Algérie-Arabie Saoudite: des perspectives prometteuses pour le renforcement de la coopération bilatérale    Nécessité d'identifier les passagers du vol transportant l'italien atteint du coronavirus    L'instance présidentielle veut mettre fin aux dysfonctionnements du parti    Une médaille pour le hirak à Montréal    Oran : 2 mois de prison requis contre Affif Abderrahmane    Dans le désordre    «Nous devons d'abord évaluer notre potentiel»    La Libye en tête des préoccupations    À quand l'accès au hall d'attente ?    Conférence sur le développement des routes et des transports en Afrique    La chambre d'accusation renvoie le dossier au 3 mars    Sanders confirme son avantage face à Biden    Doute sur la tenue du sommet quadripartite sur la Syrie    L'ONU dénonce la violence israélienne en Cisjordanie    Un changement pour la route    Le projet de Jaguar Land Rover    Une boîte automatique intelligente    Le Doyen ressuscité    Aït Djoudi optimiste malgré la situation du club    Le choc de titans    Les Canaris préparent le Chabab à Tigzirt    L'Algérie classée dans le Top-10 par Campus France    Le Targui    Seddik Chihab conteste son exclusion    Tarte pommes, amandes et chocolat    ACTUCULT    Des témoignages poignants sur la Guerre d'Algérie    "Intertextualité et conversation dans l'œuvre de Kateb Yacine"    Lettre écrite par Tahar Djaout après la mort de Mouloud Mammeri (25 février 1989) et publiée par Awal    Coup de mou chez Scorsese    Affluence du public    COA: les membres du Comité exécutif rejettent une démission "verbale" de Berraf    Constitution: l'université a un rôle "pivot" dans l'encadrement du débat de la société    Boxe/Tournoi pré-olympique: Houmri et Bouloudinats passent en demi-finale    Tizi-Ouzou: Mouloud Mammeri, fondateur de l'anthropologie algérienne    Le Brexit obligé de revoir le cadre des échanges dans une année : Vers un nouvel accord de coopération entre l'Algérie et le Royaume-Uni    Pour se défaire de la dépendance aux hydrocarbures : Djerad prône une transition vers le solaire    Alger: la distribution de l'eau potable totalement rétablie mercredi avant le délai prévu    Baccalauréat professionnel: le projet en phase de détermination des spécialités    Bouira : Réhabilitation de la RN 25    Synthétisation de l'écosystème digital : Les acteurs du numérique s'organisent    Haï Es-Sabah: Plus de 372 kilogrammes de viande impropre à la consommation saisis    A l'appel de l'UNPEF: Grève à l'Education aujourd'hui    Blida: Un ressortissant malien arrêté pour escroquerie    Les étudiants poursuivent leur mobilisation    Remise des décisions d'affectation: 120.000 souscripteurs AADL convoqués la semaine prochaine    Des individus pas très respectables    Lavrov : les terroristes ne seront pas "les maîtres" à Idlib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vivre le (dés) espoir d'une mère nigériane
Publié dans La Nouvelle République le 29 - 01 - 2020

Comprendre la douleur, mais aussi l'espoir gardé intact des mères après l'enlèvement des 276 écolières en 2014 par le groupe jihadiste Boko Haram dans le nord-est de Nigeria ? Avec « Daughters of Chibok », le cinéaste nigérian Joel Benson, précurseur de la réalité virtuelle dans son pays, fait le pari d'une vision panoramique de 360 degrés.
Avec le casque VR sur a tête, le voyage commence. Image après image, les portes du village s'ouvrent. Chacun est libre de s'y promener à sa guise, regarder ce qui se passe à gauche et à droite, découvrir la place du village derrière nous, partager la vie quotidienne des villageois, écouter leurs histoires. Et puis, nous entrons dans une petite maison pour rencontrer une de ces mères de Chibok dont les filles ont été kidnappées. Entretien avec Andrés Jarach, qui a sélectionné Daughters of Chibok pour Smart, la catégorie consacrée aux expériences numériques du Fipadoc 2020, le Festival international du documentaire de Biarritz.
RFI : Pourquoi avez-vous choisi Daughters of Chibok pour les documentaires de Smart, cette « vitrine de ce qui se fait de mieux au niveau international » ?
Andrés Jarach : Joel Benson nous a envoyé son documentaire. Au départ, ce film s'annonce comme une petite visite d'un village au Nigeria. À un moment donné, on se rend compte qu'il s'agit du village qui a vécu l'enlèvement de 276 filles. Et une mère raconte sa vie de tous les jours, comment elle fait pour vivre après ce drame terrible.
Avec son documentaire, Joel Benson est devenu le premier cinéaste africain à recevoir le Lion d'or dans la catégorie réalité virtuelle à la Mostra de Venise. Quelle est pour vous la singularité du réalisateur nigérian?
Ce qui est très fort dans Daughters of Chibok, c'est sa manière de raconter. Pendant une bonne moitié du film, il nous met en place un lieu, une vie un peu lointaine de nous, mais, somme toute, assez simple et banale, et qu'on a le sentiment de connaître. D'un coup, on s'en rend compte que dans ce joli lieu, en Afrique, très pauvre, avec une vie dure pour les habitants, il s'est passé un drame extraordinaire. Il y a une grande force de narration. Encore aujourd'hui, quand je vous le raconte, j'ai la chair de poule, parce qu'on a l'impression d'y avoir vécu, d'avoir compris cet enlèvement de 276 filles. Et il y a toujours beaucoup qui n'ont pas pu revenir [en 2019, cinq ans après l'enlèvement, 112 filles étaient toujours captives de Boko Haram, ndlr].
À l'époque, l'enlèvement a créé un véritable choc dans l'opinion internationale. Quel impact peut avoir un film comme Daughters of Chibok ?
Je sais que Joel Benson est très content que son film voyage aussi en dehors du Nigeria. Il m'a raconté avoir fait un film militant, pour que cette histoire ne tombe pas dans l'oubli. On ne sait pas si les filles sont vivantes. Pour lui, le film est une manière de rappeler que cet énorme drame continue à sévir pour les gens de ce village. Il n'a pas bénéficié de beaucoup d'aides financières pour tourner ce film en réalité virtuelle, mais il a réussi à avoir une force narrative qui vous marque pour toujours.
Tourner en réalité virtuelle, que cela change-t-il ?
La réalité virtuelle provoque quelque chose de très fort. Normalement, quand on sort de la salle après avoir vu un film, on se souvient d'avoir vu un film. Dans la réalité virtuelle, quand on enlève le casque, on garde en mémoire ce qu'on a vécu avec ce qu'on vient de voir. Cette différence fait que la réalité virtuelle a une puissance au niveau des souvenirs qui marque énormément. Quand je vous raconte ce film, j'ai toujours un petit frisson. C'est le souvenir de mon corps et des émotions vécues en regardant le documentaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.