue d'assurer la sécurité au sein des cités universitaires, dénonçant l'assassinat dont a été victime l'étudiant Assil Belalta. S'exprimant lors d'une réunion avec les recteurs d'universités et directeurs des écoles supérieures de la région du Centre, le ministre a appelé à la nécessité de «garantir la sécurité, le calme et la sérénité au sein de l'enceinte universitaire».
La sécurité au sein des cités universitaire a toujours été un point noir. Assurer la sécurité pour les étudiants est une priorité. S'agissant de la question des indus occupants des résidences universitaires est à revoir. Pour rappel le département de l'enseignement supérieur a commencé l'assainissement au niveau des résidences universitaires mais parfois il fait du social pour les étudiants qui n'ont plus droit à l'hébergement et qui n'ont pas terminé leurs études. Ils accordent des exceptions pour des raisons sociales bien déterminées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.