Adoption de l'avant-projet de loi relatif à la lutte contre la discrimination et le discours de haine    Une nouvelle structure de gestion du foncier industriel au profit de l'investissement productif    L'amendement de la Constitution vise à édifier un Etat fort et à protéger la société contre les turbulences    Andy Delort répond encore à Neymar !    FC Barcelone : Messi pousse pour une prolongation de Luis Suarez    MINISTERE DU COMMERCE : Rezig reçoit une délégation du FMI    AZZEDINE MIHOUBI AFFIRME : Le Hirak a rebattu les cartes politiques en Algérie    La Cour d'Alger confirme le transfert du dossier en correctionnel    LAGHOUAT : Deux sœurs meurent asphyxiées    DEMANTELEMENT D'UN IMPORTANT RESEAU DE TRAFIC DE DROGUE : La police saisit plus d'un kilo de kif à Mostaganem    Plus de 356 kg de cannabis et plus de 162.000 comprimés psychotropes saisis à Alger en 2019    L'Algérie présente au Salon international de l'Agriculture de Paris    Ajax : Le successeur de Ziyech a signé    Actes racistes en Europe, inquiétude face à la montée de l'extrême droite    Aviron: le président de la Fédération internationale en visite de travail à Alger    Ligue 1 (Classement des buteurs): Abid revient à un but de Belhoucini    Secousse tellurique de magnitude 3.0 à Sidi Bel-Abbes    Révolution Le nouvel élan    Gros risques sur les banques    Des potentialités inexploitées    Un samedi sur un air de vendredi à Tizi Ouzou    Le chef rebelle Riek Machar investi vice-président du Soudan du Sud    Les discussions sur la Libye reprendront mercredi à Genève    Le Chabab, un leader bien fragile    Burkina Faso : plus de 700 000 déplacés en 2019    L'angoisse monte en Italie    La Chine progresse dans le traitement des patients atteints du nouveau coronavirus «Covid-19»    De Yalta au monde unipolaire et à l'avènement d'un nouveau monde multipolaire -1re partie-    Le saviez-vous… ?    L'Algérie en quatrième position    ...sortir ...sortir ...sortir ...    "La poésie d'Anna Gréki répond à notre actualité"    Amour et oppression dans la Chine du VIIIe siècle    Un bon, devenu une brute et un truand !    Mes fausses notes    Le Nigeria réaffirme sa position constante sur la juste cause du peuple sahraoui    Coronavirus: la propagation du virus inquiète l'OMS, l'Europe menacée    Une exposition collective d'arts plastiques sur le patrimoine historique algérien à Alger    Ligue 2 : Pas de boycott de la 20e journée    Agriculture: une convention de soutien et d'accompagnement des startups dans le Secteur    Mouvements de grèves sauvages: Le ministère de l'Education met en garde    Le Hirak boucle sa première année    Regards opposés    Tébessa: Un mort dans une collision    BARRICADES INOPERANTES    Lancement du nouveau Groupement algérien des acteurs du numérique    Victoire impérative des Verts    Samsung prépare sa DexBook : Transformer son smartphone en PC    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël
Publié dans La Nouvelle République le 23 - 04 - 2019

La Ligue arabe s'est engagée à verser 100 millions de dollars par mois à l'Autorité palestinienne afin de compenser les mesures de rétorsion financières appliquées récemment par l'occupant israélien, au moment où la Banque mondiale (BM) s'inquiète d'une crise financière aggravée en Cisjordanie si l'abus persiste sur les droits de douane prélevés par Israël pour le compte de l'Autorité palestinienne.
Dans un communiqué dimanche soir, au terme de la réunion au siège de la Ligue arabe, de la session extraordinaire du Conseil de la Ligue arabe au niveau ministériel consacrée à l'examen des derniers développements de la question palestinienne, la Ligue arabe a confirmé que les pays arabes «vont soutenir le budget de l'Etat palestinien(...) en lui procurant un filet de sécurité financière (...) afin de résister à la pression politique et financière à laquelle il fait face». L'occupant israélien avait annoncé en février qu'il gèlerait chaque mois environ 10 millions de dollars (près de 9 millions d'euros) sur les 190 millions qu'il prélève en TVA et en droits de douane sur les produits importés par les Palestiniens, et qu'il est censé reverser régulièrement à l'Autorité palestinienne en vertu des accords de paix. La somme soustraite correspond, selon Israël, au montant des allocations versées par l'Autorité aux familles de Palestiniens emprisonnés ou tués par les forces d'occupation en vertu des accords de paix. La Palestine a dénoncé un vol et décidé de faire une croix sur la totalité des taxes qu'elle devrait récupérer. Au cours de la réunion «extraordinaire» de la Ligue arabe dimanche, le président de l'Etat de Palestine Mahmoud Abbas a réitéré son rejet d'un futur plan de paix de l'administration américaine. «Ce plan ne parviendra pas à atteindre une paix durable et complète au Moyen-Orient», précise le communiqué de l'organisation panarabe. Les Palestiniens affirment que l'administration américaine penche en faveur d'Israël, ce qui «discrédite» les Etats-Unis dans leur rôle de médiateur. En 2018, les Etats-Unis ont suspendu plus de 500 millions de dollars (440 millions d'euros) d'aides qui allaient à l'agence onusienne pour les réfugiés palestiniens (Unrwa), à différents programmes d'assistance ou, pour une moindre part, directement au budget de l'Autorité palestinienne. L'entité israélienne et s'est prononcé le 21 mars en faveur de la reconnaissance de la souveraineté d'Israël sur le Golan syrien occupé, une décision en rupture avec la position des Etats-Unis depuis des décennies. La Banque mondiale (BM) a mis en garde mercredi contre le risque d'une crise financière aggravée en Cisjordanie occupée, si l'abus persiste sur les droits de douane prélevés par Israël pour le compte de l'Autorité palestinienne. Il est «urgent que Palestiniens et Israéliens s'accordent afin de "prévenir une plus grande détérioration de l'activité économique et du niveau de vie» des Palestiniens, privés «d'une source importante de revenus budgétaires», dit la Banque mondiale dans un rapport. L'organisme s'inquiète du risque d'un déficit de l'Autorité palestinienne dépassant le milliard de dollars en 2019, contre 400 millions en 2018, et écrit que l'économie palestinienne est confrontée à un «sévère choc financier». Il souligne les effets sur l'économie palestinienne des restrictions imposées par Israël sur les importations de produits, l'Etat hébreu interdisant l'entrée de 56 produits en Cisjordanie occupée et de 118 produits dans la bande de Ghaza, parmi lesquels des matières premières, des fertilisants agricoles, des équipements télécoms, de l'acier, et des tuyaux notamment. Israël contrôle tous les accès de la Cisjordanie, territoire qu'il occupe depuis plus de 50 ans. Il soumet aussi la bande de Ghaza à un rigoureux blocus. Un allégement des mesures pourrait entraîner une hausse de 6 % de la croissance en Cisjordanie occupée et de 11 % à Ghaza, dit la Banque mondiale dont le rapport sera présenté le 30 avril à Bruxelles au comité de liaison ad hoc (AHLC) coordonnant le soutien des donateurs internationaux aux Palestiniens. Le rapport fait état «d'une diminution constante du revenu par habitant» et d'une «augmentation du chômage et de la pauvreté» en Cisjordanie occupée et à Ghaza, où 52 % de la population active était sans emploi en 2018. L'Autorité palestinienne est confrontée à une baisse drastique de l'aide étrangère, qui est passée de 10 % de son PIB il y a 5 ans à 3,5 % l'an dernier. En 2018, les Etats-Unis ont annoncé réduire l'aide aux Palestiniens de centaines de millions de dollars.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.