Louisa    L'opposition prépare une deuxième motion de défiance contre Ghannouchi    Trump provoque un tollé politique en évoquant un possible report de la présidentielle    6 personnes tuées dans l'explosion d'un engin artisanal    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    Immobile égale le record de Higuain    Alger surprise par la liste de l'UE    L'hommage unanime du métier    À fleur de peau de Meriem Mesraoua au Festival du film de Venise    Lancement aujourd'hui du «Mois du patrimoine immatériel» dédié au costume traditionnel    18 civils tués dans une attaque de Boko Haram    Le Soudan affirme agir pour que Washington le retire de la "liste noire"    Ankara a acheminé plus de 17 000 mercenaires syriens en Libye    L'ADE et la Seaal s'expliquent    Le combat douteux du syndicat    Décès de l'ancien président de la FAF, Saïd Amara    Trois candidats en compétition    La fille des Aurès    Les exploitants demandent le renouvellement de leurs contrats    Le gouvernement prend les devants    8 décès et 515 nouveaux cas en 24 heures    13 vols programmés pour ce mois d'août    Fin de cavale pour le secrétaire particulier de Gaïd Salah    "Le salut est ailleurs que dans la révision de la Constitution"    Talaie El-Houriat réclame des réformes structurelles profondes    "Le 4e art est le produit de luttes engagées"    Moustakbel Oued Sly accède en ligue 2 : Le club engagé dans la voie du professionnalisme    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Festival international du film de Moscou : Hamid Benamra s'affiche avec Time life    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    Souk Ahras : Sept communes touchées par les feux    Forêt de Baïnem: collecte de plus de 32 tonnes de déchets depuis le début du confinement sanitaire    Aïd el Adha : Plus de 10.000 commerçants non mobilisés ont assuré l'approvisionnement des citoyens    Manque de liquidité, feux de forêts et perturbations de l'AEP, des actes prémédités    Le Président de la République présente ses condoléances à la famille de Saïd Amara    Nucléarisation rampante    CHEQUES ET LIQUIDITES    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Crise financière: Une question d'argent !    Protection des personnels de la santé: Les nouvelles mesures entrent en vigueur    Aménagement urbain: Un tableau foncièrement noir    Mesurer les distances à l'œil nu    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    Le Président de la République préside lundi une réunion du Haut conseil de sécurité    Crise politique en Tunisie : Nabil Karoui sauve la tête de Rached Ghannouchi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le dialogue doit satisfaire les demandes du peuple»
Publié dans La Nouvelle République le 21 - 08 - 2019

Le président de Talaie El Hourriet, Ali Benflis, a estimé, hier mardi à Alger que le dialogue initié par la Commission nationale du dialogue et de médiation présidée par Karim Younes, doit satisfaire les demandes légitimes de la révolution démocratique qui vont dans le sens, a-t-il indiqué, de la nécessaire modernisation politique du pays et de la transformation de l'Etat national en Etat de droit. «Le dialogue reste l'instrument, privilégié, de règlement de la crise de régime», a-t-il dit.
S'exprimant lors d'un point de presse à l'issue de sa rencontre avec les membres du panel présidé par Karim Younes au siège de son parti, Ali Benflis a considéré que la présidentielle demeurait l'option la plus raisonnable et nécessaire pour sortir le pays de la crise.
«L'élection présidentielle est la voie la plus réaliste, la moins longue, la moins risquée et la moins coûteuse pour le pays aux plans politique, sécuritaire, économique et social», a-t-il dit. Pour peu que, a-t-il insisté, soient réunies les conditions politiques, institutionnelles et légales et, un environnement favorable pour la tenue d'un scrutin permettant, au peuple algérien d'exercer, pour la premiere fois, librement le choix du futur président sans que sa volonté ne soit dévoyée. Pour Ali Benflis la réussite du dialogue et la tenue de l'élection présidentielle doit, impérativement, réunir quatre conditions.
La première, a-t-il dit, est la création d'un environnement apaisé pour le succès du scrutin et des signaux forts de la part des autorités quant à la volonté de garantir la régularité, la transparence et l'intégrité du scrutin.
La seconde est le départ du gouvernement en place et son remplacement par un gouvernement de compétences nationales pour gérer les affaires courantes. La troisième, a-t-il poursuivi, est la création d'une autorité électorale indépendante investie de l'intégralité des prérogatives afférentes à l'organisation et au contrôle du processus électoral présidentiel qui prenne en charge l'ensemble du processus électoral depuis la révision des listes électorales jusqu'à la proclamation des résultats.
Et, enfin la révision de la législation électorale actuelle pour supprimer les niches de la fraude, combler les lacunes, revoir l'architecture de l'encadrement du processus électoral, lever les entraves au libre-choix de l'électeur et garantir un scrutin régulier et transparent. Enfin, s'agissant de l'option de la «Constituante», proposée par certaines formations politiques et personnalités nationales comme solution à la crise politique qui secoue le pays depuis le 22 février dernier, Ali Benflis a estimé que cette voie risque de multiplier les impasses, qu'elle prolonge, indument, la durée de la crise et, qu'elle aboutisse à son extension et à son exacerbation.
Réaffirmant, au passage, son adhésion et son soutien à l'option d'un mandat de transition au cours duquel le prochain président élu pourra lancer les chantiers d'un changement de régime politique, d'une transition démocratique et, l'élaboration d'une nouvelle Constitution.
Pour sa part, le président du Front El Moustakbal, Abdelaziz Belaid, a estimé, avant-hier mardi que le dialogue est le seul moyen civilisé pour sortir le pays de la crise qu'il traverse et aller directement à l'organisation d'une élection présidentielle libre et transparente pour raviver l'espoir et les aspirations du peuple algérien, édifier un Etat de droit et concrétiser les principes d'une démocratie réelle.
S'exprimant lors d'une conférence de presse à l'issue de sa rencontre, au siège de son parti, avec le coordonnateur de l'Instance de médiation et du dialogue, Karim Younes. M. Belaid a, à l'occasion, appelé tous les acteurs politiques et les organisations de la société civile à redoubler d'efforts et à participer au dialogue afin de sortir le pays de la crise qu'il traverse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.