Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Ali Ghediri de nouveau devant le juge aujourd'hui    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Offensive diplomatique contre la Cédéao    Plus de 30 personnes renvoyées devant la justice panaméenne    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Le match CSC-JSK décalé de 24 heures    Les secrets du président de la FIFA...    Formation accélérée pour l'obtention de la licence CAF C et B    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Dans l'attente de déterminer le mode d'enseignement    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    Zahia Ziouani au micro de Maya ? J'adore ! Vraiment !    La Chine émet une alerte jaune aux tempêtes de neige    Le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Le taux de chômage inférieur à celui de l'avant-pandémie    L'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi Motors va investir 23 mds EUR dans l'électrification sur 5 ans    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Jungle/Pub sur Internet ?    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Une catastrophe environnementale et sanitaire évitée à Oran Est: L'APC d'Oran a décidé de porter plainte contre X    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Brèves Omnisports    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    La Sadeg améliore sa desserte    «Le pays est toujours ciblé»    Pénurie de... soldats!    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    Les preuves du complot    Les APC sans majorité absolue débloquées    Lotfi Benbahmed rassure    Le temps de l'efficacité    Messi penserait à un retour au Barça    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    Les avocats mettent fin à leur grève    14 candidats en lice pour un siège de sénateur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dispositif national de compensation au profit des ménages nécessiteux
Il sera créé dans le cadre du PLF 2022
Publié dans La Nouvelle République le 25 - 10 - 2021

Le Gouvernement prévoit, dans le cadre du projet de loi de Finances de 2022, la création d'un dispositif national de compensation au profit des ménages nécessiteux, qui sera mis en place suite à la suppression du système de subventions généralisées.
Selon le document présenté dimanche par le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, devant la commission des finances et du budget de l'Assemblée populaire nationale (APN), «il est mis en place un dispositif national de compensation monétaire au profit des ménages qui y sont éligibles. Ce dispositif mis en oeuvre suite à la révision et l'ajustement des prix des produits soutenus, sera concrétisé à travers un programme de transfert monétaire direct au profit des ménages qui y sont éligibles».
«Les modalités d'application seront fixées par voie règlementaire notamment, la liste des produits subventionnés concernés par la révision des prix, les catégories de ménages ciblés, les critères d'éligibilité à cette compensation et les modalités de transfert monétaire», est-il noté dans le PLF.
Le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, avait indiqué à la mi-septembre dernier lors de la présentation du Plan d'action du Gouvernement à l'APN que la réforme du système de subvention sociale se fera à travers «le passage au virement au profit des familles nécessiteuses qui bénéficieront d'un revenu supplémentaire comme indemnisation de la hausse des prix (engendrée par la suppression des subventions directes)».
Cette réforme vise un «meilleur ciblage» de la subvention publique «garantissant une justice sociale», avait souligné M. Benabderrahmane. En effet, l'expérience acquise par l'Etat dans la politique sociale a démontré que la majorité des dispositifs généralisés sont «abusifs» du fait qu'ils «profitent essentiellement aux couches des populations aisées», relève-t-on dans l'exposé des motifs de cette nouvelle disposition.
Selon la même source, l'évaluation préliminaire du niveau des subventions fait ressortir un montant qui avoisine en moyenne 3.250 milliards de dinars par an sur la période 2012-2017 (soit environ 19,3% du PIB) ce qui représente entre 30 et 41 milliards de dollars en fonction de la fluctuation du taux de change. D'après les mêmes estimations, «les subventions implicites, constituées notamment de subventions aux produits énergétiques et des subventions de nature fiscale, représentent environ 80% du total des subventions et que les subventions explicites représentent un cinquième du total des subventions, elles sont dominées par le soutien aux prix des produits alimentaires et aux logements».
Au plan budgétaire, ce dispositif permet également de «maîtriser les crédits mobilisés annuellement au titre des différentes formes de subventions et de compensation (farine, semoule, pain, lait, huile, électricité, gaz, eau) et de participer à la réduction des phénomènes de gaspillage et de surconsommation qui se répercutent sur l'augmentation des dépenses publiques en la matière et qui pèsent lourdement sur le budget de l'Etat», d'après l'exposé des motifs. Il est à rappeler que l'Algérie avait recouru à l'aide technique de la Banque mondiale (BM) pour définir les meilleurs mécanismes à adopter dans cette réforme «à court terme».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.