Le Président Tebboune et l'Emir du Qatar se félicitent de l'évolution des relations bilatérales    Manchester City vise un latéral argentin    Logement: Nasri ordonne l'accélération de la cadence de réalisation des projets en cours    ATTEINTE AUX SYMBOLES DE LA REVOLUTION : Appel à l'application des lois de la République    Noureddine Khaldi, nouveau directeur général des Douanes    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : L'université algérienne dotée d'un statut particulier    Constitution: le Comité d'experts achèvera sa mission vers le 15 mars prochain    FAUTE DE TRANSPORT DES ELEVES SCOLARISES : Le programme de vaccination risque l'échec à Mostaganem    SIDI BEL ABBES : 29.000 demandes de logements à la daïra    LES HABITANTS RENCONTRENT LES REPRESENTANTS DU WALI D'ORAN : Tafraoui classée commune à risque    Liverpool à quatre matchs d'un sacre en Angleterre    Le Coronavirus poursuit sa propagation faisant des victimes et des dégâts collatéraux    Accidents de la route: 30 morts et 1.270 blessés en une semaine    "Halte aux pratiques liberticides !"    La mobilisation se poursuit à Montréal    Le Chabab alterne le bon et le moins bon    Attention, le Mouloudia arrive !    «2020 sera l'année de l'amélioration du service public»    L'extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis à l'étude    Israël vise le Jihad islamique palestinien à Gaza et en Syrie    Le vote de confiance reporté à jeudi    Etat d'alerte sanitaire en Tunisie    Ouadjaout passera-t-il aux sanctions ?    Sit-in des corps communs de l'éducation nationale devant la wilaya    ACTUCULT    L'infrangible lien…    Parution en France d'"Algérie décennie 2010-2020 : aux origines du mouvement populaire du 22 février"    Amnesty International projette un film sur le hirak    Le café littéraire évoque l'épopée historique de l'Emir Abdelkader    Carnaval : «Laissez Alost être Alost», répond le maire aux accusations d'antisémitisme    Il aura lieu au tribunal de Sidi M'hamed : Le procès de Karim Tabbou programmé pour le 4 mars    Procès des détenus du mouvement populaire : L'autre tribune des «hirakistes»    Le FMI prêt à apporter «l'assistance technique et des conseils de politiques économiques»    La femme dans le mouvement populaire : Le nouveau souffle du féminisme en Algérie    Transition énergétique: objectif 16 000 mégawatts d'énergies renouvelables à l'horizon 2035    Encore une transgression de la loi    Championnats les plus fair-play : L'Algérie 54e mondial    Coupe arabe (U20) : L'Algérie qualifiée aux quarts de finale    «Camus a vécu à Alger la moitié de sa courte vie»    Dérives islamistes en France : «Séparatisme», le nouveau nom du communautarisme    Objectif : La relance du cinéma algérien    Plan d'action du gouvernement: Impérative amélioration du pouvoir d'achat    Pour dénoncer la mainmise des organisations «estudiantines»: Sit-in aujourd'hui des enseignants de l'institut de maintenance de l'université Oran 2    Ligue des champions d'Europe: Attractions à Madrid et Naples    Respectivement ex-directeur du protocole de Bouteflika et patron de Safina: Reguieg et Metidji incarcérés    Conseil des ministres: Un observatoire de prévention contre la discrimination et le discours de haine    Baisse significative de la participation aux législatives    Mercedes-Benz dévoile son programme pour Genève    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aghribs commémore son enfant, le chahid Didouche Mourad
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 01 - 2020

Une placette publique et une stèle à l'effigie du chahid Didouche Mourad tombé au champs d'honneur il y a 65 ans, le 18 janvier 1955, ont été inaugurées samedi à Agouni-Oucharqi, chef lieu de la commune d'Aghribs, au Nord-est de Tizi-Ouzou, a-t-on constaté.
Le chahid Didouche Mourad, dit Si Abdelkader, tombé lors de la bataille du douar Souadek, actuelle Zighoud Youcef dans la wilaya de Constantine incarnait «un trait d'union entre les différentes régions du pays dans leur combat contre le colonialisme», a souligné, lors de son allocution, Amirouche Messis, P/APC d'Aghribs. Rappelant le parcours et l'engagement du chahid, dès l'âge de 16 ans, dans le combat libérateur du pays, l'édile communal a appelé, à l'occasion, à «poursuivre son combat et celui de ses compagnons pour l'avènement d'une Algérie démocratique et prospère». La commémoration, dont le coup d'envoi a été donné au village Ibsekriène, d'où sont originaires les parents de Didouche Mourad, a été marquée par l'organisation de la 1re édition d'un semi-marathon portant le nom du chahid, auquel ont participé des athlètes d'une vingtaine de wilaya du pays. Un rendez-vous sportif à «pérenniser pour maintenir vivante la mémoire du chahid», a soutenu M. Messis. Organisée par la population et l'Assemblée populaire communale (APC) d'Aghribs en collaboration avec l'Assemblée populaire de wilaya (APW) et l'Organisation nationale des moudjahidines (ONM), cette commémoration, 2ème du genre, vise, également, à «contribuer à faire connaître Didouche auprès des jeunes générations de sa région», a-t-il ajouté. Un premier hommage a été rendu au chahid dans sa région natale en 1993 à l'initiative de l'association locale «Tamgout n'Ath Jennadh» et les comités de villages de la région. Né en 1927 à El Mouradia (Alger) de parents originaire du village Ibsekriène, Didouche Mourad s'engagea dès l'âge de 16 ans dans les rangs du PPA, rejoint l'Organisation secrète (OS) à sa création, participa à la création du Comité révolutionnaire pour l'Unité et l'Action (CRUA), fut membre du «groupe des 22» et du «groupe des 06» et l'un des rédacteurs de l'appel du 1er novembre 1954. Biographie chahid Didouche Mourad Surnommé «Si Abdelkader» , il naquit le 13 juillet 1927 à El Mouradia à Alger au sein d'une famille modeste, effectua ses études primaires ainsi que le cycle moyen à l'école d'El Mouradia puis rejoignit le lycée technique du Ruisseau. Nourrissant dès son jeune âge une haine farouche envers le colonialisme qui fit naître en lui le désir de venger ses compatriotes, il s'engagea, dès 1942, dans les rangs du Parti du Peuple Surnommé «Si Abdelkader» , il naquit le 13 juillet 1927 à El Mouradia à Alger au sein d'une famille modeste, effectua ses études primaires ainsi que le cycle moyen à l'école d'El Mouradia puis rejoignit le lycée technique du Ruisseau. Nourrissant dès son jeune âge une haine farouche envers le colonialisme qui fit naître en lui le désir de venger ses compatriotes, il s'engagea, dès 1942, dans les rangs du Parti du Peuple alors qu'il n'avait pas encore atteint l'âge de 16 ans. Deux ans plus tard, il fut nommé responsable des quartiers d'El Mouradia, El Madania et Birmandreis et créa en 1946, la troupe de Scouts «al amal» ainsi que l'équipe sportive «al-sarie al-riadhi» d'Alger. En 1947, il organisa les élections municipales dans sa zone. Le martyr fut parmi les membres les plus éminents de l'Organisation Spéciale. Il se rendit également dans l'Ouest algérien en vue d'organiser la campagne électorale pour l'Assemblée algérienne, fut arrêté mais réussit à s'enfuir du tribunal. Lors de la découverte de l'Organisation Spéciale en mars 1950 et après l'échec de l'administration coloniale à le capturer, un jugement par contumace fut prononcé contre lui, le condamnant à 10 ans de prison. Toutes les pressions exercées contre lui furent vouées à l'échec puisqu'il constitua en 1952, avec le martyr Ben Boulaïd, un noyau clandestin dans la Capitale dont la mission était la fabrication de bombes en prévision du déclenchement de la Révolution. Il se rendit ensuite en France avec pour mission le contrôle interne de la Fédération. A son retour à Alger, il mit en place avec ses compagnons le Comité Révolutionnaire pour l'Unité et l'Action, de même qu'il participa à la réunion des « 22 » tenue en juin 1954, au cours de laquelle fut décidé le déclenchement de la Révolution. De cette réunion, émergea le premier Conseil de la Révolution , composé de 5 membres dont Didouche, lequel fut nommé responsable de la zone II. Le martyr fut l'un des plus éminents rédacteurs de la Déclaration du 1er novembre 1954 et réussit , après le déclenchement de la Révolution et avec l'aide de son adjoint Zighout Youcef, à jeter les bases d'une organisation politico-militaire jusqu'au 18 janvier 1955 où après une bataille au douar Souadek, il tomba au champ d'honneur alors qu'il n'avait pas encore 28 ans, pour être ainsi le premier chef de zone à tomber au champ d'honneur.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.