Liberté pour Rabah Karèche    Les cours du blé stables sur Euronext    "Je ne vais pas abandonner !"    Les pompiers sur le qui-vive    Le confinement partiel reconduit dans 37 wilayas pour 10 jours    "Heureusement qu'il y a cet élan de solidarité des Algériens"    Marathon Man    Limogeages en série et attente d'un nouveau gouvernement    Un terroriste arrêté à Bordj-Badji-Mokhtar    Louis van Gaal de nouveau sélectionneur des Pays-Bas    «Nous espérons disputer un tournoi de l'Unaf en septembre»    «Toutes les décisions prises ont pour finalité la protection de la Patrie et l'intérêt du citoyen»    Nous sommes là !    Sale temps pour les fuyards !    Les élections locales en novembre    «J'ai tiré à travers l'étoffe même du vêtement»    Ali Tata, peindre Leveilley...    JO-2020 : lutte Fin de parcours pour Bachir Sid Azara    Amir Sayoud bientôt en Arabie Saoudite    Conflit du Sahara Occidental : Le tweet de Biden qui a rendu malade le Maroc    Après une saison décevante de la JS KABYLIE : Cap sur la finale de la Coupe de la Ligue    Les élections locales en novembre    Ould Kaddour extradé vers Alger    Chlef: Jusqu'à la perpétuité pour les incendies volontaires    Covid-19: Les contaminations en hausse chez les enfants    Face à une situation économique et sanitaire préoccupante, dix axes directeurs pour le redressement national    Logements promotionnels libres: Début des souscriptions à partir d'aujourd'hui    A l'origine de tout, il y a d'abord la transgression: Covid-19 et Démence(s) humaines    Les oasis au fil de l'eau - de la foggara au pivot, un livre pas comme les autres    Médias français au service des puissants (2/2)    7 pays africains, dont l'Algérie, s'y opposent    Baâdji passe à l'action    Le paiement électronique effectif    L'activité touristique sombre    Un levier pour la sécurité nationale    La diaspora au rendez-vous    Plusieurs opérations menées en une semaine    L'hommage de Lamamra à la diaspora    Lamamra au bout du fil    Hayatou suspendu un an    L'Italie Championne olympique    Suspension pour «désinformation» des activités de deux ONG internationales    Saïd Hilmi emporté par la pandémie    La scène artistique kabyle en deuil    Les divas arabes à l'honneur    LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les chercheurs ont retrouvé 2 000 pièces à ce jour
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 02 - 2019

Les paléontologues et archéologues du Musée national de Rio de Janeiro parti en fumée en septembre 2018 ont annoncé qu'ils avaient réussi à sauver une «quantité significative» des pièces historiques des décombres du plus grand musée d'histoire naturelle d'Amérique latine.
Pour la première fois, la presse a pu entrer dans l'édifice dévasté. «Il est encore difficile d'établir» combien auront pu être sauvées au total, mais «il y en a une quantité significative qui peuvent être récupérées», a déclaré Claudia Carvalho, l'archéologue qui coordonne la récupération des pièces du Musée national de Rio de Janeiro, lors d'une conférence de presse. C'était la première fois que la presse était autorisée à pénétrer à l'intérieur de l'édifice de l'ancien palais impérial dont l'incendie, le 2 septembre, avait profondément choqué au Brésil et à l'étranger. Neuf heures par jour et six jours par semaine, des dizaines d'anthropologues, d'archéologues et de paléontologues fouillent minutieusement des montagnes de débris, des structures métalliques et des parois carbonisées du bâtiment dont il ne reste guère plus que les murs.
2 000 pièces retrouvées à ce jour
A ce jour, quelque 2 000 pièces complètes ou fragments d'une même pièce ont été retrouvés, a expliqué le directeur du musée bicentenaire, Alexander Kellner, qui s'est dit agréablement surpris. «Avec le succès (des recherches) nous sommes face à un problème agréable : nous avons besoin de bien plus de conteneurs car nous n'avons plus d'espace» pour stocker les pièces retrouvées, s'est réjoui Alexander Kellner. Le Musée pourrait «rapidement» exposer les objets retrouvés, a-t-il ajouté. Parmi les reliques récupérées ces derniers mois figurent des fragments de Luzia, fossile humain de 12 000 ans, le plus ancien du Brésil, considéré comme le joyau du Musée national. Ont également été récupérées la météorite Bendego, une masse de fer et de nickel de cinq tonnes dont la composition et la taille lui ont permis de résister aux flammes, et des fragments de Maxakalisaurus topai, un dinosaure herbivore de 13 mètres de long dont le squelette avait été découvert dans l'Etat du Minas Gerais (sud-est).
La collection d'entomologie est perdue
«Nous savons que des collections ont été perdues, comme celle d'entomologíe», une des plus riches collections d'insectes d'Amérique latine avec cinq millions d'exemplaires, a expliqué Claudia Carvalho. Mais «des matériaux résistants comme la céramique, le métal, la roche, ont survécu. Il faudra établir combien. Il y a des collections dont nous ne savons pas quelle proportion nous pourrons récupérer». Ces recherches minutieuses devraient se poursuivre toute l'année, tandis que la reconstruction du Musée, situé dans le parc de Boa Vista, dans le nord de Rio, est à l'étude. La police fédérale poursuit toujours son enquête sur les causes de cet incendie du musée aux 20 millions de pièces, qui avait bouleversé mais aussi révolté la communauté scientifique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.