Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Corée en Algérie    Opep+: la Russie appelle tous les pays membres à respecter le taux maximal de conformité    Cession des biens immobiliers de l'Etat: plus de 747.000 dossiers régularisés    Régularisation foncière: une priorité de l'Etat    Mostaganem: 5 personnes secourues et 4 corps sans vie repêchés en mer    L'ALGERIE, UN MONDE À L'ENVERS.    Khaled Drareni emprisonné : la liberté d'expression condamnée à Alger.    Covid-19: 228 nouveaux cas, 158 guérisons et 9 décès    Médéa: un individu arrêté pour trafic illicite de munitions réelles    JO: publication du décret présidentiel portant convocation du corps électoral    Abderrahmane Hammad prend ses fonctions à la tête du Comité olympique et sportif algérien    Sensibilisation des jeunes issus des zones d'ombre    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    Le Bébête Show, version élections US    Le chef des ex-Farc confesse «haïr» son organisation pour les atrocités commises    Révision constitutionnelle: L'Initiative des forces nationales de réforme appelle à une "large" participation au débat et au vote    Le dernier délai fixé au 5 octobre    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    Recours introduit pour la sanction de Mellal    Plaidoyer pour la dissolution de l'APN    Le verdict reporté au 23 septembre    Régime sec    75 permis de chasse délivrés    Les commerçants en colère demandent la réouverture du marché    Plus de 668 000 têtes à vacciner    Signature de six conventions avec Algérie Poste    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    Tizi Ouzou : Les distributeurs de lait saisissent les autorités    Crise syrienne : Trump reconnaît avoir envisagé d'«éliminer» Al Assad    Les non-dits    Mahrez a repris les entraînements    Vers l'abolition du règlement de Dublin sur les demandes d'asile    La France regrette que le gouvernement ne soit toujours pas formé    CORONA, l'ennemi sans nom    La fille des Aurès    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    Religion et politique : pourquoi craignons-nous la traduction ?    Plaidoyer pour la reconnaissance officielle de la darija    USM Bel-Abbès: Les supporters réclament une société nationale    La Protection civile dresse son bilan: Plus de 7 millions d'estivants et 7 noyades depuis le 15 août    Quatrième périphérique: Deux morts et deux blessés graves dans un accident    Paix et subterfuges    Détournement, dilapidation de deniers publics...: 8 ans de prison pour Ould-Abbès et 4 pour Barkat    Au boulot, citoyens !    Le procès en appel de Mahieddine Tahkout reporté    Les promesses du ministre des Finances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les étudiants manifestent
Publié dans La Nouvelle République le 27 - 02 - 2019

Les rues algéroises s'agrémentent d'un nouveau décor qu'on n'a pas vu depuis 2004. L'effervescence des premières manifestations populaires de vendredi dernier, le regroupement à la place Maurice Audin de dimanche 24 suite à l'appel de Mouwatana, les Robes noires, toujours à Alger, devant le tribunal de Sidi M'Hamed, puis un sit-in ce mardi des journalistes de l'ENTV, dans le même temps, cette journée a été marquée par une mobilisation des étudiants, au sein des universités dans plusieurs villes d'Algérie.
Tous ces mouvements de contestation n'avaient qu'un seul dénominateur commun : celui du refus d'un cinquième mandat pour le président de la République Abdelaziz Bouteflika, qui est à Genève pour un contrôle médical périodique. L'Agence presse service qui a couvert la contestation estudiantine, écrit que «des centaines d'étudiants ont organisé mardi des sit-in dans plusieurs universités à travers le pays, scandant des slogans pour le changement et la réforme, a-t-on observé sur place». «A Alger, poursuit l'APS, des rassemblements ont été organisés au niveau de l'Université des sciences technologiques Houari Boumediene (USTHB) de Bab Ezzouar, à la Faculté centrale, à la Faculté des sciences de l'information et de la communication et à la faculté de médecine, ainsi qu'aux Universités de Dely Brahim et de Bouzaréah, où les étudiants brandissaient le drapeau national et des banderoles revendiquant le changement et la réforme, tout en scandant des slogans exhortant le Président sortant, Abdelaziz Bouteflika, à renoncer à sa candidature pour la présidentielle du 18 avril».
Au niveau régional, des manifestations similaires ont été organisées, à travers les Universités et centres universitaires dans plusieurs wilayas. Encadrés par un important dispositif sécuritaire pour prévenir d'éventuels dérapages, ces rassemblements pacifiques ont été organisés dans le calme, précise l'agence. «La Constitution garantit au citoyen de manifester pacifiquement dans le cadre de la loi», avait affirmé, lundi, M. Ouyahia à l'occasion de la présentation de la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'Assemblée populaire nationale (APN), soulignant que «les marches populaires de vendredi dernier étaient pacifiques». Le Premier ministre avait également appelé, à ce propos, l'ensemble des citoyens à «faire preuve de vigilance, afin d'éviter tout éventuel dérapage lors de ces marches».
Celui-ci, dans sa déclaration de politique générale, a loué «les avancées» qui ne furent possibles que grâce à la «continuité» qu'il s'agisse de la continuité dans le quinquennat actuel de Son Excellence le Président Abdelaziz Bouteflika, ou qu'il s'agisse de la continuité dans le processus de reconstruction nationale conduit par le chef de l'Etat», a souligné M. Ouyahia face aux députés écrit l'APS, qui indique, cependant, que les parlementaires du FFS qui «ont boycotté cette séance consacrée au débat de la déclaration de politique générale, exprimant «leur refus dans le fond et la forme» de cette Déclaration qui, selon eux, contient des chiffes «exagérés».
Plusieurs représentants de partis politiques de la majorité constituant l'Alliance présidentielle ont pris la parole, pour mettre en exergue «les réalisations en faveur du développement du pays», tandis que ceux de l'opposition ont estimé que «le bilan» présenté par Ouyahia «comporte l'absence de chiffres et de statistiques précis sur les projets et les coûts de leurs réalisations».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.