L'Algérie saura relever tous les défis auxquels elle fait face et s'en sortira plus forte    L'état de santé du président n'est pas inquiétant    Le procès de Zoukh, l'ex-wali d'Alger, reporté au 17 novembre    Les produits pétroliers disponibles durant les fêtes d'El Mawlid Ennabaoui et du 1er novembre    287 nouveaux cas en Algérie    Djerad inaugure la 1re Conférence nationale sur l'oeuvre de Malek Bennabi    Zetchi évasif sur la question du deuxième mandat    LDC: Le Real arrache un nul inespéré à Gladbach    Sahara occidental/Minurso: réunion mercredi du Conseil de sécurité    Sahara occidental : l'ONU doit obliger le Maroc à fermer la brèche illégale à El-Guerguerat    Arkab: le projet d'amendement de la Constitution "jette les fondements d'une économie productive diversifiée"    L'amendement de la Constitution, un moyen de réaliser les objectifs ambitieux pour les enfants de l'Algérie    Campagne: appel à voter pour le changement et l'édification de l'Algérie nouvelle    Projet d'amendement de la Constitution : le référendum, une opportunité pour tracer les contours de l'Algérie nouvelle    Sélection algérienne: "Le contrat de Belmadi a déjà été prolongé"    Qualifications CAN-2021 (4e j.): des arbitres soudanais pour Zimbabwe - Algérie    Covid-19: 287 nouveaux cas, 171 guérisons et 9 décès    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès de l'ex-wali Zoukh au 17 novembre    Nouveau rassemblement de soutien à Khaled Drareni    LE GENERAL CHANEGRIHA AFFIRME : ‘'L'Algérie sortira gagnante''    CELEBRATION DU MAWLID ENNABAWI : Appel au strict respect des mesures préventives    BECHAR : Tentative de suicide par immolation    FETE DE LA REVOLUTION :La journée du dimanche prochain chômée et payée    LES ELEVEURS SONT EXCEDES : Hausse des prix de l'aliment de bétail à Mostaganem    Economie d'énergie : nécessité d'un nouveau mode de consommation du citoyen    Les arabes, les musulmans et la vie sans camembert Président    Le gardien Donnarumma positif au Covid-19    Rahmoun Yazid en renfort    Une caravane médicale au profit des populations nomades    Le 10 novembre, dernier délai pour le dépôt des demandes de licences    Le procès de Karim Tabbou reporté au 16 novembre    Actucult    Risque de covid-19 : Regroupements dangereux des parents devant les écoles    Village le plus propre de Béjaïa : «A Aguemoune Nat Amar, nous avons toujours été propres et organisés»    Le système politique algérien, formation et évolution (1954-2020) : Bonnes feuilles    Reprise des négociations tripartites aujourd'hui    La comptabilité analytique au sein des entreprises en vue d'assuer l'accès aux marchés extérieurs    Une troisième tentative de cessez-le-feu vole en éclats    BMS Corona    L'hôpital Nedjma d'Oran équipé de 14 lits de réanimation    L'ENCRE ET L'HISTOIRE    ES Sétif: La stabilité enfin payante ?    Une majorité de Soudanais contre la normalisation avec Israël    Mascara: Des terres agricoles non exploitées seront récupérées    Bouira: Apprendre à reconnaître les «fake news»    Choc inévitable ?    Tlemcen: L'Institut français relance ses activités    Tiaret: La radio locale souffle sa 22e bougie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les leaders de la contestation rejettent la nationalité marocaine et l'allégeance au roi
Publié dans La Nouvelle République le 26 - 08 - 2019

Les leaders du mouvement de la contestation rifaine en détention dans les geôles marocaines et condamnés à de très lourdes peines de prison pour rassemblement, demandent ne plus vouloir de la nationalité marocaine ou de l'allégeance au roi du Maroc.
Le leader de la contestation Nacer Zefzafi a été condamné à 20 ans de prison ferme par les autorités marocaines pour avoir appelé à des rassemblements exigeant plus de justice sociale et la fin de la corruption dans la région du Rif. La demande de déchéance de la nationalité marocaine a été signée par les cinq leaders emprisonnés du mouvement : Nacer Zefzafi, Nabil Ahmdjik, Nabil Boustani, Mohamed Haki et Zakaria Adherchour. Cette demande n'a pratiquement aucune chance d'aboutir puisque le Maroc et l'un des rares pays au monde avec l'Algérie où il n'y a jamais eu de cas de déchéance de nationalité quelles que soient les actes ou les circonstances qui la justifient. Une personne de nationalité marocaine ne peut donc renoncer à sa nationalité et le demeure même si elle opte pour d'autres nationalités ou commet des actes ouvertement hostiles au Maroc.
Ce paradoxe devient assez évident dans le cas des militants indépendantistes Sahraouis à qui le Maroc a octroyé un passeport marocain. Ils sont considérés comme marocains même s'ils revendiquent le contraire et abandonnent leurs documents d'identité et de voyage. Ainsi les ex-ministres françaises Rachida Dati et Najat Vallaud-Belkacem sont considérées par la loi marocaine comme étant des citoyennes marocaines à part entière dont l'allégeance au roi du Maroc ne peut être mise en doute sous aucun prétexte. Idem pour Alexandre Benalla qui est toujours un ressortissant marocain par son père même s'il le renie ou nie son existence.
La contestation dans le Rif a été passée sous silence total grâce à la complicité de Paris qui aide Rabat à mettre fin aux troubles secouant le Rif depuis quelques mois. Ces troubles dont l'épicentre semble être la ville d'Al-Hoceima, actuellement assiégée par les forces de sécurité et sous blocus, font craindre aux autorités une résurgence de l'indépendantisme rifain et le souvenir de la glorieuse et éphémère République du Rif proclamé par le fameux chef rifain Abdelkrim Al-Khattabi dans les années 20 après avoir battu et humilié les Corps expéditionnaires espagnol et français ainsi que leurs supplétifs marocains dans une guerre atroce où les puissances coloniales n'ont pas hésité à utiliser massivement les armes chimiques contre les populations civiles.
Le gouvernement marocain tente de lutter contre une corruption généralisée gangrénant les administrations et le service public. Fait rarissime, le palais royal a condamné à différentes reprises la vénalité et la corruption des commis de l'État mais il semble que tous les efforts déployés, incluant des limogeages en série d'administrateurs et de responsables, n'aient eu qu'un impact minime sur l'étendue du phénomène.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.