Ligue (USM Alger) : séparation à l'amiable avec l'entraîneur Dziri Billel    Algérie-Arabie Saoudite: des perspectives prometteuses pour le renforcement de la coopération bilatérale    Nécessité d'identifier les passagers du vol transportant l'italien atteint du coronavirus    Une secousse tellurique de 3 degrés enregistrée ce matin    Oran : 2 mois de prison requis contre Affif Abderrahmane    Dans le désordre    «Nous devons d'abord évaluer notre potentiel»    La Libye en tête des préoccupations    À quand l'accès au hall d'attente ?    Conférence sur le développement des routes et des transports en Afrique    La chambre d'accusation renvoie le dossier au 3 mars    Sanders confirme son avantage face à Biden    Doute sur la tenue du sommet quadripartite sur la Syrie    L'ONU dénonce la violence israélienne en Cisjordanie    Un changement pour la route    Le projet de Jaguar Land Rover    Une boîte automatique intelligente    Seddik Chihab conteste son exclusion    L'ESS et le PAC accrochés, la JSS nouveau leader    Aït Djoudi optimiste malgré la situation du club    Le choc de titans    Les Canaris préparent le Chabab à Tigzirt    L'Algérie classée dans le Top-10 par Campus France    L'instance présidentielle veut mettre fin aux dysfonctionnements du parti    Une médaille pour le hirak à Montréal    Tarte pommes, amandes et chocolat    ACTUCULT    Des témoignages poignants sur la Guerre d'Algérie    "Intertextualité et conversation dans l'œuvre de Kateb Yacine"    Lettre écrite par Tahar Djaout après la mort de Mouloud Mammeri (25 février 1989) et publiée par Awal    Coup de mou chez Scorsese    Affluence du public    Constitution: l'université a un rôle "pivot" dans l'encadrement du débat de la société    Boxe/Tournoi pré-olympique: Houmri et Bouloudinats passent en demi-finale    COA: les membres du Comité exécutif rejettent une démission "verbale" de Berraf    Tizi-Ouzou: Mouloud Mammeri, fondateur de l'anthropologie algérienne    Synthétisation de l'écosystème digital : Les acteurs du numérique s'organisent    Alger: la distribution de l'eau potable totalement rétablie mercredi avant le délai prévu    Baccalauréat professionnel: le projet en phase de détermination des spécialités    Le Brexit obligé de revoir le cadre des échanges dans une année : Vers un nouvel accord de coopération entre l'Algérie et le Royaume-Uni    Pour se défaire de la dépendance aux hydrocarbures : Djerad prône une transition vers le solaire    Haï Es-Sabah: Plus de 372 kilogrammes de viande impropre à la consommation saisis    A l'appel de l'UNPEF: Grève à l'Education aujourd'hui    Blida: Un ressortissant malien arrêté pour escroquerie    Les étudiants poursuivent leur mobilisation    Remise des décisions d'affectation: 120.000 souscripteurs AADL convoqués la semaine prochaine    Des individus pas très respectables    Lavrov : les terroristes ne seront pas "les maîtres" à Idlib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La collection «Continents Noirs» fête ses 20 ans
Publié dans La Nouvelle République le 29 - 01 - 2020

Avec 113 livres publiés et une cinquantaine d'auteurs représentés, « Continents Noirs » fête ses vingt ans cette année. C'est en janvier 2000 que la prestigieuse maison d'édition Gallimard a lancé cette collection dédiée aux littératures d'Afrique et de la diaspora.
Son plus gros succès à ce jour : Notre Dame du Nil, de la Rwandaise Scholastique Mukasonga, couronnée du Renaudot, entre autres prix, en 2012. Voilà vingt ans que la collection « Continents Noirs » de Gallimard est née, à une époque où peu de grands éditeurs s'intéressaient aux écrivains d'Afrique et de la diaspora. Son patron, Jean-Noël Schifano, se souvient. « Amos Tutuola, grand écrivain anglophone, lorsqu'il est mort un an et demi avant la sortie des premiers livres de la collection, il n'y a pas eu une ligne, pas une émission, rien, pour [évoquer] sa mort. Vous voyez dans quel état on était ? “Continents Noirs” a été un propulseur de publication d'écrivains de l'Afrique et de la diaspora. Tous les grands éditeurs se sont précipités ensuite sur ces littératures qu'ils négligeaient.»
Des auteurs comme les autres
De fait, nombre de maisons d'édition publient désormais les auteurs d'Afrique comme les autres, et certains des auteurs de «Continents Noirs » ont même préféré depuis quitter la collection, de peur d'être catalogués. Ce n'est pas le cas du Camerounais Eugène Ébodé. Sous cette couverture longtemps caractérisée par une poignée de latérite jetée sur un fond crème, il a fait paraître sept romans, dont un, La Transmission, ressort en Folio. «Certains, au commencement de la collection, avançaient le mot de "ghetto". C'est un vieux débat. Il y a des gens qui peuvent estimer que c'est une collection colorisée ou essentialiste, explique Eugène Ebodé. Puis d'ajouter : Ce n'est pas ce que je pense et je redoute parfois que l'on veuille tout assimiler. Si les lecteurs nous suivent, c'est précisément parce que nous essayons de perpétuer cet appétit qu'ils ont de l'ailleurs, de la diversité du monde.»
Retour aux racines
Le Togolais Sami Tchak, lui, revient ce mois-ci sous la bannière « Continents Noirs », après un détour par Le Mercure de France et Lattès. Il publie Les Fables du Moineau. Et d'après Jean-Noël Schifano, qui reçoit chaque année quelque 200 ouvrages pour en publier six, c'est l'illustration d'une nouvelle tendance « afro-ascendante» chez les auteurs. «Les auteurs, de plus en plus, trouvent leur inspiration dans leur enfance, dans ce que leurs parents ont vécu «au pays». Au Togo pour Sami Tchak, c'est le deuxième ou troisième livre qu'il donne avec des dialogues entre son père, la nature, et là avec un moineau. Et ça, c'est très beau », analyse-t-il.
En ce premier trimestre 2020 paraîtront aussi deux premiers romans, chez « Continents Noirs ». Car cela reste une des missions de la collection, vingt ans après sa création : comme par le passé avec Nathacha Appanah, ou Théo Ananissoh, il s'agit aussi de révéler de nouvelles plumes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.