Mohammed VI invité au Sommet arabe d'Alger    Real : Un gros chèque pour le recrutement    Accidents de la circulation: 45 morts et 1245 blessés en une semaine    Organisation à Londres du Festival algérien des arts et de la culture "Dz Fest"    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Déclaration de politique générale du Gouvernement: Une politique sociale "efficiente" et "équitable"    Mostaganem: lancement de la 53e édition du Festival culturel national du théâtre amateur    Festival national du Malouf de Constantine: le chant traditionnel authentique ravive la scène artistique    Médicaments: Aaon évoque avec une délégation du Snapo l'amélioration de l'approvisionnement    Football: la DGSN prend des mesures en prévision du match Algérie-Nigéria    Juventus : Paredes n'avait pas de contact avec Mbappé    OL : Cherki veut plus de temps de jeu    Le wali, homme-orchestre    Développement local: Passer d'une gestion administrative à une gestion économique    Football Algérie-Nigéria aujourd'hui à 20h00: Un nouveau test à exploiter    Un choc nucléaire inévitable ?    Transport universitaire: L'application «MyBus» lancée en octobre    Santé: 11 décès par rage en 2021    El Kerma: Ouverture du marché de gros de poisson le mois prochain    Youssef: Al-Qaradaoui est mort    Algérie-Russie: Ouverture demain de la 10e Commission mixte économique    Réunion gouvernement-walis: Les équilibres financiers au vert    Peaux de banane !    Brèves Omnisports    Bouloussa meilleur algérien au classement mondial    La bombe Benkirane    Mohammed VI: le Noriega du Maghreb    Les étudiants en costume de startupeurs    Un coup de piston et...    De la drogue et de la pédophilie    «Tous les indicateurs sont positifs»    De charmante hôtesse, à femme violentée!    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Du coke russe pour le haut-fourneau    Strictes recommandations aux commis de l'état    Le plan de Benzema    «Les Algériens n'admettent pas la mémoire sélective»    Proposition pour la création de marchés de l'art    Quand la science se combine au religieux    Sommet arabe: Guterres confirme sa présence, salue la contribution "exceptionnelle" de l'Algérie à la diplomatie mondiale multilatérale    CAC d'Annaba: lancement de la radiothérapie stéréotaxique pour la 1e fois en Algérie    Sommet arabe: les dirigeants arabes confirment leur participation    Le Conseil de la nation prend part à la réunion du Comité exécutif de l'UIP    Codes communal et de wilaya: définir les responsabilités et les prérogatives des élus    Une délégation de cadres supérieurs de la DGSN se rend au siège de la Cour constitutionnelle    Déclaration de politique générale du gouvernement: Renforcer les capacités du système national de défense    10 ans de prison ferme pour Anis Rahmani et Tahkout    Des cadeaux attendrissants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«La solution réside dans l'agriculture saharienne»
M. Henni, sur la réalisation de l'autosuffisance en céréale :
Publié dans La Nouvelle République le 24 - 07 - 2022

L'Algérie fait partie des pays les plus touchés par le phénomène du changement climatique, qu'il s'agit de la rareté des précipitations et le prolongement de la sécheresse. Ces facteurs climatiques nuisent au rendement agricole, ce qui a suscité des inquiétudes sur la sécurité alimentaire du pays. S'ajoute à cela, les guerres et les crises économiques mondiaux qui ont provoqué une flambée des prix des matières premières, notamment, les céréales.
A ce sujet, le ministre de l'Agriculture et du Développement rural, M. Mohamed Abdelhafid Henni, a souligné avec certitude que l'Algérie est en mesure d'atteindre l'autosuffisance en production de céréales en dépit de la limite hydrique.
Pour assurer l'importance qu'a donnée le Gouvernement à cette question qui touche à la souveraineté nationale, M. Henni a précisé que «la sécurité alimentaire est au cœur de toutes les instructions du président de la République à chaque Conseil des ministres».
S'exprimant hier lors de son intervention sur les ondes de la Chaîne III de la radio national, le ministre a soutenu : «Nous avons tous les moyens nécessaires pour atteindre cet objectif, qu'il s'agisse de foncier agricole, des ressources hydriques, des semences, des compétences humaines ou des structures organisationnelles à l'instar de l'Office algérien des céréales».
Autres moyens, le ministre a mis en avant la promotion de l'agriculture saharienne, étant pour lui la meilleure solution pour atteindre cet objectif.
Dans ce sillage, M. Henni a précisé que l'Etat a opté pour des nouveaux investissements agricoles dans les zones sahariennes, outre l'agriculture oasienne traditionnelle, afin d'assurer la sécurité alimentaire et de mettre un terme à l'importation des matières premières.
«Nous savons depuis toujours que l'Algérie est un pays aride et semi-aride, mais la solution réside dans l'agriculture saharienne», a-t-il ajouté soulignant tout l'intérêt porté par des investisseurs nationaux, mais également étrangers. En effet, l'exploitation des terres agricoles sous forme de concessions est désormais possible pour ces investisseurs. Des concessions de quarante ans renouvelables pour des investissements de long terme.
M. Henni évoque en outre la mise à disposition des futures exploitations agricoles du Sud un réseau de transport plus dense et diversifié pour le transport des céréales tous azimuts. Il est ainsi question de «milliers de camions semi-remorques et le développement des chemins de fer», a-t-il dit.
En revanche, des experts et agronomes ont prévenu contre une agriculture saharienne massive.
Selon eux, cette option risque d'avoir des conséquences lourdes sur l'environnement, notamment la pollution des sols et l'épuisement des ressources hydriques.
Ainsi, la mise en place d'une agriculture saharienne à grande échelle, pour les grandes cultures (colza, céréales, tournesol) nécessite, selon eux, des investissements lourds avec une faible rentabilité économique.
De par ce constat, ils s'interrogent sur la capacité du pays à supporter toutes ces charges vue la situation économique et financière.
Par ailleurs, l'intervenant a fait remarquer que «toutes les instructions du président de la République tendent vers l'objectif clair et sans appel, la sécurité alimentaire, il s'agit d'une priorité». La réalisation de cet objectif repose, a-t-il dit, sur plusieurs ministères dont celui de l'Energie pour l'électrification des exploitations agricoles, le ministère des Ressources en eau, celui de la Santé, etc.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.