Vent de contestation au groupe média d'Ali Haddad    Man United : Pour Mourinho, son limogeage était mérité    Le bilan s'élève à près de 200 victimes    Real - Zidane : "Satisfait pour Karim, mais..."    Les magistrats confirment et dénoncent    Le temps des incertitudes    Les travailleurs exigent le versement de leurs salaires    Un Plan national climat pour bientôt    Des partis et des personnalités soutiennent Kaïs Saïed    L'Iran plaide pour un projet régional de sécurité    L'armée envoie des renforts à proximité du plateau du Golan    Affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Suez    Début de la révision des listes électorales    Une nouvelle marche populaire pour la libération des détenus à Chemini    Résultats    Bien négocier la manche aller    Batelli critique le rendement des joueurs    Ce que risque Sofiane Bouchar    Le niet de Benbitour    Plus de 16 500 étudiants affiliés    Interception de 9 harragas    Le policier à l'origine de l'accident mortel à Oued R'hiou écroué    Les syndicats chez le ministre    Un espace pour préserver l'histoire de cette expression populaire    "Trésor humain vivant" du Sénégal    Blonde ou brune ?    Tinder lance une série interactive qui influencera les rencontres proposées à l'utilisateur    Réception de plusieurs équipements au 1er trimestre 2020    Le procès renvoyé au 29 septembre    Tribunal militaire de Blida : Un procès sur fond d'interrogations    Affaire Kamel Chikhi : Report du procès au 6 octobre prochain    «La classe politique et les personnalités doivent se positionner avec le peuple»    On adopte la règle du pollueur payeur    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    JS Kabylie : Enchaîner par une troisième victoire face au CRB    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    GALETTE ET PETIT-LAIT    La future coalition en Israël : blanc bonnet et bonnet blanc    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    Le spleen du professeur avant la retraite    Le ministère s'explique    Les victimes protestent et réclament leur argent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bouguerra : «La question sahraouie n'est pas un obstacle au développement des relations»
Publié dans La Nouvelle République le 14 - 02 - 2019

Contrairement à ce qui se dit sur les relations algéro-marocaines sous tension, l'Algérie maintient sa position au sujet de la cause sahraouie et affirme que cette dernière n'est pas un obstacle pour développer les relations entre les deux pays frères.
C'est ce qu'a réitéré hier l'ambassadeur d'Algérie à Washington, Madjid Bouguerra, lors de son intervention à l'émission Think Tank washintonien. S'exprimant lors de son passage à cette émission, le diplomate algérien a réitéré le soutien de l'Algérie et les efforts déployés pour parvenir à l'autodétermination du peuple sahraoui. Cette question selon lui ne freine pas le développement d'une coopération bilatérale avec le pays voisin. Le Maroc a toujours exigé des conditions pour travailler avec l'Algérie par rapport à son soutien à la cause sahraouie. L'Algérie est souveraine ne reçoit pas d'ordre de personne et ne s'incline devant aucun pays. Dans ce sens Madjid Bouguerra a expliqué que l'Algérie était prête à promouvoir ses relations avec le Maroc à une seule condition : que cette coopération ne soit pas assortie de conditions.
«Nous avons toujours dis que nous sommes prêts à travailler avec le Maroc pour améliorer nos relations bilatérales avec une seule condition : que nos frères marocains n'imposent pas de conditions», a-t-il déclaré. Pour l'Algérie, il s'agit bien d'une question traitée au niveau de l'ONU qui engage deux parties à savoir le Maroc et le Front Polisario, a-t-il encore expliqué. «Nous avons toujours appelé à séparer les deux questions», a-t-il dit, rappelant que les appels de l'Algérie à l'adresse du Maroc pour discuter directement des problèmes de la migration et du trafic de drogue n'ont pas trouvé échos auprès de la partie marocaine. Mais cela, a-t-il ajouté, «n'affecte pas notre volonté politique d'œuvrer pour le développement de nos relations», relevant que l'Algérie est le seul pays maghrébin qui a signé et ratifié tous les accords de l'UMA (Union du Maghreb arabe).
Interrogé sur «le manque de coopération» entre l'Algérie et le Maroc sur les questions sécuritaires, souvent ressassées par des responsables marocains, l'ambassadeur a affirmé qu'il existait une coordination entre les services chargés de la lutte antiterroriste des deux pays. Il est utile de rappeler que le Maroc est aussi le premier partenaire commercial de l'Algérie au Maghreb. L'ambassadeur a par ailleurs souligné l'étendue de la coopération sécuritaire avec la Tunisie et l'excellence des relations avec la Mauritanie. Ce débat auquel ont assisté des diplomates de pays européens, asiatiques et arabes ainsi que des organes de presse américains a bifurqué ensuite sur plusieurs sujets en relation avec la Libye, le Mali, la lutte antiterroriste et les relations de l'Algérie avec les Etats Unis, la Russie et la France.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.