Mohamed Sbahi dément sa convocation par la justice    Nabila Smaïl démissionne de l'APW de Tizi Ouzou    Le soutien sans réserve du FLN    Les avocats maintiennent la pression    Les commerçants de boissons alcoolisées reviennent à la charge    Campagne de sensibilisation pour l'utilisation des TPE    La flamme de l'espoir    Impact sur la demande intérieure globale    Adel Kansous, nouveau P-dg de l'Anep    L'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Investiture controversée de Loukachenko au Bélarus : L'opposition redescend dans la rue    Le ministère de la Défense dénonce une atteinte à la sécurité    Le SG de l'ONU en appelle à la responsabilité des états    Téhéran dévoile un nouveau missile sur fond de tensions avec les états-Unis    Le ministre des Affaires étrangères à Tunis pour une visite de travail    Visite du président du gouvernement espagnol    Trump exige un contrôle antidopage de Biden en vue de leur débat    La fille des Aurès    Les non-dits    Mandi buteur face au Real    Belhoucini à Umm Salal, c'est fait !    Hamidou appelle à la promotion d'un tourisme responsable et durable    Prise en charge psychiatrique d'adolescents : Plaidoyer pour l'aménagement de structures d'hospitalisation    Plus de 10 ha partent en fumée    Les partenaires sociaux pas très convaincus    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Un tribunal de la "raison" et de la "saison"    "Le prix Yamina-Mechakra toujours dans l'attente d'un agrément"    Actucult    Beni Amrane : Le déplacement de la stèle des martyrs contesté    Sites expropriés pour l'implantation des logements AADL à Es-Sénia: Des exploitants agricoles non indemnisés en appellent au ministre    Mascara: Le foncier industriel inexploité sera récupéré    Protection des consommateurs: «Les Associations sont empêchées d'accomplir leur mission»    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est    Djelfa: Trois morts dans une collision    Adrar: Des promesses pour le secteur de la jeunesse et des sports    CA Bordj Bou-Arréridj: Vers une autre saison ratée    USM Bel-Abbès: Chérif El-Ouazani ne fait pas l'unanimité    Mutisme !    Une délégation en visite à la Zone industrielle d'Es-Senia: La Chambre du Commerce apporte son soutien aux opérateurs économiques    LE BIENFAIT D'UN VIRUS    De pays de demain et de l'Algérie post-novembriste    «Le vent du sud ou ouargla la sultane des oasis»    L'Algérie a besoin d'un baril à 157 dollars    Les contaminations continuent de baisser    Guardiola encense de nouveau Mahrez    Sit-in des avocats à Alger    Report du procès en appel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouvelle hausse de la facture de l'importation
Publié dans La Nouvelle République le 17 - 02 - 2019

Malgré les interdictions, la facture globale des importations des produits alimentaires ainsi que celle des médicaments demeure salée. Dominée par les céréales-semoule-farine et les tourteaux de soja, la facture des importations a augmenté, ont précisé les Douanes algériennes.
En effet la facture globale d'importation du Groupe des produits alimentaires s'est chiffrée à 8,573 milliards de dollars (mds usd) en 2018 contre 8,438 mds usd en 2017, en hausse de 135 millions de dollars (+1,6%), précise le Centre national des transmissions et du système d'information des Douanes (Cntsid). Par catégories de produits, la facture des importations des céréales-semoule-farine s'élève à 3,1 mds usd en 2018 contre 2,77 mds usd en 2017, soit une augmentation de plus de 320 millions de dollars (+11,55%). Quant aux importations des tourteaux de soja, elles se sont chiffrées à 619,8 millions usd contre 422,8 millions usd, en hausse de 197 millions usd (+46,6%).
Contrairement aux autres produits de première nécessité à savoir le lait et produits laitiers, sucre et sucreries, café-thé, légumes secs et viandes, ces derniers ont enregistré une baisse par apport à l‘année 2017. Pour plus de détails, le lait et produits laitiers ont été importés pour 1,400 mds usd contre 1,409 mds usd, en baisse de neuf (9) millions usd (-0,65%). En ce qui concerne les sucres et sucreries, ils ont été importés pour 815,54 millions usd contre 1,034 mds usd, soit une diminution de près de 219 millions usd (-21,15%). Les légumes secs ont été importés pour 387,32 millions usd contre 450,44 millions usd, en baisse de 63,12 millions usd (-14,01%). En ce qui concerne le café et le thé, elles ont reculé à 367,56 millions usd contre 423,77 millions usd, en baisse de 56,21 millions usd (-13,26%). Quant aux importations des viandes, elles ont également baissé à 186,24 millions usd contre 188,85 millions usd, en baisse de 2,61 millions usd (-1,4%).
Par ailleurs le reste du Groupe des produits alimentaires a été importé pour 1,70 mds usd en 2018 contre 1,73 mds usd en 2017. S'agissant des huiles destinées à l'industrie alimentaire (classées dans le Groupe des biens destinés au fonctionnement de l'outil de production), leurs importations ont totalisé 926,10 millions usd en 2018 contre 850,36 millions usd en 2017, en hausse de 75,74 millions usd (+9%). Ainsi, la facture globale du Groupe des produits alimentaires et des huiles destinées à l'industrie alimentaire a atteint 9,5 mds usd en 2018 contre 9,3 mds usd en 2017. En ce qui concerne la facture d'importation des médicaments, elle a nettement progressé de (+14,44%), elle a atteint 2,166 mds usd contre 1,892 mds usd en 2017, soit une hausse de 274 millions usd.
Malgré des mécanismes mis en place pour réduire la facture d'importation, cette dernière est toujours salée. Il est utile de rappeler que le gouvernement a pris la décision de suspendre à l'importation toute une liste de 800 produits dès le début de l'année 2018 dans le but de réduire le déficit commercial et de promouvoir la production nationale. En outre, la loi de Finances complémentaire 2018 a institué un Droit additionnel provisoire de sauvegarde (DAPS) pour les opérations d'importation de marchandises, qui est fixé entre 30% et 200%. Son décret exécutif, promulgué en janvier 2019, a fixé la liste des marchandises (1.095 produits) qui peuvent, désormais, être importées mais qui sont soumises au Droit additionnel provisoire de sauvegarde (DAPS) variant entre 30% et 200%.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.