LYCEE "OULD KABLIA SALIHA" (MOSTAGANEM) : Campagne de sensibilisation sur les risques du gaz    JOURNEE MONDIALE DU DIABETE : Cinq millions d'Algériens sont diabétiques !    EDUCATION : Vers une grève de 3 jours renouvelable dans les primaires    Zerouati participe jeudi et vendredi en Afrique du Sud à la Conférence ministérielle africaine sur l'environnement    La Ligue arabe condamne les nouvelles agressions israéliennes sur Ghaza    Emploi au Sud: Un plan d'action pour définir les entraves    LFP – Sanctions : Huis clos pour le MCO et l'USMAn    Mise à jour. MC Alger – JS Kabylie : Le Mouloudia pour prendre le large    Port de l'emblème Amazigh : Le tribunal de Bab El Oued relaxe cinq jeunes détenus    Foot/Qualifications CAN-2021: Algérie-Zambie: éviter de trébucher d'entrée    Phase de Poules de la CAF : Le Paradou AC dans un groupe difficile    Para-athlétisme/Mondiaux-2019 : les Algériennes Saifi en argent et Djelal en bronze    La charte d'éthique des pratiques électorales signée samedi    Les campus au rendez-vous    Morales se réfugie au Mexique    Le SG de l'ONU appelle à "une coopération internationale"    La question des réfugiés sahraouis examinée lors de la Conférence parlementaire régionale pour l'Afrique    Le prononcé du jugement renvoyé au 26 novembre    Six contrats gaziers renouvelés par Sonatrach    Appel au respect de l'itinéraire technique    Un collège fermé "à titre préventif" à Sétif    Amrouche convoque 25 joueurs    Algérie-Chine: appel à la promotion des relations de coopération dans le domaine du tourisme    Les étudiants ont marché pour le 38e mardi    Rupture et montée en gamme    Séance surréaliste à l'APN    Que reste-t-il du grand clasico ?    La criminalité en hausse    Un mort et un sauvetage miraculeux de trois personnes    Vivre avec et contre le passé    L'UE valide l'étiquetage «colonies israéliennes»    Ecole de journalisme d'Alger : Quelle place pour la production amazighe dans les médias ?    Parc national du Djurdjura : Découverte d'ossements d'un ours brun    Album Live de Hakim Hamadouche : Hommage funky à M'hamed El Anka    Economie: L'Algérie «dans le rouge»    Un conclave consacré aux dossiers du logement: Des instructions pour accélérer les travaux et l'affichage des listes    Le pari gagnant de l'Algérie    Lancement des Rencontres internationales du cinéma d'Oran: La phase des projections programmée pour février prochain    Personnes interdites de stade : Les modalités d'établissement du fichier national fixées    Un nouveau recours au " financement non conventionnel " est possible    Matérialisation des légitimes revendications populaires Les fondements directeurs de l'état de droit    Sidi Bel-Abbès: Marche de soutien à la présidentielle    Tunisie : Le Premier ministre Youssef Chahed à Paris et Rome    Maroc-MCC : Accord de coopération pour la mise en œuvre du projet de gouvernance du foncier    Place aux entreprises algériennes    CONSTANTINE : Développer des approches scientifiques de protection des vestiges submergés    10e Fica : Projection de "L'envers de l'histoire", parcours d'une militante en Serbie    La situation de la femme créatrice dans le domaine de l'industrie cinématographique en débat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vers l'augmentation de la taxe de pollution
Publié dans La Nouvelle République le 13 - 10 - 2019

La proposition faite ce dernier jeudi par la ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables, Fatima Zohra Zerouati, porte sur l'augmentation de la taxe de pollution prévue dans le projet de loi de Finances (PLF) 2020. Si elle venait à être retenue, elle permettrait de préserver l'environnement et de garantir aux citoyens leur droit à un environnement salubre et sûr.
Telle est l'interprétation à accorder à cette proposition contenu dans le projet de loi (PLF) 2020. «Elle est appelée à hisser la taxe de pollution de 13.000 DA à 26.000 DA», a précisé Mme Zerouati. Elle est intervenue en marge du lancement du premier guide de terminologie technique du secteur de l'Environnement et des Energies renouvelables dans les trois versions, (arabe, française et amazighe) pour affirmer que la démarche est une première initiative. Elle vise à renforcer le bon usage des terminologies adoptées par le secteur de l'environnement en Algérie. Nouvelle, l'approche est entamée dans le cadre d'un accord de partenariat signé le 9 août 2017 entre le ministère de l'Environnement et des Energies renouvelables, le HCLA et le HCA. C'est ce qui va aboutir à la redynamisation des activités des maisons de l'environnement. Jusqu'au début 2019, Il en existe seulement 36 sur les 48 wilayas à travers le pays.
Annoncée pour être mise en application au courant cette même année, la feuille de route pour la gestion des maisons de l'Environnement n'est toujours pas visible. D'où cette tendance à l'absence de coordination dans les actions entreprises ou à entreprendre par le ministère. Ce qui justifie la réaction de la ministre qui, lors d'une de ses récentes sorties a affirmé : «Il n'est pas judicieux de généraliser un seul programme à toutes les régions, alors que certaines wilayas souffrent de désertification, d'autres de la pollution du littoral, voire du manque de biodiversité.» Il faut préciser que depuis leur création, les 36 maisons de l'Environnement pour autant de wilaya ont permis le recrutement de 4.000 agents municipaux. Ils ont été formés pour intervenir à l'échelle nationale notamment en matière du recouvrement de la taxe sur les déchets ménagers. Dans le cadre de l'économie circulaire, il a été révélé qu'au 25 décembre 2018, les responsables des maisons de l'Environnement ont effectué des visites au niveau des établissements de l'éducation.
Ces derniers auraient été dotés de 1.500 équipements pédagogiques pour la création de clubs de l'environnement. L'objectif est de sensibiliser leurs camarades sur la question de la préservation de l'environnement. Là ne s'est pas arrêtée la démarche de la ministre. Elle a également intéressé la formation des détenus dont 2.600 au niveau de différents établissements pénitentiaires ont bénéficié d'une formation en matière d'aménagement des espaces verts. Sensibiliser pour concrétiser un développement durable basé sur l'économie circulaire, l'utilisation rationnelle de l'énergie, le développement des énergies renouvelables et l'exploitation des déchets en tant que matière première recyclable certes, mais l'approche des maisons de l'Environnement a voulu aller plus loin dans sa démarche.
D'autant plus qu'à l'horizon 2035, l'Algérie devrait voir ses déchets doubler pour atteindre 73 millions de tonnes. D'où la nécessité pour le ministère de définir une nouvelle approche. Elle devrait être élaborée en droite ligne avec des pôles de réflexion sur les politiques de l'environnement et le développement durable. Il y a également le problème que posent les containers chargés de déchets en plastique importés par des hommes d'affaires. Sa solution implique les douanes et le service concerné. D'autant plus lorsque on sait que l'importation de cette matière plastique est interdite. Elle constitue «une infraction majeure».
La ministre a précisé : «Il serait plus judicieux d'exploiter les déchets en plastique produits localement». Elle a rappelé que le plastique représente 30% des 13 millions de tonnes de déchets triés annuellement et qu'il représente une matière première importante. Le développement des énergies renouvelables dans les régions isolées fait partie des priorités accordées par le ministère de Mme Zerouati. Elle l'a évoqué dans le cadre du programme mis en place pour doter les agriculteurs des régions éloignées d'équipements en énergies renouvelables pour le pompage de l'eau. Elle a ajouté que ce dossier constituera le thème du Salon international de l'environnement et des énergies renouvelables prévu en mars 2020.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.