La présentation du programme prévue prochainement    Conférence sur les technologies de traitement de l'eau à Tipasa: l'exploitation des eaux traitées dans l'irrigation une "nécessité vitale"    Syrie: le gouvernement envoie ses forces dans le nord pour stopper l'offensive turque    Le projet de loi sur les hydrocarbures, fruit d'expertises nationales à 100%, ne représente aucune crainte    Présidentielle en Tunisie: Kais Saied élu président avec 72,71% des voix    Le Conseil des ministres donne écho au mouvement populaire    Sellami : «Le taux annoncé par le ministère des Finances est dopé»    L'ARPCE l'a suspendue pour «utilisation illégale du VPN»    Gaïd Salah en visite aujourd'hui au commandement des forces navales    Ligue 1/MCA-USMA: match perdu par pénalité et défalcation de 3 points pour l'USMA    Un policier tue 4 membres d'une même famille et en blesse un autre    Wilayas de l'Est: suivi partiel du mouvement de débrayage des enseignants du primaire    Festival culturel international de musique symphonique    Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    Chanson berbère et identité nationale en débat    La liste des 23 joueurs locaux pour le match face au Maroc    Oran: plus de 90 exposants à la 16e édition du salon Batiwest    Un ancien ministre marocain recadré à cause de l'Algérie    COUPURE D'INTERNET AU NIVEAU DU VFS GLOBAL : L'Autorité de régulation réagit    Tribunal de Sidi M'hamed : Prolongation de la détention provisoire de six porteurs du drapeau amazigh    Appel à doubler d'efforts pour promouvoir la coopération parlementaire entre les pays de l'OCI    Oran: accostage d'un navire de croisière avec à son bord 641 touristes    Le RAJ dénonce l'interpellation de Fersaoui Abdelouhab    Lutte contre les infections nosocomiales à Tizi-Ouzou: manque d'information et disparité entre les secteurs public et privé    Retrait de 1 000 soldats américains du nord de la Syrie    Merkel somme Erdogan d'arrêter son agression    «Une détection précoce pour soigner et surtout limiter les séquelles liées aux traitements»    Des citoyens du village socialiste Guelta Zerga ferment la RN8    La campagne de vaccination retardée    Que décidera la CD/LFP ?    Les joueurs, en grève, décident de boycotter toutes les compétitions    Algérie-France discuté mardi à Lille    Des civils exécutés par des milices à la solde d'Ankara    Soirée cinéma avec le film "Ici, on noie les Algériens"    ACTUCULT    Une belle «Rencontre d'ici et d'ailleurs» avec de grands artistes    Election présidentielle : Sortie de crise ou confirmation de l'impasse ?    Pas d'activités politiques pour les militaires à la retraite    MC Oran : Montagnes russes pour El Hamri    CA Bordj Bou Arréridj : Le contrat de Chaouchi résilié    CR Belouizdad : Le Chabab s'empare du fauteuil de leader    Alger: Le wali suspend les maires de Beni Messous et de Gué de Constantine    Tlemcen: Programme chargé pour le ministre de l'Intérieur en visite aujourd'hui    Rassemblement près de l'APN: Mobilisation contre la loi sur les hydrocarbures    Algérie/Nigeria : Le président nigérian appelle à une coopération énergétique accrue avec l'Algérie    Investissement : Le FCE soutient fortement la révision de la règle 51/49    Situation en Syrie: L'Algérie réitère son refus "catégorique" de l'atteinte à la souveraineté des Etats    34e Festival du cinéma " Entrevues de Belfort " : Les films "Abou Leila" et "143 rue du désert" en compétition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Energie
Publié dans La Nouvelle République le 13 - 04 - 2019

Depuis une semaine, le marché pétrolier mondial assiste à une reprise timide des cours du baril. A la clôture de vendredi dernier, le prix a franchi la barre des 72 dollars le baril. Une hausse impactée et soutenue par plusieurs facteurs politico-économiques qui secouent quelques pays producteurs depuis des mois. Portés par la crise politique en Algérie, les cours de l'or noir montent sur le marché mondial.
L'instabilité qui ébranle les pays producteurs du pétrole, à l'instar de l'Algérie, du Venezuela et de la Libye ces derniers mois, combinée avec la décision de l'organisation des pays producteurs et exportateurs du pétrole (Opep) d'annuler leur réunion d'Avril, ont contribué à la hausse des prix du pétrole. Ces derniers fluctuaient depuis plusieurs mois entre 60 et 67 dollars. La crise politique aigue que traverse l'Algérie depuis le 22 février aggrave la situation économique déjà en déclin dans le pays depuis plusieurs années à cause de sa dépendance à la rente pétrolière. Sans oublier les déboires financiers de ses institutions, engendrés par l'activation sans modération de la planche à billets. Ces facteurs et d'autres ont dévasté l'économie du pays. La situation politique actuelle en Algérie est observée avec intérêt et inquiétude par les experts et financiers internationaux. Cette conjoncture est considérée comme l'un des facteurs qui ont remédié à l'augmentation des prix du pétrole ces derniers jours, frôlant mercredi dernier les 72 dollars le baril du Brent, qui est la référence pour le pétrole algérien (Sahara Blend). « Avec les risques géopolitiques qui continuent d'impacter la production au Venezuela, en Iran, et maintenant en Libye et même en Algérie, les prix du pétrole peuvent poursuivre leur ascension jusqu'à atteindre des prix satisfaisant pour l'Opep et la Russie », a noté dans son analyse de la situation Ole Hansen, expert en matière première chez Saxo Bank. Une analyse relayée par l'Agence Reuters. Cette reprise dans les prix a été saluée par les experts qui voient en elle une perspective pour la relance des investissements économique et une aubaine pour les pays en crise. Sachant que la crise politique qui touche l'Algérie ces deux derniers mois n'a pas eu d'impact sur le volume de sa production. Cependant, cette instabilité additionnée à celle des autres pays, notamment, producteurs pourraient servir d'amortisseur de la crise pétrolière. Les prix de l'or noir restent bien orientés en dépit de la nouvelle forte hausse des réserves américaines, la semaine dernière. En temps normal, le surplus de la production américaine affecte négativement les prix du pétrole et crée un déséquilibre entre l'offre et la demande. S'ajoute à ces facteurs les sanctions imposées au Venezuela et à l'Iran par les Etats-Unis ont contribué à la hausse des prix. Cette dernière est aidée par les perspectives par la baisse de la production mondiale de l'or et de la production du Venezuela en la matière depuis plusieurs mois. Le pays en récession ne possède plus les moyens de financer les opérations d'exploitations des puits pétroliers, notamment, depuis le départ de certains groupes pétroliers du pays. Même scénario pour la Libye qui reprend progressivement le contrôle de sa production, tandis que l'Algérie assure que la production pétrolière du pays n'a pas baissé. Tous ces facteurs ont flambé les cours du pétrole et affolé les marchés mondial ces derniers jours.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.