KSAR CHELLALA (TIARET) : Sit-in des bénéficiaires des logements sociaux    Création de 65 nouveaux ateliers mobiles de plomberie sanitaire    Sept hectares de forêt ravagés par le feu    Sidi Bel Abbès : Installation du nouveau président de la cour    Les fausses peurs des «experts»    La gueulante du ministre de la Justice    "Le panel n'est pas sur la bonne voie"    Le ministère de la Santé nous écrit    Une légère hausse enregistrée au 1er semestre 2018    L'activité commerciale peine à reprendre    Ouverture, hier, du procès de l'ex-président déchu    PSA réaffirme ses engagements    Amman appelle la communauté internationale à mettre fin aux violations israéliennes    Lahlou veut retourner au stade Zioui    Première titularisation et premier but pour Dani Alves avec Sao Paulo    Nouvelle menace de forfait en Ligue des champions    Medvedev entre dans le top 5    Le MOB et la JSMB pourront compter sur leurs nouvelles recrues    Le FFS appelle le pouvoir à s'inspirer de l'exemple soudanais    Gros marché    Recettes maison anti-cellulite    Quels sont les effets de l'eau sur l'organisme ?    La mémoire    37 départs de feu dimanche    "Renouer le fil de l'histoire interrompu en 1962"    sortir ...sortir ...sortir ...    Collections et musées dans la construction du passé de l'Algérie    El gasba, instrument musical phare des fêtes de la région du Hodna    Un Festival international des films de femmes à Cotonou    Soummam : la revanche d'Abane et de Ben M'hidi    Slimani direction à Al Gharafa ?    Mellal : «Je suis le président du CA, donc le seul habilité à provoquer une AG»    Sahara occidental : L'avocate espagnole Cristina Martinez empêchée de se rendre à El Ayoun occupée    Angleterre : Chelsea n'y arrive toujours pas    Zeghmati à Oran: «L'indépendance de la justice n'est pas un privilège»    Le panel ne parle pas au nom du Hirak mais ses détracteurs aussi    Communiqué - Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    En souffrance aux ports: Les matériels roulants bloqués libérés    LA NECESSAIRE MESURE DU DRAME    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    Une campagne vouée a l'échec    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    17.200 Seat vendues en 7 mois    Décès de 20 hadjis algériens    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Célébration du centenaire du défunt Farid Ali
Publié dans La Nouvelle République le 21 - 02 - 2019

Le centenaire du défunt moudjahid et artiste, Farid Ali, a été célébré lundi à la Maison de la culture Ali Zaâmoum de la ville de Bouira à travers une série d'activités artistiques, organisées dans le cadre des festivités commémorant la journée du chahid.
«Nous avons préparé un programme riche pour célébrer le centenaire du défunt Farid Ali de son vrai nom Khelifi Ali», a indiqué, à l'APS, Saliha Cherbi, directrice de la Maison de la culture Ali Zaâmoum. Un atelier audio-visuel de la maison de la culture a réalisé un reportage sur le parcours artistique et patriotique de Farid Ali. Un court -métrage a également été diffusé au cours de cette journée. La célébration a été aussi marquée par une chorale du Conservatoire régional de Bouira, qui s'est produit sur scène en reprenant quelques titres du répertoire de Farid Ali, dont la célèbre chanson «Ayemma Aâzizen uretsru». Un autre titre phare de l'artiste «Dachou em khadmegh» a été interprété par Amiche Zilalsene, étudiant au Conservatoire régional de Bouira. Une conférence sur le début de carrière du défunt artiste a également été animée. A cette occasion, un diplôme d'honneur a été remis à la famille de Farid Ali.
Des amis du défunt ont apporté des témoignages sur son engagement dans la Guerre de libération nationale et son militantisme. Farid Ali est né le 9 janvier 1919 à Ikhelfounen, dans la commune de Bounouh, sur les hauteurs de Boghni (Tizi Ouzou). Après de brèves études chez les Pères blancs, il obtient son certificat d'études primaires et quitta son village pour se rendre à Alger, où il exercera de petits métiers, cordonnier à l'ex-rue Randon entre autres, pour subvenir aux besoins de sa famille. La fréquentation, dans sa prime jeunesse, du célèbre bandit d'honneur Ahmed Oummeri, qui s'est rebellé contre le diktat colonialiste en bravant ses lois iniques, l'a déjà marqué. Aussi, lorsqu'il émigra en France en 1940, les militants nationalistes qu'il rencontra n'eurent aucun mal à le faire adhérer à leur cause.
A Paris, repéré et encouragé par les grands musiciens de l'époque, tel qu'Al Jamoussi et Missoum, il se consacre à cet art. Il nouera des amitiés avec plusieurs artistes algériens et maghrébins. Mais, soupçonné par les autorités françaises après un attentat contre un responsable de la radio française, il est expulsé vers l'Algérie en 1951. De retour au pays, il milite au PPA-MTLD et rentre dans la clandestinité. Arrêté en 1956 à Bounouh, il sera emprisonné à Draa-el-Mizan où il subira les pires tortures. Libéré une année plus tard, en 1957, il s'engage dans la Guerre de libération. A l'indépendance, il produit quatre titres, dont la chanson émouvante et patriotique «A yemma azizen uratsru» et fait une tournée à travers le pays. Parrainé par Chikh Nourredine, il rentre à la radio nationale où il enregistrera plusieurs autres titres avec lui. Farid Ali est décédé un jour d'octobre 1981 après un séjour à l'hôpital de Boghni (Tizi Ouzou). Il a été inhumé dans son village natal de Bounouh.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.