Début de l'opération de la révision exceptionnelle des listes électorales    Le procès historique attendu par les Algériens    Report du procès en appel de Kamel Chikhi    «Le marché pétrolier est resté équilibré»    Frais d'engagement des clubs    Le GSP au championnat arabe    Aarab Elyes nouvel entraîneur-adjoint    Real Madrid: Le clan Zidane fait une grande annonce pour son avenir !    Quelles leçons tirer du fort taux d'abstention aux dernières législatives ?    C'est fait à Annaba    Lancement à partir de Batna de la campagne nationale de prévention des risques des inondations    Espace pour préserver son histoire    Un roman inédit de Françoise Sagan en librairie    Djaballah sera-t-il candidat à la présidentielle ?    PROTECTION CIVILE : 12 accidents font 10 blessés à Mostaganem    Plus de 250 nouveaux professeurs en renfort    Un trafiquant de psychotropes condamné à 18 mois de prison    La FAF reçoit l'ambassadeur d'Argentine    Réforme ou manœuvre électoraliste ?    Vers la fermeture de l'usine Renault    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    Le pirate qui avait sillonné le ciel algérien arrêté    Plus de 2,6 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence    Et maintenant ?    Un vendredi sur son 31    3 remèdes au miel pour traiter naturellement la grippe    Un incendie détruit une école primaire    L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Imminent changement à la tête des médias publics    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Les Misérables de Ladj Ly, candidat de la France pour les Oscars    Le gouvernement français veut jouer la transparence    Karoui autorisé lors du deuxième tour    Indices    Béjaïa : Les manifs continuent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    JS Kabylie : Le CRB et Horaya en ligne de mire    Berraf réagit aux accusations    Sonatrach: Des contrats gaziers à long terme renouvelés dans les prochains mois    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Au 1er semestre 2019 : Hausse de près de 5% de la production industrielle publique    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les étudiants manifestent
Publié dans La Nouvelle République le 27 - 02 - 2019

Les rues algéroises s'agrémentent d'un nouveau décor qu'on n'a pas vu depuis 2004. L'effervescence des premières manifestations populaires de vendredi dernier, le regroupement à la place Maurice Audin de dimanche 24 suite à l'appel de Mouwatana, les Robes noires, toujours à Alger, devant le tribunal de Sidi M'Hamed, puis un sit-in ce mardi des journalistes de l'ENTV, dans le même temps, cette journée a été marquée par une mobilisation des étudiants, au sein des universités dans plusieurs villes d'Algérie.
Tous ces mouvements de contestation n'avaient qu'un seul dénominateur commun : celui du refus d'un cinquième mandat pour le président de la République Abdelaziz Bouteflika, qui est à Genève pour un contrôle médical périodique. L'Agence presse service qui a couvert la contestation estudiantine, écrit que «des centaines d'étudiants ont organisé mardi des sit-in dans plusieurs universités à travers le pays, scandant des slogans pour le changement et la réforme, a-t-on observé sur place». «A Alger, poursuit l'APS, des rassemblements ont été organisés au niveau de l'Université des sciences technologiques Houari Boumediene (USTHB) de Bab Ezzouar, à la Faculté centrale, à la Faculté des sciences de l'information et de la communication et à la faculté de médecine, ainsi qu'aux Universités de Dely Brahim et de Bouzaréah, où les étudiants brandissaient le drapeau national et des banderoles revendiquant le changement et la réforme, tout en scandant des slogans exhortant le Président sortant, Abdelaziz Bouteflika, à renoncer à sa candidature pour la présidentielle du 18 avril».
Au niveau régional, des manifestations similaires ont été organisées, à travers les Universités et centres universitaires dans plusieurs wilayas. Encadrés par un important dispositif sécuritaire pour prévenir d'éventuels dérapages, ces rassemblements pacifiques ont été organisés dans le calme, précise l'agence. «La Constitution garantit au citoyen de manifester pacifiquement dans le cadre de la loi», avait affirmé, lundi, M. Ouyahia à l'occasion de la présentation de la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'Assemblée populaire nationale (APN), soulignant que «les marches populaires de vendredi dernier étaient pacifiques». Le Premier ministre avait également appelé, à ce propos, l'ensemble des citoyens à «faire preuve de vigilance, afin d'éviter tout éventuel dérapage lors de ces marches».
Celui-ci, dans sa déclaration de politique générale, a loué «les avancées» qui ne furent possibles que grâce à la «continuité» qu'il s'agisse de la continuité dans le quinquennat actuel de Son Excellence le Président Abdelaziz Bouteflika, ou qu'il s'agisse de la continuité dans le processus de reconstruction nationale conduit par le chef de l'Etat», a souligné M. Ouyahia face aux députés écrit l'APS, qui indique, cependant, que les parlementaires du FFS qui «ont boycotté cette séance consacrée au débat de la déclaration de politique générale, exprimant «leur refus dans le fond et la forme» de cette Déclaration qui, selon eux, contient des chiffes «exagérés».
Plusieurs représentants de partis politiques de la majorité constituant l'Alliance présidentielle ont pris la parole, pour mettre en exergue «les réalisations en faveur du développement du pays», tandis que ceux de l'opposition ont estimé que «le bilan» présenté par Ouyahia «comporte l'absence de chiffres et de statistiques précis sur les projets et les coûts de leurs réalisations».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.