Incendie à la zone industrielle de Skikda: Un des trois blessés succombe    Plastique, composants et emballages inscrits dans la durée    Nouvelle recomposition du pouvoir mondial: Impacts des tensions géostratégiques et poids des BRICS    Des partis algériens dénoncent: Nouvelle provocation marocaine    Solution factice    Des Verts sans clubs: Une autre difficulté pour Belmadi    Rentrée 2022-2023: La liste des fournitures scolaires connue    Sécurité routière: Hécatombe sur les routes algériennes    Guelma: 31 blessés dans deux accidents de bus    Tlemcen: Un saut dans l'histoire    L'issue des négociations semble proche    Le Kenya se réveille avec des interrogations    L'incontournable accompagnement de l'Etat    Triplé pour le judo    Aouar et Adli disent «oui»    Deux joueurs suspendus pour dopage    Une aubaine pour Sonatrach    «Aucun pays n'est à l'abri de la menace terroriste»    Deux frères écrasés par un train    «j'irai me promener aux sablettes»    Situation maîtrisée    Le diktat des chauffeurs de bus privés    Le Maroc veut-il la guerre?    FFS et RCD se préparent    Ecarts d'un charlatan inféodé    Hommage au comédien Sirat Boumediene    Accompagner le projet d'amélioration de la production et de la commercialisation du lait de chamelle    15 pays y prennent part    Six morts et quinze blessés dans un accident de la route    Enième attaque contre la mosquée Al Aqsa    24 Palestiniens arrêtés par l'entité sioniste    Inondations au Soudan: L'Algérie présente ses condoléances    Conférence d'Alger en prévision des assises nationales d'octobre    Le ministère la culture la célèbre en août    L'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi    Sonatrach: installation d'une commission d'enquête suite à l'incendie dans la zone industrielle de Skikda    Feux de forêts: le directeur général de la Protection civile s'enquiert de la situation à Tipaza    Saïd Chanegriha prend part par visioconférence à la 10e Conférence internationale sur la sécurité    Jeux de la Solidarité Islamique / Natation (200m papillon) : Syoud décroche l'argent    Jeux de la Solidarité Islamique / Football (match pour le bronze) : défaite de l'Algérie face à l'Azerbaïdjan    Retour sur le rôle actif du martyr Mokhtar Kritli dans les préparatifs de la Révolution (TEMOIGNAGES)    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    Le vieux de mon village    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Arbitre internationale africaine et fière de l'être
Salima Mukansanga
Publié dans La Nouvelle République le 18 - 02 - 2022

Salima Mukansanga, Rwandaise de 33 ans, est à la «Une» de l'actualité footballistique. A la question qui fait tant rêver, «seront-elles nombreuses ces africaines à devenir arbitres ?». La réponse posée sur le ballon, est Oui ! Elles seront nombreuses. Nombreuses à marquer de leurs empreintes les pelouses des stades internationaux, et faire concurrence aux hommes. L'histoire ne sera pas muette, demain, elle l'expliquera comment ces Dames, accomplissent-elles leur mission.
La femme arbitre africaine au Mondial féminin
Salim Mukansanga, selon ce journal sportif, le ballon rond entre dans sa vie par l'intermédiaire de son papa, à l'adolescence. Mais, qu'est-ce qui l'attire vers l'arbitrage : «Je m'intéressais aux arbitres. Ils étaient différents, ils m'intriguent. Ils pouvaient prendre des décisions et tout changer. J'ai eu envie de me lancer là-dedans». La Rwandaise a 20 ans, en 2008, son certificat d'arbitrage, est dans sa poche, vite elle plonge dans ce monde d'arbitrage, et la voilà au cœur des rencontres de deuxième Division rwandaise, féminine, comme masculine».
Elle est, en Championnat d'Afrique et en Coupe du monde
Le temps passe vite, l'expérience étant acquise, «2014, elle officie pour Zambie-Tanzanie, en Championnat d'Afrique féminin. En 2018, elle est la seule à représenter l'Afrique pour le Mondial féminin des moins de 17 ans, en Uruguay. Un an plus tard, elle fait partie des trois arbitres femmes retenues pour arbitrer des matches en Coupe du monde organisé en France. Et pour elle, ce fut le match : Suède-Thaïlande (5-1). «Ce Mondial reste un souvenir incroyable. J'ai pu rencontrer Stéphanie Frappart qui est l'un de mes modèles. Elle ainsi la première femme à arbitrer un match de Coupe d'Afrique des nations. A France Football, ses premiers mots étaient accompagnés de larmes et d'un sourire révélateur «ça a été une expérience inoubliable», explique-t-elle, «installée devant la caméra de son portable depuis son domicile de Kigali, au Rwanda. J'ai reçu des dizaines de messages de félicitations. Je n'oublierai jamais ce match». Il s'agissait de ce fameux match qui avait opposé ce 18 janvier dans le cadre de la CAN-2021, au Cameroun le Zimbabwe à la Guinée (et qui s'est soldé sur le score de 2-1), à la faveur du Zimbabwe.
Mon travail a séduit
«Après le match, je me suis mise à pleurer dans le vestiaire. Mais c'était des larmes de joie. Je me disais que tous mes efforts avaient servi à quelque chose.» Mais les larmes disent bien plus encore et dépassent le simple moment d'histoire. «Quand on s'est réunis avec les officiels après la rencontre, ils m'ont dit qu'ils avaient été très contents de mon travail. Mais, au-delà de ça, je me disais surtout que je venais d'ouvrir une vraie porte. Je venais de montrer qu'une femme pouvait arbitrer un match masculin de haut niveau en Afrique. C'était quelque chose de très fort».
Faire bouger les mentalités
La Rwandaise fait part, au journaliste, sa fierté de pouvoir faire bouger les mentalités et servir d'exemple à des milliers de jeunes femmes du continent. «On entend souvent que les femmes ne peuvent pas courir comme les hommes, qu'elles peuvent être gênées par leurs règles, la grossesse, qu'elles ont moins de force que les hommes, toutes ces choses-là. Mais on est toutes capables de donner notre maximum pour atteindre le même niveau. Sans aucun problème. Et avoir eu l'opportunité de le montrer pendant cette Coupe d'Afrique des nations a été un moment très fort».
A la CAN-2021 ? C'était bien moi !
Presque aussi puissant que la désignation apprise par hasard, un mois et demi plus tôt. «Quand j'ai vu la liste des arbitres désignés pour la CAN et que j'y ai lu mon nom, j'ai cru que c'était une erreur. J'ai tout de suite appelé ma Fédération pour vérifier l'information et, là, ils m'ont dit que c'était bien moi qui avais été désignée. Je ne m'y attendais pas du tout. Sur le coup, j'étais un peu effrayée, mais prête à relever le défi et surtout très heureuse. C'était un honneur, un privilège rare qu'on m'offrait», déclare-t-elle à notre confrère de France Football.
Son rêve ? Etre au Qatar lors de la Coupe du monde
«Et pourquoi pas ? Je ne m'interdis pas de rêver.» En attendant, elle veut continuer de raconter son histoire. «Je voudrais ouvrir d'autres portes et montrer aux femmes d'Afrique qu'elles peuvent le faire, qu'on ne nous a pas offert cette opportunité à la CAN pour nous faire plaisir, mais parce qu'on s'en est donné les moyens».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.