Hirak : Le ministère de l'Intérieur exige des « organisateurs » de lui communiquer l'itinéraire, les horaires et les slogans    Investissement: la reforme du Service public augmentera l'attractivité de l'Algérie    Djerad procèdera lundi à la distribution de 5000 logements à Alger    Palestine: condamnation internationale des agressions racistes et extrémistes israéliennes    La Cour d'Alger maintient Karim Tabou sous contrôle judiciaire    Coronavirus: 204 nouveaux cas, 140 guérisons et 7 décès    Carburants : La suppression de l'essence super avec plomb avancée au début de juillet    Six manifestants arrêtés vendredi à Alger placés sous contrôle judiciaire    Report du procès du terroriste "Abou Dahdah" à la fin de la session pénale    FC Barcelone : Pas de bon de sortie pour Dembélé    Aïd El Fitr : plus de 50.000 commerçants réquisitionnés    Covid-19: au moins 3.284.783 décès dans le monde    Béni-Abbès : le jeune disparu dans le grand Erg occidental rejoint sa famille    L'ancien journaliste de la chaine II Boukhalfa Bacha n'est plus    Les lauréats du Prix d'Alger de récitation du Coran honorés    7 policiers tués dans des attaques dans le Sud-Est    «La Minurso doit revenir à sa mission originelle : le référendum»    Sablés à la confiture et aux pistaches    Benziane anticipe    De nouvelles polycliniques inaugurées    Les projets doivent répondre aux besoins de l'économie    Le Maroc cherche à cacher ses exactions    Coupe de la Ligue : l'USMA domine le MCA (2-0), le WA Tlemcen et le NC Magra créent la surprise    MC Alger : Stage bloqué pour préparer le WAC    Haltérophilie : Ahmed Tarbi n'est plus    Libye : Démonstration de force d'un groupe armé à Tripoli    APLS: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes, Aousserd et Houza    Le Hirak se réapproprie l'esprit du 8 Mai 45    Les raisons de la cherté    La guerre reprend de plus belle    Les résultats attendus aujourd'hui    Deux adolescents tués dans un accident de la route    Le conseil de wilaya fait le point    Le PAC viole le règlement du championnat    Equipe Nationale : Sénégal – Algérie en juin    Les conditions de Tebboune pour atteindre l'excellence    Etudiant dévoué, journaliste engagé et politique visionnaire    Le b.a.-ba de la fabrication d'un film    Mesurer ce qui compte    Bouchachi voué aux gémonies    Charfi appelé à réhabiliter les exclus de la course    Huit morts dont des Iraniens dans des raids sionistes    Trois soldats maliens tués par l'explosion d'un engin artisanal    Ennahda appelle à un vote massif    «Souilah» hospitalisé à Paris    «J'ai adoré camper le personnage de Fadel»    L'artiste, ce migrant    Une augmentation de 10 % enregistrée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le chantier de la nouvelle loi électorale est lancé
La commission a été installée par le Président Tebboune
Publié dans La Nouvelle République le 20 - 09 - 2020

En matière d'élections, le Président Abdelmadjid Tebboune veut une rupture totale avec les mauvaises pratiques du passé, c'est-à-dire essentiellement le système des quotas dans la répartition des sièges et l'achat des consciences. Il veut séparer argent et politique.
En installant, samedi, la Commission nationale chargée de l'élaboration du projet de révision de la loi organique portant régime électoral, le Président Tebboune a insisté sur la définition de normes électorales transparentes qui consacrent la rupture totale avec ces anciennes mauvaises pratiques. Il souligne que ce sont des conditions indispensables pour la moralisation de la vie politique et la garantie d'élections reflétant réellement la volonté populaire. C'est ainsi, fait-il observer, que naîtront des institutions démocratiques, intègres, crédibles, de niveau, ouvertes aux jeunes notamment les universitaires et à la société civile. Ce sont les orientations qu'il a données aux membres de la Commission nationale concernant leurs missions. Dans ce sens, le Président Tebboune a rappelé s'être «engagé lors de la campagne électorale à ce que l'Etat prenne en charge le financement de la campagne électorale des jeunes candidats, pour qu'ils ne tombent pas en proie à l'argent sale ou d'origine douteuse». Il avait également promis de lutter contre le phénomène de l'utilisation de l'argent pour influer sur le processus électoral.
Les affaires de corruption qui marquent l'actualité judiciaire ont montré à quel point l'argent sale a infesté les institutions les plus hautes du pays. Des hommes d'affaires et des hauts dirigeants du pays sont poursuivis pour financement électoral occulte. Les médias ont évoqué l'intrusion de l'argent sale des réseaux mafieux et des nouveaux riches dans la confection des listes de candidats aux législatives passées. A l'époque où el ‘issaba (le gang) dirigeait le pays, on a entendu dire que même de hauts postes administratifs qui permettaient l'accès à la rente sous différentes formes (terrains, crédits, importations, voyages gratuits et autres avantages) étaient «achetés» pour les «copains». Les taux élevés d'abstention aux dernières élections législatives et locales ont témoigné de la perte totale de crédit accordé au système représentatif en place et ont traduit la conviction ancrée dans la population que les élections sont préfabriquées et truquées et que leurs voix ne serviront à rien, sachant que le poids de l'argent valait plus que leurs voix. Tout cela est fini. La loi organique relative au système électoral va être révisée pour être conforme aux fondamentaux et «doit être adaptée aux nouvelles dispositions de la Constitution.
Pour le président de la République, «les nouvelles normes doivent allier, dans la mesure du possible, compétence et expérience des candidats, notamment dans les grandes villes. De même, tout citoyen ou citoyenne jouissant de ses droits politiques et civiques ne saurait être empêché de se porter candidat, pour des raisons politiques, et ce, en vue de garantir l'égalité des chances pour tous à la candidature ainsi que l'émancipation sociale et politique». La commission est présidée par Ahmed Laraba, professeur universitaire et membre de la Commission du droit international à l'ONU, et Walid Laggoune en est le rapporteur. Elle est composée d'un représentant du ministère de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire et de sept professeurs en Droit des universités d'Alger, de Tizi Ouzou, d'Oran, de Sétif, de Tlemcen, de Sidi Bel Abbès et du Centre universitaire de Tipaza. Elle peut recourir aux compétences scientifiques et aux avis des partis politiques et de la société civile.
La cérémonie d'installation s'est déroulée au siège de la Présidence en présence du Premier ministre, Abdelaziz Djerad, du Directeur de cabinet à la Présidence de la République, Noureddine Baghdad Daidj, du ministre de l'Intérieur, Kamel Beldjoud, du ministre conseiller de la Communication, porteparole officiel de la Présidence de la République, Belaïd Mohand Oussaïd, du conseiller près le président de la République, chargé des Affaires juridiques et judiciaires, Boualem Boualem. Dans une déclaration à la presse à l'issue de la cérémonie d'installation, le président de la Commission, Ahmed Laraba a réitéré, en son nom et au nom de la Commission, ses remerciements au Président Tebboune «pour la confiance placée en sa personne».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.